Dark Souls 3 | Test

Mourir en loop n'a jamais été aussi divin

Quand j’ai reçu le premier jeu Dark Soul il y a déjà 5 ans, j’avais véritablement un ovni dans les mains. J’étais aussi énervé que passionné par cet univers fantastique et solitaire, cette quête religieuse que sont les Souls. Aujourd’hui sort le 3eme opus d’un genre nouveau: tout simplement pour moi la plus grosse claque de jeu vidéo depuis ces 5 dernières années. Ce troisième chapitre va-t-il combler les fans et faire découvrir le genre aux autres? Welcome stranger, and pray for the sun.

Mais mais...Ou suis je? Qui sont ces étranges marcheurs sorciers?

Mais… mais… où suis-je? Qui sont ces étranges marcheurs sorciers?

Enfin un vrai Souls.

En 2011 je commençais mon test par « Je vous préviens, le nouveau jeu de From software va vous faire souffrir. Grâce à Dark Souls, j’ai réappris à jouer. » Et bien… Rien n’a changé!  C’est bête, vous me direz, mais quand BloodBorne est sorti, moi je voulais un Dark Souls 3. Du coup, j’ai adoré terminer ce jeu, y passant même autant de temps que Dark Souls 2… mais, quand son DLC est sorti, la passion n’était plus là. Je voulais, au plus profond de moi, retrouver  l’univers fantastique et morbide de Dark Souls (et plus tôt Demon Souls) plutôt que l’époque victorienne emplie de sang. Du coup, la première fois qu’on lance Dark Souls 3, on retient sa respiration. Le jeu se lance, vous vous familiarisez vite avec les commandes qui reviennent vite aux galops, et vous souriez. Bêtement. Quel kiff de retrouver son univers tant attendu et cette difficulté bien dosée qu’est la marque de fabrication principale des Souls. Celui commence très fort, car dès les cinq premières minutes du jeu, vous affronterez votre premier boss, qui fort heureusement, est juste là pour vous rappeler les bases: souffrir.

Le village des morts vivant vous donnera du fil à retorde et pas mal de... Morts!

Le village des morts vivant vous donnera du fil à retorde et pas mal de… morts!

Un système de jeu similaire, mais plus nerveux.

L’une des critiques principales (et positives) qui revenait de l’héritage des Souls sur BloodBorne, c’est la nervosité de ce dernier. En effet, Bloodborne était bougrement plus dynamique que ces vieux chevaliers en armures qui sentaient bon la mort. Un système de garde avec contre efficace (voir même cheaté criaient les plus énervés!), des déplacements moins patauds et ce bon vieux système de roulade qui vous immunise quelques centièmes de secondes. Dans Dark Souls 3, la sauce Bloodborne (du sang caillé, tout ça) a été reprise pour moderniser légèrement l’animation générale de votre personnage, l’alléger et, surtout, le rendre plus maniable, plus rapide, plus efficace. Rassurez-vous, les boss aussi ont aussi connu ce lifting. Aie Aie Aie.

L'héritage Bloodborne c'est aussi une posibilité de personnaliser son personnage beaucoup plus grande. Bonjour Bery seigneur des cendres!!

L’héritage Bloodborne c’est aussi une possibilité de personnaliser son personnage beaucoup plus grande. Bonjour Bery, seigneur des cendres!

Des boss vraiment plus compliqués.

J’avais trouvé Dark Souls 2 et BloodBorne assez « faciles » (tout est relatif et personnel ok? On parle quand même de mourir en loop une dizaine de fois avant chaque boss) mais Dark Souls 3 m’a réappris à mettre une vraie stratégie en place contre un boss. Une sorte de rituel avec soi-même. Je comprends mieux pourquoi les joueurs de football embrassent leurs médailles ou Saint-Christophe avant d’affronter la pelouse et pourquoi chaque grand artiste a un rituel personnel avant d’affronter une grande peur. Dans Dark Souls 3, j’ai eu un rapport encore plus religieux à ce gameplay que les précédents. La difficulté sur certains boss (je pense surtout aux Abyss Watchers) était telle qu’il m’a fallu parfois plus de 3h avant de comprendre la mécanique peu habituelle de ces derniers, qui s’apparente plus à un jeu de musique (surtout de rythme) qu’à un Hack’n’Slash classique.

