J’ai arrêté la drogue…

...

Bonjour, Pierre-Antoine, 31 ans et ça fait 5 mois que je suis sobre. 5 mois que j’ai décroché de Blizzard.

Je disais que j’ai décroché de Blizzard, parce que pendant un peu plus d’un an je n’ai joué pratiquement qu’à des productions de l’éditeur. Diablo 3, Heroes of the Storm, Hearthstone et même un tout petit peu de Starcraft. J’y avais tout simplement tout ce qu¡’il me fallait. Du jeu solo bourrin et sa machine à loot au multi relax et fun. Et j’étais carrément hypé par Overwatch, je voulais absolument y jouer. Quelques part, merci Blizzard de ne pas avoir taggé mon compte et m’avoir fait entrer dans la Beta. C’est simple, en couvrant plusieurs styles de jeu, Blizzard était arrivé à ne me faire jouer qu’à des jeux à lui et me faisant oublier plusieurs dizaines d’autres de mon compte steam. Je n’avais besoin de rien d’autre, j’étais heureux, je parcourais cette bonne vieille cathédrale de Tristram en faisant tomber des météores sur les hordes démoniaques de Diablo ; je faisais prendre feu à mes ennemis grâce au Phoenix et détruisais leurs forteresses grâce à mes flammes ; je bâtissais des armées grâce à l’énergie des pylônes et grâce à mes 7 gates robot, je réduisais à néant les forces ennemies pour Aïur. Enfin je me reposais à l’auberge. Au coin du feu, une petite partie de carte invoquant jongleurs de lames, le Docteur Boum et Ragnaros, je me battais pour obtenir un peu d’or tranquillement posé dans mon canap’.

"Viens jouer avec nous, on va s'éclater tu vas voir" Un dealer d'Overwatch

« Viens jouer avec nous, on va s’éclater tu vas voir » Un dealer d’Overwatch

Et pourtant, il y avait toujours ce sentiment de culpabilité, au fond de moi, qui me faisait me rappeler que j’avais des dizaines d’autres jeux qui m’attendaient sagement et me proposeraient plein de nouvelles expériences. Mais ce sentiment s’accompagnait rapidement par un vilain démon de la flemme. La flemme de se lancer dans quelque chose de nouveau, dont il va falloir apprendre les mécaniques, appréhender le gameplay. Et si ça ne me plait pas en plus ? Fort heureusement, parfois épris de lucidité je n’hésitais pas et fonçais même vers ces nouvelles découvertes que je ne regrette absolument pas. Merci Verdun et tes champs de batailles boueux de la première guerre mondiale. Merci Invisible Inc, et ton système de tactical espionnage au tour par tour aux petits oignons accompagnés d’une direction artistique à tomber. Et merci City Skyline de m’avoir permis de construire une jolie petite ville et de m’avoir fait oublier la frustration Sim City.

J’ai arrêté la drogue, et je n’ai plus envie une fois rentré chez moi de me jeter sur le ladder du hero brawler HOTS, trop de frustrations. C’est une came – comme tous les mobas – qui est faite pour en profiter en groupe de potes. Plus convivial et plus de fun. Seul, on ne fait que rager contre les autres… Trop de frustration de me faire rouster à la moindre partie de ladder sur Star Craft 2. La grande nostalgie du premier opus m’avait fait plonger irrémédiablement dans celui-ci. Et les premiers commentateurs m’apportaient un divertissement passionnant qu’étaient les parties entre joueurs Pro. C’était le tout début de l’e-sport à grande échelle. Je regardais plus que je ne jouais. Mais hélas, Star Craft est un jeu qui demande beaucoup d’investissement pour y prendre plaisir, les builds order, les timings, les match-up exigent d’être étudiés si l’on veut arriver à quelque chose en multi joueur. Je comprends que les audiences se tournent vers les mobas. Des jeux gratuits, aux mécaniques plus simples et immédiatement fun. Pas difficile de faire venir ses amis pour jouer ensemble. Enfin, trop de frustration, de dizaines et dizaines de paquets de cartes ouverts pour toucher une carte légendaire… que j’avais crafté le mois d’avant.

"Ouvrir son 30ème booster sans toucher une Légendaire" - Allégorie

« Ouvrir son 30ème booster sans toucher une Légendaire » – Allégorie

J’ai arrêté la drogue mais…. Pas vraiment « la clope ». J’avoue, je joue toujours un peu à Hearthstone, juste une de temps en temps. Je faisais mes petites missions, histoire d’amasser un peu d’or avant la prochaine extension en espérant un gros changement de méta. Et là à peine sortie, je ne touche presque plus au jeu qui a pourtant beaucoup changé ! Je suis un peu retombé dans Battlefield aussi, profitant d’une promo sur le store, je me le suis pris sur PS4. Une petite heure avant de manger ? Bon, une ou deux games et une heure de plus au compteur qui en affiche déjà plus de 400. Mais c’est plus comme avant. C’est un peu comme quand tu as pris une trop grosse cuite avec un alcool. Tu te dis que ça va aller. Une petite gorgée, ça passe à peu près. Mais tu sais que tu ne pourras pas aller beaucoup plus loin. Trop c’est trop.

J’ai donc eu une PS4 pour les fêtes. Et grâce à elle j’ai pu sauter un peu dans cette new gen. Le dernier Batman Arkham Knight : Fabuleux. Street Fighter 5 : un jeu au système de jeu abouti, mais vendu en pièce détachées. Honteux. Et dernièrement j’ai commencé le reboot de Tomb Raider. J’avais besoin d’un bon jeu d’aventure dans ce genre. J’y vais à la Robin des bois. Tout à l’arc ! Enfin je vais mieux. Je suis redevenu un joueur heureux et avide de nouvelles découvertes. Du coup avec toute la hype autour de Dark Souls 3 ces derniers temps, j’ai décidé de franchir le pas et de me lancer : Dark Souls Prepare to Die Edition me voici ! A moi la mort !
Il parait que c’est de la bonne.

Commentaires Facebook
Catégories
Hors JeuHotPxlLe blog des cuisiniers
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre