Eon Altar est un jeu de rôle comme il en existe des tonnes sur Steam. Proposé au format épisodique, à raison d’environ 4 heures par épisode, il vous propose de partir explorer des donjons en multijoueurs local, sous une cité en guerre pour combattre une divinité maléfique…

Smart

Plusieurs classes jouables, chacun dans son coin

En toute honnêteté, je n’ai pas vu la conclusion de Eon Altar. Non pas par manque d’intérêt, mais parce que celui-ci propose une manière de jouer plutôt atypique sans laquelle je n’aurais sans doute pas posé les yeux dessus. Et que cette façon de jouer est assez restrictive.

Car Eon Altar n’est pas excessivement beau, mais propose un univers Fantasy relativement convaincant avec un background travaillé. Son système de combat au tour par tour via une roue d’action est plutôt bien géré même s’il ralentit quelque peu l’action et rallonge la durée des combats. En début de partie, le joueur est invité à créer une session de jeu et à incarner l’un des personnages proposés parmi des archétypes préconstruits comme un guerrier barbare anthropomorphe, une mage, une assassin, un paladin etc… Le choix est relativement varié et permet à tous les joueurs présents dans la pièce de rejoindre la sessions avec son propre personnage.

Jusqu’à 4 joueurs peuvent ainsi faire équipe dans cette quête en coopération. Mais ils n’auront à leur disposition aucun clavier ou aucune manette : chacun d’entre eux devra dégainer son smartphone, télécharger l’application IOS ou Android et se connecter à la session de jeu. Chacun fera alors – à la discrétion de son propre écran – le choix de son personnage, chacun ayant ses propres motivations de continuer.

Ensemble mais pas trop

Avec cette idée somme toute très simple, Eon Altar réintroduit des notions de jeu de rôle qui avaient disparu lors de la transposition du genre au numérique : les choix personnels. En effet, si l’écran du PC n’affiche que l’aire de jeu pour les déplacements et les combats, toute la gestion du personnage se fait sur le téléphone. Chacun aura ainsi sa feuille de personnage, son équipement, ses statistiques et surtout, ses informations.

On se fait rapidement au mode déplacement

Lors des phases de dialogue, les joueurs sont invités à déclamer leur texte à voix haute, mais auront aussi la possibilité de conserver des informations secrètes les concernant ou concernant leur quête. Les choix se font ainsi de manière collégiale, secrète, instillant pas mal de roleplay et de coopération en jeu.

Concrètement, les joueurs déplacent leurs avatar à l’aide d’un cercle sur leur écran de smartphone, et peuvent ainsi ramasser des objets, richesses ou démarrer des dialogues. Lorsqu’ils entrent en conflit avec des ennemis, l’écran se modifie alors en une roue d’action où il est possible de sélectionner l’action à réaliser à son tour de jeu. Les joueurs adoptent alors des stratégies de placement et d’attaque entre eux et force est de constater que la technique suit sans heurt. Au bout d’un petit moment, le système devient très intuitif et l’application gère l’inventaire propre d’un personnage, ses sorts, statistiques, mais aussi le déroulé du scénario et ses informations personnelles. On se retrouve alors littéralement avec sa feuille de personnage entre les mains, à la différence qu’il n’est plus nécessaire de chuchoter des informations au maître de jeu, puisque celui-ci vous les affiche sur votre écran à l’abri des regards.

Conclusion

Eon Altar propose quelque chose de  techniquement impressionnant de simplicité et de fluidité tout en réintroduisant des notions disparues de jeu de rôle de fort belle manière. Malheureusement, le titre n’est pas bien long, et ne trouve sa saveur qu’en coopération – même s’il est jouable seul, mais du coup, le gimmick du smartphone perd de son intérêt – et ne permet à aucun moment de se passer de son téléphone pour un retour à des commandes traditionnelles en solo. De plus, le titre étant intégralement en anglais, cela pourra repousser pas mal de joueur, étant donné la nature narrative du titre et des besoins d’interprétation, un seul joueur au niveau d’anglais limité ruinera toute immersion.

Chouette concept, à réserver à des connaisseurs… qui lui préféreront peut-être un vrai jeu de rôle papier.

Eon Altar

  • Développeurs Flying Helmet Games
  • Type JDR Coop’
  • Support PC
  • Sortie 22 Juin 2016

Y’a bon!

  • La technique fonctionne superbement bien
  • Le retour de fonctions JDR disparues
  • De la vraie coop’ locale en tour par tour
  • Un background étoffé

Beuargh!

  • Vu de près c’est pas très beau
  • Utilisation de l’appli obligatoire même en solo
  • Solo pas très intéressant du coup…
  • En anglais
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Shantae Half Genie Hero | Test
Suivant Rise & Shine | Test
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Home – A Unique Horror Adventure | Test

22/04/2015
Close