Collection of Saga Final Fantasy Legend est une sélection de JRPG rétro développés et publiés par Square Enix, composée de trois titres issus de la (ou du, je ne sais jamais) Game Boy. Maintenant, vous pouvez y accéder sur Switch, mais le ferez-vous ?


Collection of SaGa Final Fantasy Legend


Supports : Switch

Genre : JRPG

Date de sortie : 15 décembre 2020

Editeur : Square-Enix

Développeur : Square-Enix

Multijoueurs : Non


Collection of SaGa Final Fantasy Legend compte un grand titre de l’ère Game Boy


  • Les options issues du Switch Online
  • Le mode Tate
  • Le troisième épisode est toujours agréable à parcourir,

  • Ce sont quand même des jeux rudes et expérimentaux

Celui que l’on nommait Squaresoft avant la fusion avec son rival Enix possédait dans son écurie 3 licences phares : Final Fantasy bien entendu, à qui il doit sa première survie, mais aussi la magnifique Seiken Densetsu et l’atypique SaGa.

A la tête de cette dernière, une volonté d’un petit designer de briser les règles fraîchement établies dans le JRPG, et “essayer” d’autres choses. Série de l’ombre de Square, SaGa a apporté au JRPG nombre de concepts en avance sur leur temps.

En 1989, Akitoshi Kawazu aura donc l’honneur de créer le premier RPG sur Game Boy avec l’envie de prendre ce qu’il se fait de mieux au Japon, mais aussi en Occident. Si le nom de Kawazu ne vous dit rien, songez un instant que c’est à lui que nous devons Final Fantasy Crystal Chronicles sur GameCube et Legend of Mana sur la première Playstation…

Il rêve d’aventures moins cloisonnées, là où Final Fantasy I et II imposent déjà une narration et un certain dirigisme (tout relatif de nos jours). Square lui confie alors les commandes pour créer son jeu comme il l’entend. L’enthousiasme est de courte durée, car les moyens de l’époque, surtout sur la portable de Nintendo, sont plus que limités, mais il a tout de même le champs libre pour briser les tous nouveaux canevas du JRPG et crée le tout premier segment de sa propre vision du genre : Makaï Toushi SaGa.

Final Fantasy Legends

Encore un nom qui vous est inconnu ! Et pour cause, les gars du marketing se sont dit que le titre se vendrait mieux outre-archipel si on lui collait la mention “Final Fantasy” sur la tête. Ainsi, c’est sous l’appellation “Final Fantasy Legends” que SaGa sort hors du Japon et tous ceux qui s’y sont essayés sont d’accord pour dire que la série SaGa s’éloigne énormément de ce que Final Fantasy ou Dragon Quest proposent à l’époque.

Pour la petite histoire, les gars du marketing ont réitéré leur grande idée de l’étiquette FF sur l’autre grande licence de la firme : Seiken Densetsu s’est ainsi vu renommé Final Fantasy Adventure Mystic Quest. Final Fantasy faisait vendre, il était bon de ne pas lâcher le joueur en l’abreuvant de titres, même si ceux-ci n’avaient qu’un vague rapport. Si Seiken Desentsu est devenu la mythique série d’Action-RPG que l’on connait (si tu avais une Super Nes, tu avais forcément Secret of Mana, sinon, t’avais raté ta vie), SaGa portait bien mal son pseudonyme, alors qu’il cherchait justement à s’éloigner de la série fleuve.

Si ses ambitions premières durent être revues à la baisse pour son premier essai, Kawazu innova déjà sur bien des points avec sa première trilogie. Même si la première aventure se révéla au final aussi scénarisée et dirigiste que les autres jeux (gravir une tour composée de Mondes pour aller vaincre Dieu en personne), la suite propose la création de sa propre équipe à travers 3 races : les Humains, Mutants/Espers et Monstres ainsi qu’une gestion de la durabilité des équipements.

En effet, n’espérez pas garder les mêmes équipements toute l’aventure et partir farmer comme bon vous semble : les armes et armures s’abîment et nécessitent de devoir en changer assez régulièrement.

Les races ont également un rôle majeur, car elles évoluent déjà différemment : si les Humains se révèlent assez polyvalents, les Mutants (ou Espers) peuvent apprendre jusqu’à 4 capacités de plus et les Monstres dévorent les ennemis pour évoluer suivant un système aléatoire. On pouvait donc se retrouver avec un allié très puissant évoluant en un petit monstre moins performant. Aïe !

Les Robots font leur apparition en tant que Race dans le deuxième épisode, pouvant être améliorés avec diverses pièces, tandis que le troisième introduisait déjà les voyages dans le temps (de retour plus tard avec Chrono Trigger) à bord d’un vaisseau. Cependant Kawazu n’est pas au commandes de cet épisode, ayant laissé sa place aux équipes de Square travaillant déjà sur Mystic Quest. De fait, nombre d’éléments, comme la fameuse durabilité, ne sont plus au rendez-vous et le public japonais boude quelque peu cette sortie. Néanmoins, le titre se révèle visuellement magnifique pour de la GameBoy, la possibilité de sauter apparaît, faisant évoluer le level-design dans une nouvelle direction et les personnages ne sont plus des boîtes vides, mais possèdent leur propre histoire et leurs propres objectifs.

Le troisième épisode de cette Collection of SaGa Final Fantasy Legend est le plus réussi, car il possède l’histoire la plus cohérente et les mécanismes JRPG standard permettent de s’y repérer plus facilement sans avoir besoin de chercher un guide. Il convient de mentionner que Collection of SaGa Final Fantasy Legend est un titre à petit budget et n’est pas aussi cher qu’un jeu comme Collection of Mana, ce qui pourrait en faire un achat plus intéressant.

Kawazu fait déjà montre d’originalité dés le second épisode en introduisant le système de MAGI, qui sera repris plus tard dans Final Fantasy VI et VII, avec les Matéria. On peut en effet équiper les personnages invités provisoires (les guests) de runes spéciales leur conférant de nouvelles capacités. Les héros peuvent également changer de race à loisirs, rappelant le système de classe de Final Fantasy.Malgré son statut de petit jeu sur GameBoy, la série des Makai Toushi SaGa a su en quelques épisodes seulement apporter des idées fraîches dans un genre qui commençait déjà à s’embourber dans les mêmes poncifs. Kawazu était visionnaire, mais, comme nous le savons aujourd’hui, sa quête d’originalité mènera cette fantastique série à sa perte.

Pour en revenir à Collection of SaGa Final Fantasy Legend, cette version Switch ajoute quelques fonctionnalités supplémentaires, qui sont similaires à celles utilisées dans les jeux Nintendo Switch Online. Il y a un changement de vitesse, des options de taille d’écran, et le jeu s’enregistre automatiquement si le joueur quitte le jeu. La caractéristique la plus intéressante de Collection of SaGa Final Fantasy Legend est le mode Tate, qui permet aux joueurs de tenir le Switch verticalement et d’utiliser l’écran tactile pour jouer comme s’il s’agissait d’un Game Boy.

Collection of SaGa Final Fantasy Legend

Titiks

L’avis de Titiks sur Switch

En bref

Collection of SaGa Final Fantasy Legend compte un grand titre de l’ère Game Boy et deux autres titres qui peuvent être appréciés pour leur place dans l’histoire du jeu vidéo, même avec un guide à portée de main. Les nostalgiques de ces jeux devraient pouvoir les apprécier, mais les nouveaux venus pourraient être rebutés par leurs conceptions archaïques.

3

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Disgaea 6: Defiance of Destiny montre ses bases de gameplay en vidéo
Next Le jeu de survie et de trahison Project Winter arrive sur Xbox et dans le Game Pass

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Mass Effect Andromeda : gameplay et Natalie Dormer

23/02/2017
Close