La fameuse roulade qui doit s’enchaîner aux rythmes des coups des boss, le tout nouveau système de combat dénommé Combat d’Art qui une fois votre arme équipée vous fera jouer de la gâchette de droite (L2) afin d’envoyer des coups hyper violents et mortels à vos adversaires tout en puisant dans votre jauge de magie et surtout… Vous! Ce n’est pas seulement votre personnage qui va augmenter de niveau mais vous-même, votre propre connaissance du jeu: le terrain au level design soigné, l’arme que vous tenez entre les mains pour en connaitre son pattern et son allonge, et votre propre esquive, garde et contre que vous programmerez de vous-même et qui se sera propre à tous les joueurs. Tout simplement fantastique. Dark Souls 3 fait partie du joueur.

Une aventure incroyable, des boss... Gigantesques.

Une aventure incroyable, des boss… gigantesques.

Graphiquement dingue, orchestralement ouf

On ne peut s’empêcher de prendre sans arrêt des screenshots avec la fonction share de sa manette PS4 (joueur Steam je pense à vous avec F12) tellement les panoramas sont beaux. On a envie d’immortaliser son entrée dans un temple, une forêt, un marais ou quand on voit ENFIN le soleil, quand on tue une grosse bête… Bref, ce jeu déclenche souvent pour le joueur (enfin pour moi!) le symptôme du petit japonais: la mitraille de photos. Comme si on voulait ramener des souvenirs de Lothric. Après Lordran et Drangleic, vous jouerez donc les touristes dans une vaste et nouvelle contrée fort peu accueillante par ses hôtes, dénommée Lothric. Même si on peut déplorer « le manque d’originalité » des lieux (on va pas réinventer la planète Terre ou l’eau chaude), il faut avouer que les nombreux environnements tous différents font plaisir à voir et à découvrir. Je pense par exemple aux marais et aux villages des morts vivants : aussi glauques que sublimes. Même si on ne sait rien ou presque de son histoire, tout est suggéré et narré de manière vaporeux. On comprend que notre tâche sera de ramener le FEU à sa place grâce aux anciens monarques qu’ils faudra retroner (et je ne parle pas de vos toilettes) dans le « hub » du jeu qui se compose d’une sorte de salle de trône avec ses grands et somptueux sièges et que vous devrez seul, tel un soldat de la ligue du feu au pouvoir de la mort loopienne, renverser le seigneur géant des ombres ainsi que ces nombreux sbires qui ne cherchent que haine, malheurs et violences. Bref, vous aurez bien compris que, non seulement, vous allez devoir combattre seul, mais qu’en plus, vous allez clairement en chier.

Musicalement, c’est pour moi l’épisode le plus complet et le mieux orchestré de la série. Les musiques sont à l’image du monde dans lequel vous allez évoluer: limbes nébuleuses mais souvent confrontées à de durs ennemis qui donneront lieux à de belles envolées épiques des musiques. Des thèmes de musiques classiques sans grandes mélodies, souvent en mineur et en bémol, qui stresseront encore plus la pesée déjà éreintante de cette atmosphère si particulière.

Parfois... La lumière!!!

Parfois… La lumière!!!

Un hub, plein de feux, plein de lieux

Tout comme dans les autres Souls, vous reviendrez à de bien nombreux moment sur le HUB du jeu. Un HUB où vous pourrez échanger les âmes des ennemis contre des niveaux (afin d’améliorer de multiples compétences qui vous feront pencher vers un style de combat ou un autre, vers un style de tireur ou de magicien par exemple. Bref, pas d’arbre de compétence ici, mais un aspect RPG / Hack n Slash complet avec plus de 15 paramètres entièrement réglables.

