Test Blacksad Under The Skin

Test | Blacksad : Under The Skin

Chatastrophe au pays des ours Polar

Blacksad c’est tout un univers, une ambiance, des thématiques pensées et réfléchies par Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido

Tout un tas de choses à respecter qui rendent la tâche de l’adaptation plus compliquée.

Les premières images étaient pour le moins rassurantes en ce qui concerne le passage de la 2D de la BD à la 3D du jeu développé par Pendulo et YS Interactive pour le compte de Microïds.

Mais vous savez tout comme moi que l’enveloppe ne fait pas tout, c’est le contenu qui importe et à plus forte raison quand l’enveloppe n’a pas été affranchie correctement.

Blacksad Under The Skin TestChat de bonne manière n’est pas chat de gouttière.

Blacksad est une bande dessinée peuplée d’animaux anthropomorphes dans une ambiance de polar des 50’s dont le héros est John Blacksad, un détective privé pur jus. C’est lui-même, chat noir à l’impair cliché, que vous incarnerez dans Blacksad : Under The Skin.

Alors qu’il commençait à désespérer d’avoir une affaire digne de ce nom, voilà qu’il se retrouve à devoir enquêter sur le “suicide” du manager d’un boxeur vedette maintenant en fuite. 

Bien que le scénario, l’ambiance et l’œuvre de base sont respectés et que l’on profite d’un doublage de qualité, la première chose que l’on remarque une fois la poussière de jazz envolée est, qu’en dehors de la partie technique, Blacksad : Under The Skin est un jeu qui semble venir lui aussi d’une autre époque. 

On se retrouve à l’époque des premiers Runaway (de Pendulo), avec leur carence en animations, leur rigidité et tout ce que ça peut apporter en termes de frustrations lors de vos recherches dans les décors (où la caméra aura parfois du mal à trouver sa place).

On remarquera très vite que John Blacksad se dirige comme un poids lourd et que chaque scène d’enquêtes et quête aux indices sont souvent plus que pénibles. Je ne vous dis pas la joie que l’on éprouve lorsque l’on remarque que l’on a oublié un élément déclencheur interrogatoire et qu’il faut revenir sur ses pas et se fader de nouveau une phase de Euro Cat Simulator.

Si ce n’était que ça, ça irait, mais le plus grave reste quand même la linéarité du titre que les développeurs tentent de cacher en vain.

C’est sûr que l’on vous propose des pouvoirs un peu spéciaux, ou plutôt des sens de chat: une ouïe fine, une vue perçante, et même un odorat sur-développé. Ces sens/pouvoirs vous serviront à récolter les indices qui vous laissent espérer une ouverture sur leurs liaisons, leurs connections, la liberté de chercher vous-même des correspondances et avancer ou non dans l’aventure.

Je vous le dis tout de suite, tout ceci n’est qu’illusion. Vos choix ne sont à aucun moment libres ou n’influent sur l’histoire. Vous devez impérativement trouver les bonnes réponses, les bonnes liaisons sinon l’histoire restera bloquée. Et ce même si vous ne trouvez pas la solution logique. C’est le jeu qui décide ; pas vous.

Tout comme lorsque vous faites des erreurs dans les dialogues, le jeu trouvera un moyen de vous remettre sur ses rails.

Après tout, ça peut plaire à un certain public d’être guidé par la main de la sorte, mais alors pourquoi faire croire que l’on a un semblant d’impact sur le déroulé.

Les phases de QTE sont un autre bel exemple de ce schéma « point A au point B sans embranchements possibles ». Elles ne vous laisseront aucun autre choix que de les recommencer jusqu’à la perfection si vous les ratez. De plus, ces phases sont ultra rapides et ne jouent à aucun moment avec le rythme pour créer une tension dramatique.

Blacksad Under The Skin TestUn temps de chien pour ce gros chat

Ce n’est pas glorieux n’est-ce pas ? J’ai l’air déçu vous ne trouvez pas ? Et c’est normal car je n’ai rien à dire sur le fond, l’histoire, sa mise en scène, sa musique et ses doublages, sa durée de vie (+-15h), ou en tout cas rien de grave et de bloquant.

Cependant, Blacksad : Under The Skin pèche par un game design qui ne sait pas vraiment où il veut aller. Il s’embarrasse de complications de gameplay pour ne pas paraître trop simpliste.

Techniquement, c’est sans cesse les montagnes russes entre « beau » et « totalement dépassé ». Sans compter les bugs que ça peut apporter, les imprécisions des zones réactives et j’en passe.

Conclusion

Blacksad : Under The Skin est l’objet même de l’adaptation qui a compris l’œuvre d’origine, l’a respectée et offre aux fans un complément qui s’inscrit sans honte dans le lore et la mythologie.

Tout ça serait parfait si finalement on avait eu droit à un film d’animation ou un jeu qui n’essaie pas d’en faire des caisses sans en maîtriser aucune.

Dommage, vraiment dommage. Sur ce j’écrase mon cigare dans mon whisky et je m’en vais au loin dans la brume retrouver les tomes de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Test Blacksad Under The Skin

Blacksad : Under The Skin

  • Développeurs Pendulo / YS Interactive
  • Type Aventure
  • Support PS4, PC, Xbox One, Nintendo Switch
  • Sortie 14 Novembre 2019
Blacksad Under The Sking
4/10
Blacksad Under The Sking
Y'a bon
  • L'ambiance
  • Le respect de l'oeuvre d'origine
  • La musique et les doublages
Beuuuuwark
  • La technique
  • Le game design qui se perd
  • Les QTE inutiles et mal intégrés
Commentaires Facebook
Catégories
Tests
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre