Test: NBA 2k19

20 ans qu'on s'aime...

20 ans déjà… 20 longues années qu’on a découvert le premier NBA 2K sur Dreamcast. A l’époque, ce fut le choc tellement le jeu était réaliste. On n’avait jamais atteint un tel niveau de détails dans un jeu de sport d’ailleurs…

Et 2K Games (après SEGA) a bien fait évoluer sa série toujours dans le bon sens en passant de génération en génération repoussant les frontières du réalisme.

Pour l’anniversaire des 20 ans, est-ce que les développeurs ont voulu marquer un panier à 3 points ou ont-ils décidé de se contenter d’un lancé franc en restant dans leur confort?

Prends ça dans la rétine!

Pay to win?

Tout d’abord, entrons dans le vif du sujet: le mode carrière. Comme depuis quelques années maintenant, on a droit à Prelude qui raconte les débuts de l’histoire de votre joueur.

Dans NBA 2K19, le joueur que vous aurez créé se voit recalé aux drafts et se retrouve à évoluer dans le championnat chinois où il doit faire ses preuves pour être repéré par des visionneurs de la NBA.

Ce Prelude scénarisé, et dans lequel vous devez faire certains choix, suit votre évolution jusqu’en NBA en passant par son entre-chambre: la G league. Une fois votre équipe définitive choisie, le jeu se trouve moins scénarisé et on se frite contre les cadors du basketball.

Le but du jeu étant, bien sûr, d’améliorer votre joueur au fil des matchs et il faut avouer que c’est assez long… si on ne passe pas à la caisse. Car, en effet, la monnaie virtuelle est toujours bel et bien présente dans cet opus 2019.

Il est vrai qu’il est possible d’en gagner en réalisant de belles prestations sur le terrain mais aussi via l’habituelle application iOS/Android. Dans celle-ci, vous pourrez numériser votre visage pour créer votre perso mais également jouer des matchs sous forme de jeu de cartes à collectionner ce qui vous permettra de gagner des sousous dans la popoche pour votre carrière.

Mais attention de bien garder précieusement votre argent! En effet, la monnaie sert pour tout: améliorer son joueur mais aussi acheter des chaussures, accessoires et tenues… bref, à dépenser dans le quartier. Il va falloir gérer et c’est plus facile de le dépenser que de le gagner… comme IRL quoi!

Concernant le quartier, les développeurs ont réduit la taille de celui-ci, ce qui nous permet de moins courir pendant une plombe pour accéder à un store, la salle de sport, les terrains de street ou encore au casino dans lequel on peut miser pour gagner gros… ou pas!

Attention de ne pas tout claquer dans les Foot Locker et autres boutiques…

For 3!

Cessons de parler oseille et foulons les parquets de la NBA sur lesquels on prend son pied total! La licence de 2K Games ne perdra certainement pas son statut de leader incontesté niveau gameplay.

Toujours plus précis, affiné et équilibré que ce soit en attaque comme en défense, on remarque que le titre pousse encore plus loin la simulation de jeu de sport. On remarque d’ailleurs que la défense contrôlée par l’IA est assez costaude ce qui fait qu’on apprécie encore plus chaque victoire.

Tout est de plus en plus réaliste et il suffit de voir qu’il n’est pas vraiment possible d’effectuer un dunk n’importe comment et depuis n’importe quel endroit dans la raquette. Il va falloir construire son action et réussir à fausser compagnie aux défenseurs adverses pour pouvoir espérer faire le show en solo dans les derniers mètres sous le panier. Et ce ne sera pas mince affaire…

Autre point positif, les joueurs ont plus de poids. Entendez par là qu’on ressent plus leurs mouvements de corps et que dorénavant, il y a plutôt intérêt à jouer constructif et collectif que de partir avec votre meneur jusqu’à l’anneau…

Côté vraie nouveauté (et non amélioration), on peut retrouver une nouvelle jauge appelée Takeover. C’est un peu le mode Fire de notre bon vieux NBA JAM: à force de réaliser de bonnes actions sur le parquet, votre jauge se remplira et vous pourrez actionner ce Takeover qui boostera les compétences de votre joueur provisoirement. A savoir que cette jauge ne servira que si vous contrôlez un seul joueur notamment dans le mode carrière.

