Test Lego Harry Potter Collection Switch (34)

Test: Lego Harry Potter Collection – Nintendo Switch

Une aventure remasterisée qui dé-blocs !

On sait très bien à quel point LEGO aime adapter à sa sauce les aventures les plus connues du monde geek. Il y a quelques années déjà, Harry Potter avait été l’heureuse victime de la firme et a connu ses 7 années d’aventures magiques remises en blocs. Deux ans après sa sortie PS4, ce sont les Xbox One et la Switch qui s’approprient le pack complet; et nous, on a eu l’occasion de le tester sur la console portable de Nintendo.

En 2016, on vous donnait déjà notre avis sur LEGO Harry Potter: Collection sorti sur PS4. Aujourd’hui, on vous parlera des quelques spécificités de son portage sur Switch, qui sont, comme à l’accoutumée, peu nombreuses.

C’est LeviÔsa, pas LeviosAH !

La première chose qui nous vient à l’esprit quand on parle Nintendo Switch, c’est la prise en main Joy-Con. Pour une fois, la maniabilité de ces petites manettes ne pose aucun souci de confort ou d’ergonomie, le jeu ne se voulant pas trop compliqué; on notera cependant des déconnexions bien plus importantes que d’habitude et des personnages qui n’en font parfois qu’à leur tête, ce qui commence à me faire croire que ce n’est pas ma console qui a un problème, à force !

Mais je suis au regret de vous annoncer que ce qui aurait pu être le plus fun à jouer au Joy-Con n’a tout simplement pas été ajouté: je parle bien sûr de pouvoir jeter des sorts en agitant la manette, à la manière de la Wiimote qui le faisait bien précédemment. Il faudra se contenter de l’habituelle combinaison de touches pour pouvoir ensorceler son environnement, ce qui me déçoit beaucoup et ôte pas mal d’intérêt au portage.

Rien à signaler si l’on joue avec une manette pro, un grip manette ou en version portable, qui s’apparentent tout à fait à des machines « classiques ».

Les vibrations HD n’apportent pas non plus plus de sensations. Elles surviennent lorsque l’on est touché, que l’on atteint sa cible ou que l’on est en plein sortilège. Cela aurait été plutôt difficile de les utiliser à un autre niveau, de toute manière.

Test Lego Harry Potter Collection Switch (33)

Les moments les plus emblématiques de la saga, toujours aussi attachants même en LEGO !

Après tout ce temps? Toujours (nostalgique)…

 

Malgré cette petite déception au niveau de la prise en main, qui aurait pu donner une tout autre dimension aux aventures de Harry Potter sur Switch, on prend tout de même plaisir à parcourir les sept années à Poudlard grâce à tout ce que cela peut procurer à un Potterhead. La qualité des graphismes sur Switch est géniale, lisse, fluide et tout en simplicité, sans perte de framerates tant en version dockée que portable. L’humour LEGO rend aussi l’aventure plus drôle, à travers les scènes les plus mythiques de la saga que l’on connaît par cœur.

Le jeu satisfera surtout les férus de collection et d’exploration: si les différentes années peuvent se speedrunner sans souci, il est possible d’interagir avec l’entièreté des décors et d’y jeter des sorts pour trouver des secrets et autres collectibles. Mais encore une fois, ça aurait été plus marrant avec une détection de mouvements !

L’humour LEGO dans toute sa splendeur…

Pratique en solo, chaotique en co-op !

Test Lego Harry Potter Collection Switch (29)Et non, ce n’est pas la version Switch de LEGO Harry Potter: Collection qui va faire exception à la règle ! Le mode multijoueur local est très drôle, mais surtout à cause de son côté horriblement chaotique. L’écran splitté est toujours aussi peu pratique, avec une caméra qui ne suit parfois pas le mouvement. En effet, plus les joueurs s’éloignent, plus l’écran se divise, mais la caméra, elle, reste parfois concentrée sur l’un des personnages. Imaginez alors Test Lego Harry Potter Collection Switch (30)toute la difficulté d’un passage lorsqu’un joueur est en hauteur sur un balais et l’autre toujours au sol… A ne pas tester sur un écran Switch !

Jouer avec un Joy-Con seul n’est pas non plus la version la plus ergonomique, notamment à cause de la position du joystick ou des touches. Choisir ou jeter un sort n’aura jamais été aussi compliqué à assimiler, quand on a l’habitude d’une configuration plus standard.

Conclusion

Les studios Warner Bros tapent encore un coup marketing, profitant de la continuité de l’univers de J.K. Rowling à travers Les Animaux Fantastiques pour ré-actualiser les jeux LEGO Harry Potter.

Dans ce test, on n’a évidemment pas abordé le côté gameplay qui reste inchangé depuis la sortie des années 1 à 4 depuis 2010 déjà. Très simpliste et répétitif, celui-ci s’est bien adapté aux portages sur les différentes consoles actuelles, mais je garde quand même un petit côté amer pour sa version Switch qui aurait pu nous proposer plus; notamment la reconnaissance des mouvements qui aurait pu être un atout vendeur pour la petite console, à la manière de sa grande-sœur la Wii (voire du Playstation Move qui avait justement visé juste en sortant Book of Spells pour marquer son arrivée dans le game).

En tant que Potterhead, c’est quand même une petite nostalgie heureuse que de retrouver les bandes sons et les décors d’un saga qui nous berce depuis le premier tome sorti en 1997, même en version cubique, abrégée et plus humoristique encore !

Temps de lecture : environ 4 minutes

LEGO Harry Potter: Collection

  • Développeurs TT Games
  • Type Aventure, action
  • Support Switch
  • Sortie 30 Octobre 2018
LEGO Harry Potter: Collection à notre sauce...
8/10
LEGO Harry Potter: Collection à notre sauce...
Y'a bon
  • Tout ce qui touche à l'esthétique graphique et musicale qui rend nostalgique à souhait ♥
  • Redécouvrir les 7 années Poudlardienne partout avec soi
  • Une prise en main assez confortable, même aux Joy-Con
Beuuuuwark
  • Absence totale de Motion Control
  • Pas de correction de l'écran splitté en multijoueur
  • Technique
    7/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    7/10
  • Audio
    10/10
  • Contenu
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.
    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre