Dread Nautical est un tactical RPG à l’ambiance lugubre et remplie de songes dignes des comptes Lovecraftiens. Le jeu a été réalisé et édité par Zen Studios. C’est un studio hongrois reconnu pour ses jeux vidéo de flipper basé sur des licences connues. En septembre dernier, nous avons pu vous faire le test de Star Wars Pinball développé par ce studio.

C’est donc un studio convaincant dans son milieu, mais est-il bon lorsqu’on le met dans d’autres genres ? Le studio a eu l’occasion de travailler sur des jeux VR comme Out of Ammo et sur des jeux 2Ds comme Castlestorm II ou encore sur des jeux de rythme comme Kick Beat.

Bien que cela fasse de la variété, nous ne retrouvons pas de Tactical Rpg comme Dread Nautical. Ce dernier est donc un premier pas pour ce bon studio indé.


Dread Nautical


Supports : PS4, ONE, Switch et PC

Genre : Tactical RPG

Date de sortie : 29 avril 2020

Editeur : Zen Studios

Développeur : Zen Studios

Multijoueurs : Non


Une aventure dans les songes qui nous donne envie d’y rester à jamais.


  • L’ambiance
  • Gameplay simple mais éfficace
  • Plusieurs personnages déblocables
  • Un bon côté RPG
  • La direction artistique
  • Un peu court


Une ambiance Lovecraftienne ?

Commençons par une petite mise en contexte de l’histoire. Elle débute quand nous nous réveillons à bord du bateau de croisière, Hope. Malheureusement amnésique, nous allons découvrir au fur et à mesure que l’ambiance sur le bateau est peu commune. Peuplés de morts-vivants et autres monstres, tous les nœuds de l’histoire démarrent lorsqu’on trouve la corne de brume du bateau. Après l’avoir fait sonner, nous nous évanouissons. Le réveil dans notre lit nous rappellera le précédent.

À nous de découvrir le fin mot de l’histoire, essayer de sauver des survivants s’il en reste, et tant qu’on y est nous même aussi.

Une ambiance digne de Lovecraft: jouer avec un roulement où le personnage s’évanouira régulièrement lorsqu’il sonne la corne de brume nous met vite dans un contexte étrange. Le tout se déroule sur un navire sombre et peu habité, où il sera plus fréquent de rencontrer des monstres que des humains. Cela offre le côté lugubre qui, lié à l’étrange, propose une histoire de songe jouant entre le réel et l’irréel, l’étrange et le ressenti. Bref, du Lovecraft.

Tactical-RPG ?

C’est donc un gameplay tactical RPG qui a été choisi pour Dread nautical. Ce choix se marie bien avec l’aventure qui nous est proposée. À chaque réveil, nous arriverons dans un hub central. Ce dernier nous permet de nous stuffer, et de choisir nos coéquipiers. Il faudra aussi prévoir de quoi les accueillir, nous poussant donc à bien gérer notre hub.

Dès qu’on est prêt, nous partons visiter le niveau jusqu’à retrouver la corne de brume qui nous fera retourner aux hubs centraux. Chaque visite aura un chemin différent et nous fera découvrir d’autres ailes du navire, avec d’autres survivants et d’autres histoires.

Il est possible de choisir entre différentes lignes de dialogues lorsqu’on rencontre un survivant. Le but était d’augmenter notre sympathie envers lui pour espérer le recruter. Il faudra aussi se préparer à leur arrivée, en créant des lits dans notre hub.

Nous avançons dans les niveaux avec un système de damier, celui-ci est assez simple et nous laisse pas mal de possibilités d’actions. Chacun de nos personnages offrira des compétences spéciales et à la fin de chaque game il faudra les nourrir pour repartir en pleine forme au réveil.

Pour le genre utilisé ici, le gameplay est assez classique, mais allié avec son ambiance et l’histoire, il devient très agréable pour découvrir le genre.

Besoin d’un petit lifting ?

Le point faible à mes yeux se trouve sur la direction artistique des différents personnages. On peut s’accorder à dire que l’ambiance made in Lovecraft et les décors sombres mais cartoons rendent très bien. Le souci est que les différents personnages sont réalisés de manière trop simpliste. Ce qui est dommage, car cela ne les rend pas ou peu charismatiques, alors qu’il y a un travail de fait sur l’écriture. C’est après avoir passé du temps avec eux que l’on s’y attache, car de base on a du mal à s’identifier à eux.

Test Dread Nautical : Conclusion

Dread Nautical a beaucoup de bons points. Il réussit son côté Rpg et tactical. Il réussit à nous immerger dans son ambiance et son histoire avec facilité. On prend plaisir à avancer et on est triste lorsque ça se finit. Un tactical très sympathique qui devrait plaire à tous ceux voulant découvrir l’aventure qu’ont vécue les passagers d’Hope.

Montrer le reste de l'article
Précédent Umihara Kawase BaZooKa aura droit à ses éditions physiques très limitées en juillet
Suivant Xbox Series X : des milliers de jeux rétrocompatibles dès son lancement

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Pop-Up Pilgrims déboule sur PSVR

24/01/2018
Close