Qu’il va être compliqué de parler de BloodBorne sans parler de Dark Souls tant les jeux et leur gameplay sont proches. Oui les univers sont bien distincts, mais vos nerfs et l’apprentissage du soft vous rappelleront que rien n’est acquis aux joueurs qui s’essaient aux titres de From Software. Nous allons tenter d’être aussi exhaustifs que possible pour ne pas pénaliser les joueurs n’ayant pu s’essayer à Demon Souls et Dark Souls 1 et 2.

Aussi aguerris serez-vous aux épisodes précédents, vous allez souffrir. Souffrir contre vous-même. Bloodborne, c’est 100% japonais, et dieu que c’est bon d’avoir du nippon ni kawaii, ni rebooté. Nos amis de l’archipel viennent nous donner une leçon de game-design, de level-design et de gameplay… Que dis-je! Pas une leçon mais une MasterClass, que l’on ne sera pas prêt d’oublier de sitôt. Détendez-vous, je serai votre guide du routard pour cette mini balade à Yharnam.

Comme vous pouvez le voir la direction artistique est horrible et les capacités de la PS4 sont lamentables.
Comme vous pouvez le voir la direction artistique est horrible et les capacités de la PS4 sont lamentables.

Dans la vallée Ho Ho, de Yharnam, Lar-di-na-nam.

Ce qu’on aime avec Hidetaka Miyazaki (pas de lien de parenté avec Totoro, à part peut-être ses pires cauchemars) c’est que ce créateur de jeux torturés, arrive toujours à créer une ambiance immédiate sans aucune explication. C’est l’antithèse des tutos. Un peu comme un jeu des années 90. Le début est brut, votre manette ne sera pas usinée, vous serez seul. Un vieillard en fauteuil roulant vous postillonne ses paroles insensées au visage. Vous vous réveillez sur une table d’opération rouillée, puis un florilège de petits lutins démoniaques semblent vous dévorer jusqu’à votre âme. Vous sombrez dans la nuit.

Vous vous réveillerez à nouveau, mais cette fois dans un bain de sang. Le sang… Il est omniprésent. Visqueux et ruisselant tel un manga de Kentaro Miura. Il coulera sous le flot de vos deux armes. Main gauche, une arme à feu de votre choix, en tant que bon débutant, je vous conseillerai le pistolet. Ses nombreuses munitions seront facilement récupérables sur vos prochaines victimes. Dans votre main droite, un couperet, mi-hache, mi-épée. La touche R1 transformera cette dernière selon vos besoins. Tantôt rapide mais courte, tantôt lente mais à longue portée. La technicité commencera par le domptage de ces deux armes. Adieu bouclier (bien qu’il soit possible d’en récupérer un), adieu “camping” facile, adieu règle moyenâgeuse de ”mieux se défendre pour mieux riposter”. Dark Souls demeure déjà bien loin dès la première heure de jeu. Le gameplay vous incitera désormais à foncer dans le tas pour tenter de récupérer les PV que vous infligeront tous ces Cabrones “La meilleur défense? L’attaque!”.

Un moment ultra flippant dans le jeu que je vous laisse découvrir.
Un moment ultra flippant dans le jeu que je vous laisse découvrir.

T’as le loot coco. Coco t’as le loot. T’as le loot qui te colle à la peau.

Nous avions l’habitude depuis Demon’s Souls de fouiner chaque petit recoin de grotte, temple, dédale de pierres ou encore puits dans ces niveaux dessinés merveilleusement bien par les maîtres de From Software. Mais que se passe-t-il à Yharnam? Je suis perdu. J’ai beau tuer tous ces pseudo-zombies (moins boiteux que Walking Dead), vider chaque allée de ces immondices, nettoyer à coup de gun chiens enragés et rats mutants… Ils ne me droppent que potions (qui remplacent les fioles d’estus) et munitions pour mon gun. Parfois, je trouve un cocktail Molotov (bien pratique pour les loups et les gros monstres), parfois même des lames acérées que j’envoie vite de peur de rencontrer chaque petit monstre nouveau que je croise, un mini-boss qui va me one-shoter. Mais où sont mes anneaux ? Mes armures? Mes boucliers? Mes trop nombreuses armes que je sors comme par magie de mon c… Mais d’ailleurs où se trouve ma magie !? Mon dieu. Je réalise que ce Bloodborne n’est pas un spin-off de Dark Souls, il n’est pas non plus un mal aimé du studio. Il est bel et bien novateur, créateur de sensations et bougrement nerveux. Mon personnage semble avoir des ailes tant sa rapidité ne me rebute plus. Mes armures semblent aussi légères que le kimono de la petite Mai Shiranui (tiens-toi lecteur de PXLBBQ clique ce lien, c’est cadeau, c’est gratuit, tu peux même le rapporter à ta maison). Pas de doute, j’ai pas le loot-coco. Mais ce nouveau look qui me colle à la peau.

Certaines scènes sont vraiment impressionnantes. Je vous laisse imaginer les cries horribles de la bête
Certaines scènes sont vraiment impressionnantes. Je vous laisse imaginer les cris horribles de la bête

Touchez mon Boss mon seigneur. Touuucheeeeeeeez !

Ils sont tellement sournois ces Japonais. Tiens d’ailleurs vous allez tous imaginer maintenant dans vos têtes un Japonais sournois. Il vous regarde, du coin de l’œil avec sa tête et ses yeux en forme de renard malicieux et vous rit au nez: “Hahahahaha pauvre petit occidental, tu as souffert pour aller jusqu’au Boss? Et bien tu vas mourrriireeeuhhhhhh” HAHAHAHA.”

Pourquoi votre Japonais malicieux était-il si méchant? Parce qu’il travaille chez From Software bien sûr ! Les joueurs de Dark Souls avaient l’habitude avant d’aller affronter un boss de se remettre de leurs émotions précédentes (oui oui le stress de ne pas mourir et perdre ses “âmes”, aujourd’hui remplacées par le sang) . Ces derniers étaient avertis de la présence de l’engeance ultime grâce à un mur de brouillard qui empêchait la vue du parcours suivant. Une fois passé de l’autre côté, vous étiez nez à nez avec LE boss. Dans Bloodborne, le concept a changé, uniquement lors de la première rencontre avec le boss. Le mur de brouillard n’est plus. Le boss apparaît alors d’une petite cutscene aussi brève qu’un coup de hache dans Vendredi 13.

Rassurez-vous, lorsque vous allez mourir (comme nous tous, contre le premier boss), vous allez alors activer dans le Hub central du jeu (le repère des chasseurs) une poupée ultra flippante aussi grande que vous qui endossera le rôle de prêtresse. Lorsque vous retournerez à la lanterne du début de niveau (rassurez-vous de nouveau, de nombreux passages se débloqueront pour pouvoir la rejoindre plus rapidement), vous pourrez vous téléporter sur une île volante chaleureuse, éclairée, presque paradisiaque: le repère des chasseurs.

Petite poupée du soir, espoir.
Petite poupée du soir, espoir.

Praise for the PuppetMaster

Adieu le soleil, vous voilà lié d’amitié avec Chucky et un vieux fou en fauteuil roulant très énigmatique. La première vous fera dépenser vos “échos de sang” (la monnaie du jeu qui remplace pour le coup 100% en copié-collé les âmes de ces prédécesseurs) contre des améliorations de compétence. A la manière d’un RPG, vous pourrez alors échanger échos de sang durement gagnés (chaque ennemi tué en libère, en plus de certains items dissimulés sur le terrain) contre PV, force, stamina, etc… Mais pas seulement ! Car une sorte de petit bénitier sur la gauche de la poupée, vous fera rencontrer un lutin doué du don mercantile. Objets plus ou moins rares et stuff de survie seront à vous contre du sang. A l’intérieur de la maison de ce havre de paix, vous croiserez ce vieux fou en fauteuil roulant qui vous donnera son aval pour l’utilisation du bureau (amélioration des armes) et des différents éléments de la maison. Bon, assez reposé, vous devez vous rendre à l’évidence que ce petit paradis ne vous fera plus avancer dans votre quête qui consiste à tuer tous les méchants lors de cette chasse nocturne.. Vous devez retourner à Yharnam. Mais cette fois se sera différent, vous avez grandi, vous avez appris, vous avez… XP !

Toc Toc Tech ?

La nuit à Yharnam, vous vous sentirez… seul. Le seul mortel visible du moins. Même si nous ne sommes pas là pour vous spoiler, vous en croiserez d’autres de votre espèce et sachez que de nombreux habitants de cette Londres fictive seront également bien présents. Chaque petite lampe rougeâtre sera l’occasion de frapper aux portes et/ou fenêtres des maisons de cette ville sombre. De quoi en apprendre plus sur votre nouveau statut de “chasseur”. Au premier abord c’est simple, tout repose sur vos épaules. D’une part, les habitants semblant pour la plupart perdre la raison et se cloîtrent dans des maisons ultra-protégées (portes en bois épaisses, béton armé, grilles et vitraux épais) , d’autre part on vous apprend que vous participez à une chasse aux monstres.  Bien des mystères qui auront comme seules réponses votre propre investigation. Tout comme Dark Souls, l’ambiance du jeu est unique. Religion, perception du monde, croyances, architectures, art et paramètres sociaux ressemblent à notre monde, mais sont en fait bel et bien différent, dégageant une tonalité nouvelle qui éveillera au fil des heures du jeu notre curiosité. A l’heure où je vous écris ces quelques lignes, j’ai joué à peine 15h au jeu en 3 jours (oui oui intense !), il m’avait fallu plus de 70h pour venir à bout de Dark Souls 2, et j’ai vraiment hâte de pouvoir encore avancer dans Bloodborne pour mieux comprendre et lire dans les entrailles du jeu.

Pire que Link avec les jarres: Bloodborne.
Pire que Link avec les jarres: Bloodborne.

D’un point de vue technique, le jeu est déstabilisant. La quantité tout à fait hallucinante d’éléments de décors (qui sont presque tous interactifs) gênera au début votre lecture du jeu et de l’action. Mais tout cela et bien voulu. La surcharge et l’accumulation des décors ne sont là encore une fois que pour renforcer ce sentiment d’oppression. Une sorte de claustrophobie générée avec brio par les capacités de PS4 poussée dans ses derniers retranchements. Une qualité d’image remarquable, avec de minuscules baisses de framerate que l’on pardonne déjà. Le seul point noir de cette aventure ? Les temps de chargement ! On n’est pas au même niveau de Akibas’s Trip mais pas loin. Bloodborne, entre chaque chargement (entendez par là chaque mort, chaque changement de map ou chaque feu/lampe), chargera plus ou moins 1 minute complète. Si il n’y avait pas ce côté die/retry, on ne dirait rien, mais au début de l’aventure c’est assez agaçant. Espérons qu’un patch vienne réduire au moins de moitié ces coupures radicales au rythme pourtant si pêchu de ce titre. Surtout que je ne comprends pas la logique du rechargement total d’une map après une mort… Logiquement amis programmeurs, tout est déjà chargé dans la RAM non? Étrange.. Enfin, dans la courte liste des défauts (oui oui il faut bien lui en trouver non ?) notons la caméra de l’auto-lock (R3) qui a tendance à tourner trop vite autour des boss et gros ennemis, se bloquant dans le décor, les murs, les portes, les objets. Du coup, on voit plus rien, on panique encore plus, et on meurt (encore plus).

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Bloodborne n’est pas un spinoff ni un reboot des anciens jeux de From Software. Si l’emprunt de la majorité du gameplay est bel et bien tiré de ses prédécesseurs, l’aura de Bloodborne est quant à elle bel et bien unique : graphiquement soignée dans un parti-pris de surcharge visuelle et de l’abondance. Bloodborne vous passionnera tout autant qu’il vous rebutera. Difficulté bien dosée, construction des niveaux intelligente,  découverte du gameplay par soi-même. Il fait partie de ces très (trop) rares jeu où au fil des heures ce n’est pas votre personnage qui XP, mais bel et bien vous-même. Dompter les mécaniques du jeu, apprendre à contrôler son personnage, à esquiver les coups et vaincre des boss terrifiants, c’est également prendre confiance en soi et passer au-delà de ses propres peurs. Bravo From Software.

L’info en plus:

Enfin, sachez qu’à l’heure où je vous écris ce test, un glitch important a déjà fait le tour du web pour dupliquer n’importe quel objet du jeu (échoes du sang compris par item). Génial pour le speedrun (voir news de Mr Scintillant ici) ou pour tester des combinaisons différentes, autant je vous déconseille grandement de l’utiliser car il nuit totalement au principe du jeu et tout le pavé que vous venez de lire n’aura plus aucuns sens. A bon entendeur !

Le Glitch uniquement compatible version 1.01 (la dernière version actuelle du jeu)

  1. Créez-vous un perso secondaire
  2. Dans ce dernier uniquement, déposez 1 galet dans le coffre fort storage et rien d’autre (dans la maison des chasseurs, avant le bureau à droite)
  3. Retrouner dans le menu principal du jeu, page de garde. Prendre le perso principal et en vider totalement son coffre de storage. Il  doit rester rien, nada, que dalle, rastanouiffe.
  4. Déposer l’objet à dupliquer au storage avec votre perso principal.
  5. Aller au shop toujours avec ce même personnage et achetez 120 galets
  6. Retournez maintenant au storage et récuperez dans le coffre… 99 exemplaires de l’objet unique laissé précédemment (oui oui cet exploit et totalement abusé)
  7. Quand vous aurez terminé; supprimez le perso secondaire ainsi que l’objet stocké (ce bon vieux galet) pour des maxi glitch. Attention, vous pourrez perdre des données voir même créer des glitch qui pourraient corrompre votre partie principal sans retour arrière possible.

BloodBorne

  • Développeurs From Software
  • Type Action-RPG/TPS
  • Support PS4
  • Sortie 24 Mars 2015

Dans le même genre :

  • Demon’s Souls
  • Dark Souls
  • Resident Evil 4 (pour les couleurs ?)
  • Devil May Cry (pour le côté sanglant/pêchu)
  • Castlevania (pour les costumes et l’ambiance)

Y’a bon!

  • Une histoire que l’on découvre par soi-même, ou pas
  • La création de son personnage plus complète
  • L’ambiance incroyable du jeu
  • L’abondance graphique et les détails de cet univers
  • Le doublage français
  • Pas de tuto
  • La difficulté dé-progressive et bien dosée
  • Le système de co-op avec des inconnus toujours aussi efficace
  • Bien plus dynamique que ses grands frères

Beuargh!

  • Les temps de chargements trop longs
  • La caméra auto-lock qui devient folle (surtout quand vous paniquez)
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

bery
bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues

Précédent Bloodborne : il speedrun le jeu en 44 minutes (avec glitches)
Suivant Pix The Cat vient d’arriver sur Mac et Linux

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Pixelloween #1 – Une soirée pour Halloween

31/10/2014
Close