Balan Wonderworld est la dernière création de Yuji Naka et nous avions déjà eu le bonheur de vous en parler à l’occasion de la sortir d’une version preview en février dernier. Aujourd’hui, nous enfilons nos costumes à nouveau pour replonger dans le monde merveilleux de Balan Wonderworld. Est-ce que le jeu final tient ses promesses ? C’est ce que nous verrons après avoir récupéré quelques statuettes !


Balan Wonderworld


Supports : PS4, PS5, XB1, Xbox Series X/S, Switch, PC

Genre : Plateforme

Date de sortie : 26 mars 2021

Editeur : Square Enix

Développeur : Balan Company

Multijoueurs : Oui


Wonderworld est un univers étrange et fantastique que l’on prend plaisir à explorer.


  • Un univers coloré
  • Facile à prendre en main
  • 80 costumes à expérimenter
  • Pas de véritable challenge
  • Un peu répétitif
  • Une histoire peu développée au final

Tout n’est pas dans la narration

Balan Wonderworld est un titre très avare en narration. Pour comprendre l’histoire, ou plutôt les histoires, il faut s’attarder aux différentes cinématiques qui sont jouées. Le très énigmatique maître de cérémonie Balan vous convie à des aventures spectaculaires que vous vivrez soit dans la peau de Léo Craig ou dans celle d’Emma Cole. Il est également possible de jouer à Balan Wonderworld en co-op. Les aventures des protagonistes prendront forme à partir du théâtre de Balan qui sert de fil conducteur. Cependant, votre personnage agira dans une sorte de monde parallèle fantaisiste : Wonderworld.

Voici Emma, au pays des Tims.

Une histoire en plusieurs actes

Wonderworld est un univers étrange et fantastique qui tire son existence de souvenirs. Chaque niveau, ou acte, est un conte qui met en scène une aventure différente. Le premier niveau, par exemple, est axé autour du thème de la ferme. Votre personnage évolue dans les champs et entre les légumes du potager. Le deuxième niveau est aquatique et l’histoire que l’on suit est celle d’une plongeuse et d’un dauphin. L’univers de Balan Wonderworld n’est donc pas photoréaliste puisque nous avons plus l’impression de nous trouver dans des décors qui évoquent des choses. La théâtralité occupe une place centrale dans Balan Wonderworld et s’illustre de diverses manière, dont la collection de trophées et une chorégraphie digne des plus grandes comédies musicales pour célébrer votre victoire face aux bosses. 

Les actes se terminent par de superbes chorégraphies.

Si nous avons déjà évoqué les actes, il faut également parler des entractes pendant lesquels votre personnage évolue dans l’île des Tims. Les Tims sont de petites créatures qui vous accompagnent dans votre voyage et que vous devez nourrir des gouttes pour voir grandir. Un Tim mature peut pondre un oeuf, et donc accroitre la population d’alliés qui suivent votre personnage dans les actes. 

l faut nourrir les Tims !

L’exploration est de mise

Si le gameplay de Balan Wonderworld est d’une simplicité désarmante (un seul bouton d’action est utilisé), vous devrez quand même déverrouillez 80 costumes qui ont chacun leurs propriétés afin d’explorer les moindres recoins des niveaux. Le côté mignon et caricaturale des dessins animés facilite aussi l’intégration des costumes qui sont la pièce maitresse du gameplay. 

Des petites activités sont dissimulées dans les niveaux, comme le tir au but.

Il faut savoir qu’un premier passage dans un acte donné ne vous permettra jamais de trouver tous les trophées et les secrets qui s’y cachent. Il faudra donc y revenir de nombreuses fois, avec de nouveaux costumes, pour fouiller chaque acte de fond en comble. L’aspect plateforme du jeu occupe donc une plus grande place que l’aspect combat. Certains ennemis seront présents sur votre chemin et chaque acte se termine par un boss, mais la difficulté des combats n’est pas au rendez-vous. Ce qui prime, c’est l’expérience globale et celle-ci s’avère plaisante et assez immersive.

Balan Wonderworld

Matthieu Meignan

L’avis de Matthieu

En Bref

Retour à la loge

Balan Wonderworld est un jeu surprenant et qui s’apprécie facilement. Le découpage de l’aventure en petite scène permet d’y jouer de manière sporadique et d’y prendre du plaisir. Balan Wonderworld s’adresse aux petits et aux grands et vous passerez certainement un bon moment à y jouer en famille. La facilité, qui de prime abord semble être un défaut, est en fait une qualité qui permet à tous d’apprécier l’immense dose de créativité contenue dans Balan Wonderland.

4.5
Show Full Content
Previous L’Apocalypse selon Godzilla. Le Japon et ses monstres et deux autres livres arrivent chez Third Editions
Next Slay the Spire rencontre Faeria dans l’Early Access de Quinterra

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Dragon Quest Builder | Test

20/10/2016
Close