Jeudi 24 août. Dernier jour de cette gamescom 2017 pour PxlBBQ. Pour terminer en beauté, j’avais trois jeux de l’éditeur Devolver Digital qui m’attendaient. Trois jeux aux styles bien différents mais qui m’ont tous mis une bonne petite claque.

Ruiner

Développé par le studio Reikon Games, Ruiner est un shooter/slasher que l’on pourrait qualifier vite fait de Hotline Miami-like de par sa vue du dessus, sa nervosité et sa violence.

Cependant, Ruiner se démarque par ses mécaniques plus complexes à appréhender, ce qui le rend moins intuitif qu’un Hotline Miami mais aussi plus intéressant à maîtriser. Dans Ruiner, le personnage que vous contrôlez peut dasher, se téléporter (plusieurs fois de suite) ou encore créer un bouclier permettant d’absorber les bastos adverses. Le tout se lance via les gâchettes de la manette. La démo que j’ai tâté, en forme de gros tuto, m’a permis de me familiariser avec ces différentes mécanismes. Une fois les bases assimilées, les combats sont ultra frénétiques : ça dash dans tous les sens en filant moult coups de batte ou en faisant déferler des pluies de pruneaux sur les ennemis. Le tout ponctué par de classieux slomo. Bref, manette en main, on ressent vraiment avec quelque chose de viscérale dans les combats qui nous plongent dans une sorte de transe sensorielle.

L’enrobage de Ruiner est également à l’avenant. Avec son style cyberpunk, ses superpositions d’images et sa composition du décor raffinée, le titre a énormément de cachet.

Comme j’ai pu terminé la démo assez rapidement, le développeur présent m’a permis d’aller un peu plus loin dans le jeu. La seconde partie était plus posée et servait à installer le lore. J’ai ainsi pu gambader dans une ville remplie de PNJ et d’informations en tout genre sur l’histoire du jeu. Que ceux qui sont allergiques à la lecture se rassurent, tout ceci est optionnel et n’est là que pour étoffer le background du jeu. Mais encore une fois, l’ambiance y est totalement folle.

Cette petite demi heure de jeu m’a clairement donné envie de poser mes paluches sur la version finale de Ruiner. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il sort très bientôt. Si tout va bien, le jeu déboulera le 26 septembre prochain sur PlayStation 4, Xbox One et Steam.

Crossing Souls

Le second jeu que j’ai été voir chez Devolver possède clairement une toute autre ambiance. Mais il recelait lui aussi un potentiel totalement foufou.

Crossing Souls, c’est son petit nom, est un jeu d’aventure en pixel art qui fera sans doute écho à votre enfance aventureuse grâce à une ambiance proche de ce que proposait les Goonies.

La démo, située au tout début de l’aventure, servait essentiellement à planter le décor et à présenter les 5 enfants, héros de cette aventure. Les premières minutes de jeu sont relativement libres et l’on se balade à sa guise dans un petit village californien des 80’s en pouvant discuter avec tous les NPC. A mesure qu’on retrouve les membres de son crew, on découvre que ceux-ci possèdent des compétences propres. Le leader peut filer des coups de batte de baseball, le binoclard est armé d’un gun et de propulseurs attachés à ses chaussures pour sauter plus loin, le gaillard bien en chair envoie des patates de forains, etc. La principale mécanique du jeu consistera donc à switcher entre les différents enfants pour trouver celui qui sera apte à débloquer une situation.

L’exploration des décors très choupis est récompensées par la découverte de trésors et autres clins d’oeils malicieux à la culture fluo des années 80. L’avancée est également rythmée par quelques combats, pas trop exigeants (en tout cas sur la portion de jeu jouée) mais plutôt amusant (avec de jolies références à Street of Rage).

La démo de Crossing Souls s’est clôturée par la découverte d’un étrange artefact, une pierre magique permettant de voir les morts. Nos cinq enfants pourront ainsi communiquer avec des fantômes venus d’époques et de dimensions différentes.

Ces 30 minutes en compagnie de Crossing Souls ont laissé entrevoir un jeu au potentiel faramineux et sentant bon la nostalgie des années 80. Une aventure choupi et dark à la fois que j’ai vraiment eu envie de vivre. La dernière bonne nouvelle, c’est que le jeu est actuellement en cours de localisation et que le français fera partie des langues du jeu ! Vivement !

Absolver

Dernier jeu à tester chez Devolver et, encore une fois, changement radical d’ambiance. Cette fois-ci, on part du côté du jeu de baston jouable en ligne façon MMO. Mais Absvolver n’est pas le genre de jeu de bagarre qui vous demande de balancer du quart de cercle. Non, ici, c’est à la fois plus simple et plus profond. Oui, ça parait un peu antinomique. Et pourtant.

Les enchaînements se font avec deux boutons (triangle et carré dans la version jouée). Cependant, leurs transitions va dépendre de la position de votre combattant vis-à-vis de son adversaire. Cette position se définit via la pression de R2 accompagnée de l’inclinaison d’un stick dans une direction (il y a donc 4 directions possibles pour autant de stances). Il est ainsi possible de bourrer différents types de coups, lent, rapide, qui brise la garde, etc.

Manette en main, et après une petite adaptation, le résultat est convaincant.

Mais là où ça devient intéressant, c’est que le système de combat est ultra customisable via des espèces de deck. On peut ainsi attribuer des attaques, et des combinaisons d’enchaînements, à chaque coup et ce pour chaque stance. Ces coups sont soit appris via votre art martial choisi en début de partie (il y en a 3 au total), soit via les autres joueurs ou les NPC. En effet, à mesure que vous encaissez les coups adverses vous pourrez finir par les apprendre. Mieux encore, certains joueurs skillés pourront même devenir maître en créant leur propre art martial et pourront l’enseigner aux autres joueurs. Ajoutez à cela, la possibilité de se fritter avec des épées et autres coups de poings américains et vous comprendrez que les possibilités sont gargantuesques.

Une fois votre deck de coups en poche, vous pourrez vous adonner au JcE ou au JcJ qui s’étofferont à mesure des mises à jours (gratuites !) jusqu’à proposer des matchs classés avec ligues et tout ce qui s’en suit.

Si cette demi-heure de jeu ne nous a permis que de gratter la surface du jeu, il apparaît clair qu’Absolver a beaucoup à offrir. Et on n’avait qu’une envie : s’essayer à la version complète du jeu. Ce qui est cool, c’est qu’on ne devra pas trop attendre puisque le jeu sort le 29 août prochain sur PC et PS4.

Show Full Content

About Author View Posts

Mr Scintillant

Actuellement, je tape la carte sur MTG Arena et Legends of Runeterra, tout en continuant mon marathon Kingdom Hearts

Previous SaturdayMan : Réveille-toi, héros !
Next gamescom 2017 – On a joué à Chased
Close

NEXT STORY

Close

Phoenix Wright 6 vient d’être annoncé sur 3DS

01/09/2015
Close