 

Absolument rien n’est laissé au hasard… Beau sur le parquet comme autour.

Upgrade the Shaq!

On appréciera toujours 2K Beats alias la bande-son de la licence qui colle parfaitement avec l’ambiance basketball avec de l’éclectisme entre hip-hop, soul et pop/rock avec des noms comme Bruno Mars, Fall Out Boy, Bishop Nehru ou encore celui qui s’est le plus investi dans le jeu Travis Scott, entre autres…

Ajoutons à ça tout ce qui se fait de mieux en matière de commentaires sportifs dans le jeu vidéo avec les fameux Pre-Game Show dans lequel le bon vieux Shaquille O’Neal profite pour lâcher quelques vannes dont il a le secret.

Les commentaires pendant les matchs ne sont pas en reste et le trio de commentateurs donne vraiment l’impression qu’on n’est pas dans du jeu vidéo mais devant un match télévisé. Bien qu’en anglais, logique, c’est bien plus agréable d’entendre ceux-ci que ceux qui s’adonnent sur PES ou FIFA.

Le mot qui caractérise vraiment l’ensemble des commentaires du jeu est « naturel ». Les autres jeux de sports devraient s’en inspirer…

Pendant que les mascottes font leur show à la mi-temps, votre coach vous remonte les bretelles…

I am Phil Jackson!

NBA 2K19 propose une autre nouveauté dans le mode Mon MG dans lequel vous prenez les rênes d’une équipe pour la mener au sommet de la NBA. Il est maintenant possible de choisir entre un mode classique et un mode scénarisé: La saga continue.

Dans celui-ci, vous allez devoir bâtir une équipe qui visera les sommets tout en prenant des décisions importantes comme renvoyer ou conserver un staff, former ou chasser untel ou rester loyal envers le propriétaire ou pas, etc…

Bref, c’est un mode fait de dilemme plus ou moins moral mais le but est de réfléchir à de bons compromis pour le bien de l’équipe et son entourage surtout que certains protagonistes vont vous aider à vous embrouiller.

Pour les autres modes, on garde la formule qui marche avec le bitume qui vous permet de jouer à la baballe en street, le 2KU où vous apprenez les techniques et la maîtrise, les modes online, ma ligue, mon équipe, etc…

Aaah, ce bon vieux Tex qui vaut se faire du blé sur la NBA…

Conclusion

Une fois de plus, NBA 2K est dans le game! Une belle amélioration à peu près à tous niveaux…

La seule chose qu’on pourrait regretter c’est l’abus de l’argent virtuel mais… la plupart de développeurs l’intègre à leur jeu à l’heure actuelle.

En bref, pour fêter les 20 ans de la série, cet opus est sûrement le plus abouti, le plus exigeant et le plus pointu niveau simulation qui possède pourtant un gameplay aux petits oignons.

Certainement le jeu de sport le plus qualitatif pour l’instant.

Temps de lecture : environ 5 minutes

NBA 2k19

  • Développeurs 2K Games
  • Type Sport
  • Support PS4, Xbox, One, Switch, PC
  • Sortie 11 septembre 2018
NBA 2k19 à notre sauce
9/10
NBA 2k19 à notre sauce
Y'a bon
  • Mode carrière amélioré
  • MG scénarisé
  • Gameplay toujours plus précis
  • Plus beau, plus détaillé
  • Le réalisme général
  • Les commentaires, émissions
  • La B.O. colle parfaitement
  • Licences, marques, etc...
  • Le nouveau quartier
Beuuuuwark
  • Cette monnaie virtuelle...
  • Numérisation du visage pas évidente
  • Takeover pas si nécessaire mais bon...
  • Technique
    9/10
  • Esthétique
    9/10
  • Ergonomie
    9/10
  • Audio
    9/10
  • Contenu
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre