Burnhouse Lane m’a captivé alors que je ne m’y attendais pas. Je peux déjà vous dire qu’il s’agit d’un excellent jeu d’aventure et de puzzle qui explore les thèmes de la mort et surtout du désespoir. Dès le début, le jeu plonge dans la noirceur alors que la protagoniste Angela envisage d’en finir après avoir appris son état de santé. Mais le destin en décide autrement.


Burnhouse Lane


Supports : PS4

Genre : JRPG

Date de sortie : 20 mars 2020

Editeur : SEGA

Développeur : Atlus

Multijoueurs : Non


Burnhouse Lane est un jeu étonnamment noir et violent de qualité, qui ne nous épargne pas grand chose.


  • Visuellement magnifique
  • Une histoire noire et cruelle
  • Les énigmes
  • Le doublage
  • De rares séquences d’action peu adaptées

Donner son âme au chat

Après cette scène choquante, l’histoire suit alors le personnage dans une petite ferme où elle devra s’occuper d’un vieil homme atteint de démence, entouré d’un groupe hétéroclite de voisins et autres connaissances.

Le gameplay de Burnhouse Lane se rapproche d’un point’n clic à défilement horizontal, avec toutefois la possibilité d’évoluer en profondeur dans les environnements. Basiquement, Angie doit trouver des objets pour résoudre des énigmes et faire avancer l’histoire. Malgré sa simplicité, le jeu surprend les joueurs avec quelques séquences d’action, comme tirer sur des zombies ou éviter un combat ressemblant à celui contre un boss, voire un cache-cache dans une forêt plus que glauque. Ces éléments ajoutent de l’inattendu, rendant l’expérience très prenante.

Burnhouse Lane, un lieu hors du temps et très important, semble être une sorte de purgatoire, où certains ont choisi d’élire domicile… (et vendre des kebabs… enfin…). Les chats peuvent s’y déplacer librement, Et c’est d’ailleurs avec un chat repoussant que la protagoniste conclut un étrange accord, promettant de lui fournir des âmes noires en échange d’un remède pour sa propre décrépitude. C’est une entrée en matière malsaine et glauque, mais qui n’est pourtant que le début du voyage en enfer d’Angie. Burnhouse Lane est un jeu étonnamment noir et violent, qui ne nous épargne pas grand chose.

Le style visuel de Burnhouse Lane met en scène des personnages dessinés à la main évoluant sur un plan en 2D. Cependant, la représentation en 3D de certains objets, comme les maisons, peut entraîner des connexions déroutantes entre les pièces. Pourtant, son ambiance et ses décors – qui m’ont fait penser aux classiques de l’horreur du cinéma italien, éclatant de couleurs – sont sublimes ! Chaque décor est soigneusement travaillé pour être aussi fascinant que déroutant. Les couleurs y sont omniprésentes et pourtant, le jeu parvient à être d’une grande

La disposition du jeu et le déroulé des environnements est délibérément conçue pour servir le récit, permettant un peu de mise en scène et des entrées dramatiques, afin de relancer l’intrigue à n’importe quel moment.

L’ambiance immersive du jeu est renforcée par le doublage quasi intégral. Ce doublage vocal enrichit beaucoup l’expérience, d’une part parce qu’elle nous immerge bien plus en incarnant les tourments et l’état d’esprit des protagonistes, mais permet aussi de se passer (un peu, si vous comprenez l’anglais) des sous-titres bien trop petits pour les écrans TV.

Burnhouse Lane est avant tout un récit terrible mais fascinant sur des thèmes comme la dépression, le désespoir et l’acceptation. On suit une Angie désabusée, prête à se soumettre à de mystérieux rituels sacrificiels sanglants par dépit et désespoir, mais qui sera tour à tour en contact avec des personnages très chaleureux, et d’autres d’une cruauté et d’une violence absolue.

Burnhouse Lane est un vrai jeu d’horreur, que j’aurais peut-être eu du mal à supporter dans un film, pourtant, il captive et fascine, jouant souvent avec un surnaturel maîtrisé. Sorte de Silent Hill plus macabre encore, la ville déserte de Burnhouse Lane n’est pourtant pas si présente, car les véritables horreurs se déroulent dans le monde réel, proche de la ferme réconfortante où Angie et ses amis trouvent refuge.

Burnhouse Lane

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En Bref

Burnhouse Lane est une aventure passionnante qui tient les joueurs en haleine grâce à ses énigmes et son récit profondément émouvant. Le jeu aborde avec brio des thèmes complexes tout en offrant une atmosphère étrange et immersive. Burnhouse Lane est un jeu qui hantera les joueurs, bien après la fin d’un voyage que l’on a pas envie d’atteindre.

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Découvrez les périls de Rubicon 3 dans la nouvelle bande-annonce d’Armored Core VI Fires of Rubicon
Next Une nouvelle vidéo pour Les Schtroumpfs 2 – Le Prisonnier de la Pierre Verte

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

AtGames veut ramener l’arcade à la maison avec le Game Pro

19/10/2020
Close