Les marais sont TELLEMENT bien fait. Même Conan le barbare il s'y plairait

Les marais sont TELLEMENT bien faits. Même Conan le barbare s’y plairait!

En plus des niveaux, vous rencontrerez des PNJ également en cours de jeu qui vous rejoindront dans votre grotte. Vous pourrez ainsi acheter de nouveaux équipements, objets de heal, de combat ou encore des clefs et autres artefacts utiles, voire parfois nécessaires. Le forgeron sera également disponible dès le début afin que vous puissiez crafter les armes trouvées sur vos défuntes victimes. A vous la joie de faire évoluer votre propre technique de combat qui ne sera ni plus ni moins que l’arme avec laquelle vous aurez le plus l’aisance.

Vous aurez également la joie (ou malchance si ça sert à RIEN) de totalement apprendre par vous-même l’utilisation de certains objets. Mais c’est aussi ça la magie soulienne : la découverte et l’exploration dans un monde tellement détaillé et énormissime qu’il en devient réel!

Un Mode online toujours aussi addictif.

Que serait Dark Souls 3 sans sa braise? Oui ok, dit comme ça, c’est plutôt bizarre mais nous nous devons d’en parler pour conclure ce tour de table. Dans Dark Souls 2, au fur et à mesure de vos morts, la barre de vie descendait peu à peu. Dans Dark Souls 3, elle descendra tout simplement d’un quart et pas plus. Et quand vous prendrez une « braise », vous redeviendrez alors celui d’antan et gagnerez plus de force, mais aussi plus de PV. Les braises sont rares, et il faudra les utiliser avec parcimonie. Vous redeviendrez également un seigneur des cendres si vous battez un boss, ce qui vous fera économiser par la même occasion une braise. Une fois tout feu tout flamme (véritablement puisque votre personnage sera lumineux comme une braise rouge d’un feu encore vivant), vous aurez également l’occasion de vous faire aider par un joueur en online (même principe que les anciens Souls: vous invoquez un joueur au hasard que vous ne connaissez pas dans la zone où vous vous trouvez, et ce, jusqu’à la défaite d’un boss… ou la mort!). Attention, de nouveaux objets pourront même accélérer le processus mais vous pourrez également vous retrouver avec plus d’envahisseurs (ces chevaliers rouges qui occasionneront  des combats en PvP totalement épiques).

Me voilà avec mes potes de fortunes. BADASS POSAY

Me voilà avec mes potes « de fortune ». BADASS POSAY

Conclusion

Dark Souls 3 est l’un des meilleurs jeux vidéo auquel j’ai pu jouer durant mes 25 dernières années de jeux vidéo. Beau, addictif, nerveux, mystérieux, passionnant, long et bien dosé. Il a tout simplement tout ce qu’on peut attendre d’un jeu si on aime les défis, les challenges, et serrer très fort les fesses. La joie procurée par la maitrise de Dark Souls 3 est assez comparable à celle de la maîtrise d’un jeu de musique Hard Core. Mais une fois que la partition est comprise, vous serez le roi des feux. Plus rien de vous arrêtera.

Dark Souls 3

  • Développeurs From Software
  • Type R(e)P(érir)G(aiment)
  • Support PS4, XBOX One, PC
  • Sortie 12 Avril 2016
Note Passion Brulante
Note PXLECTION

Y’a bon!

  • BEAU
  • Les environnements superbement bien orchestrés
  • Le online
  • L’histoire suggérée mais un monde bien présent
  • La joie de tuer un boss après 2h de combat sans relâche
  • Les nouvelles armes, armures, améliorations, bref.. Le côté RPG & Loot
  • Les musiques
  • L’animation plus nerveuse et plus réaliste de son personnage

Beuargh!

  • On en veut plus
  • Les environnements sont tous différents, détaillés, dingues… Mais peut-être un manque d’originalité dans les thèmes qui reviennent toujours (feu, froid, marais, forêt, etc..)
  • Pas mal de lag sur PS4 (même après le patch 1.03 qui suprime l’anti aliasing)
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre