Un nouveau jeu à licence est de sortie, et cette fois, il s’agit de la pétillante Miraculous Ladybug de se coller à l’exercice. On voit que les fêtes approchent, et les titres pour les plus jeunes défilent. Dans le genre aventure / plateforme à licence, cependant, on a souvent eu des catastrophes cosmiques. Mais qu’en est-il ici ?


Miraculous: Rise of the Sphinx


Supports : PC, PS4, PS5, XBox One, XBox Series, Switch

Genre : Action, Aventure, Plateforme

Date de sortie : 25 octobre 2022

Editeur : Just for Games

Développeur : Magic Pockets

Multijoueurs : Oui


Du point de vue d’un enfant, le contrat est rempli. Mais diablement perfectible.


  • Joli et bien animé
  • Des contrôles accessibles
  • Des niveaux rejouables grâce à l’aspect light-RPG
  • Des niveaux originaux et de chouettes combats de boss
  • Les contrôles des combats
  • Quelques approximations dans les sauts en 3D
  • Le quartier parisien qui ralenti le rythme…

Miraculous Lady Chance !

Nombreux sont les jeux à licence à simplement vouloir escroquer le jeune public et à tirer un profit de leur popularité. En tant que tels, ces titres sont généralement critiqués par les fans, mais aussi par les parents mal-informés. Cela dit, je fais partie de ceux qui considèrent qu’un jeu pour enfant doit être encore meilleur et bien construit que n’importe quel triple-A. Un enfant n’est pas bête ou malhabile avec une manette : il apprend et s’améliore partie après partie. Il n’y a rien de pire que voir son enfant jouer avec son héros de dessin animé les yeux dans le vague et l’ennui visible sur son visage.

Si le jeu déroule dans l’univers de Miraculous, aucune connaissance réelle préalable n’est nécessaire pour profiter de l’action. J’en suis témoin. Comme il est destiné à un jeune public, les niveaux sont relativement courts, la difficulté est réduite et le graphisme est coloré. En outre, le jeu est simple à prendre en main, mais ne propose quand même pas de vivre une aventure épique pour votre enfant.

Ladybug et Chat Noir doivent s’attaquer au diabolique Papillon à travers 7 niveaux colorés et intéressants. Leur ennemi a hypnotisé (akumatisé ?) les habitants de Paris pour qu’ils lui obéissent. Cependant, le duo de super-héros ne se laissera pas abattre et se fera des amis, apprendra de nouvelles compétences et éliminera beaucoup de sbires.

J’avoue que mes filles et moi nous sommes perdus dans la narration absurde et fragmentée. Entre les chapitres, vous êtes censé mener une vie « normale ». Ainsi, vous irez à l’école, interagirez avec vos amis et accomplirez des tâches quotidiennes. Cependant, le Papillon a repris ses vieilles habitudes, ce qui crée une série de problèmes que vous devez résoudre. En conséquence, l’histoire passe d’un moment à l’autre, qui plus est avec des coupures abruptes, et il est difficile de suivre le rythme pour un enfant.

Les quartiers parisiens n’ajoutent pas grand-chose au gameplay et font plutôt office de remplissage narratif. Heureusement, un système de voyage rapide et une carte bien conçue suppriment une grande partie de l’ennui généré par ces passages, même si ils ont obligatoires.

Concrètement, une fois que vous avez fini de vous balader dans votre quartier, parlé à vos amis et vécu votre petite vie, le jeu se vous emporte dans des sections de plateformes en 3D. Ici, vous devez collecter des orbes et des macarons, sauter de plateformes en plateformes et combattre des sbires jusqu’au boss, sans véritable surprise. Décevant, Miraculous : Rise of the Sphinx joue la carte de la sécurité, ce qui le rend très générique. Du côté de mes filles, elles ont aimé les niveaux faciles à explorer et la jouabilité de Ladybug.

Des symboles indiquent les chemins alternatifs

En terme de gameplay, Ladybug et Chat Noir acquierent de nouvelles capacités au fil des chapitres, ce qui leur permet d’accéder à des zones inaccessibles autrement. Ce qui implique donc la possibilité de rejouer les différents niveaux pour collecter les objets manquants. Ces capacités créent de nouveaux chemins ou vous aident à passer des obstacles autrement infanchissables. C’est un élément de Métroidvania allégé intéressant qui étend chaque niveau et donne un aspect plus original dans ce jeu de plateforme plutôt générique. Les jeunes joueurs seront heureux d’explorer les zones cachées. De plus, il y a beaucoup de macarons à trouver et des tas d’orbes à collecter pour améliorer les personnages.

En terme de combat, les ennemis ne vous mettront pas à l’épreuve, pas plus qu’ils ne mettront à l’épreuve un enfant, qui pourra les vaincre en quelques coups. De mon côté, entre une esquive façon Batman qui vous permet de passer derrière l’ennemi, mais en lui tournant le dos et des sensations de coups inexistantes, j’ai trouvé les combats assez pénibles. Si la progression est un peu plate, les affrontements contre les boss sont scriptés, originaux, et demandaient une petite dose d’habileté, d’astuce, de furtivité ou d’agilité. Les fans de Miraculous apprécieront aussi les nouveaux boss proposés.

Les animations sont sympas

Comme Miraculous : Rise of the Sphinx a une histoire unique, beaucoup de niveaux sont originaux. Cela a permis de conserver un intérêt pour la découverte au fil de la progression, sans nous servir exclusivement les lieux communs de la série.

Chat Noir à la rescousse avec des QTE

Le système de contrôle simple garantit qu’une fois les bases acquises, le jeu est facile à jouer pour un enfant et chaque niveau dispose d’un système de navigation de base pour s’assurer que vous restez sur la bonne voie sans vous perdre. Les contrôles sont réactifs, ce qui est utile lors des combats et des petits QTE que vous rencontrerez.

Toute l’histoire peut être jouée en coopération en local. Ainsi, un parent et un enfant peuvent jouer ensemble, ou dans mon cas, mes deux filles peuvent s’entraider pour vaincre le Papillon. C’est une excellente approche qui en fait un titre familial amusant, malgré ses défauts.

De mon point de vue d’adulte, Miraculous : Rise of the Sphinx est assez mauvais. Mais il s’adresse à un public beaucoup plus jeune et très éloigné de mes standards. L’histoire est amusante et rythmée, les personnages sont adorables et bien modélisés, et le gameplay est facile à prendre en main. De plus, les niveaux sont agréables à explorer, rejouables avec de l’intérêt, et les éléments de plateforme de base mettent les jeunes joueurs à l’épreuve. Par conséquent, du point de vue d’un enfant, le contrat est rempli. Mais diablement perfectible.

Miraculous: Rise of the Sphinx

Titiks

L’avis de Titiks sur Switch

En Bref

Miraculous : Rise of the Sphinx est chouette si vous êtes un enfant. C’est le principal.

3
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Test : Pat Patrouille : Grand Prix – Toute l’équipe de chiots préférées de vos enfants
Next Les mythes de Lovecraft chez Ynnis – Fiche de lecture

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Playstation 3 : bientôt la fin de la production au Japon

17/03/2017
Close