Je vous disais la semaine dernière que le second épisode de Lovecraft Country semblait refermer un arc narratif tout en laissant des pistes possibles pour la suite. J’avais un peu peur que passée la bonne idée de départ, cela ne retombe rapidement. Bonne nouvelle : si l’on oublie quelques effets 3D rares et maladroits, “Holy Ghost” est excellent.

Attention, cette critique va forcément révéler des moments de l’intrigue globale de Lovecraft Country épisode 3 « Holy Ghost »

Redlining

Le Redlining est une pratique discriminatoire dont je connaissais vaguement le principe. Elle consiste à refuser ou limiter les prêts bancaires aux populations situées dans des zones géographiques déterminées. Le terme est une référence à la pratique de délimiter par une ligne rouge les zones dans lesquelles les banques devaient éviter d’investir. Par la suite aux États-Unis, le sens devint plus général et désigne depuis les pratiques discriminatoires et racistes qui ne sont pas basées sur la capacité réelle de payer, sans mention d’un quartier précis. La pratique du redlining débuta 1934 et les populations qui n’avaient plus la capacité d’obtenir des prêts hypothécaires abordables dans ces zones tout en étant solvables ont alors déménagé laissant sur place les plus pauvres.

En 1935 furent créées à la demande des banques des cartes résidentielles afin d’indiquer le niveau de risque des investissements résidentiels dans chacune de ces villes. L’ensemble de ces cartes n’étaient pas créées sur base d’une évaluation précise de la situation ou de la capacité des ménages à rembourser, mais sur de simples hypothèses de la valeur potentielle d’un quartier entier. Cette pratique coupa l’accès de nombreux quartiers au financement hypothécaire. Dès lors, les populations noires ne furent plus les bienvenues dans les quartiers blancs, car même la présence d’une seule famille noire était suffisante pour nuire à la cote d’un quartier au complet.

Si vous vous demandez pourquoi je vous bassine avec ce sujet, c’est que le redlining est au cœur de ce nouvel épisode de Lovectraft Country.

Holy Ghosts

Si le premier épisode mettait à l’honneur Atticus et le second plaçait à l’avant-plan son oncle Georges en tant que figure de sagesse et de réconfort, ce troisième épisode se focalise sur les démons de Leti – au propre comme au figuré. Et il faut dire que l’ambiance n’est pas au beau fixe après les événements d’Ardham, et Leti semble alors avoir perdu une partie d’elle-même. Pour redonner un sens aux choses, elle achète curieusement une très grande maison au cœur d’un quartier blanc afin d’en faire une pension et un refuge pour les Afro-américains, et c’est tout naturellement qu’elle y invite sa sœur l’ayant soutenue financièrement pendant des années.

Pas un épisode de Lovecraft Country sans sa scène musicale

Méfiante sur la provenance soudaine d’une somme d’argent assez grande pour se payer un tel palace, cette dernière accepte de mauvaise grâce pour renouer les liens avec sa jeune sœur et les travaux d’aménagement débutent. Mais cette pension noire en plein milieu d’un quartier blanc déclenche une série de réactions racistes et violentes de la part du voisinage, qui ne cesse de provoquer et harceler Leti et ses pensionnaires, sous les yeux amusés de la police locale. Plus raisonnable et consciente des enjeux, la jeune femme résiste et tente de profiter de sa nouvelle vie en ignorant au mieux ces attaques pernicieuses. Mais sa patience sera mise à plus rude épreuve quand elle découvre que la maison elle-même semble habitée par des esprits.

De son côté, Atticus prend soin comme il peut de sa tante et de sa cousine en vivant sous leur toit, tout en ayant un œil sur son père Montrose. L’épouse de Georges, Hyppolita, vit très mal la perte de son mari et sent bien que son neveu ne lui dit pas toute la vérité sur les circonstances de sa mort. Tout au long de l’épisode, le jeu d’Aunjanue Ellis – bien qu’ayant peu de temps d’écran au final – est criant de véracité. Elle alterne entre abattement, colère froide, désir de blesser son mari, pourtant décédé, à travers son livre préféré et son exaspération. Loin des clichés voulant qu’un personnage soit en pleurs pendant des semaines après la perte d’un être cher, Hyppolita doit composer avec le deuil de son mari, la reprise de son travail et les mensonges de Leti, Atticus et Montrose, qui ont décidé de garder le secret sur les événements surréalistes d’Ardham. Des pistes sur les personnages sont ici aussi lancées, car on comprend bien qu’elle ne compte pas en rester sur ces explications, tandis que l’étrange maison de Leti semble lui dévoiler de singulières informations en lui ouvrant l’espace d’un instant une porte auparavant scellée.

Aunjanue Ellis, brillante

Devant les événements et les proportions que prennent le harcèlement du voisinage, Atticus décide de rester chez Leti. C’est l’occasion de renouer, après l’enterrement, des liens qui avaient étés mis en suspens quelques semaines, et de se laisser aller à une passion passagère. Quand finalement la jeune femme craque et vandalise les voitures de ses voisins – dont le klaxon est activé jour et nuit pour les faire partir – Leti sera emmenée par la police et malmenée sur ses intentions avec la maison et les raisons de son acquisition malgré son histoire sordide. On y apprendra d’abord qu’un scientifique fou y a mené des expérimentations sanglantes et massacré plusieurs noirs, des restes humains ayant été retrouvés dans la cave de la maison. Pire encore, il semble que tout ce petit monde – scientifique raciste en plus – soit encore présent. L’ombre d’Ardham semble plus proche que jamais tandis que l’on apprend qui a poussé Leti à acquérir cette maison en particulier et pour quelles sombres raisons.

Leti Dandridge

Impossible de parler de cet épisode sans mentionner l’interprète de Leti – Jurnee Smollett – absolument brillante. Elle dégage pendant tout l’épisode un charisme absolu, que cela soit dans ses éclats de rires, ses moments de doute, de colère, de détermination ou de pure terreur. Car si on reste dans un récit de maison hantée dans lequel il faut faire face à une menace tant interne (les fantômes) qu’extérieure (les “monstres” humains racistes) avec ses moments de Scream Queen, Jurnee Smollett irradie dans chacune de ses scènes.

L’une des plus touchantes se déroule lors d’une discussion avec Atticus dans un bar, où elle lui avoue ne plus trop savoir si elle est morte ou vivante depuis Ardham. Ce moment est aussi celui qu’elle choisit pour placer dans la conversation que le soir de la fête, c’était la première fois pour elle. Le petit moment de flottement qui suit et le temps qu’il faut à Atticus – plongé dans les coupures de journaux relatant les faits sordides de la maison – pour réaliser la portée de la révélation de Leti est ici aussi un moment parfaitement interprété par Jonathan Majors. Un de ces moments parfaits que compte la série et qui est à mettre dans une précieuse petite boîte aux côtés de la mort de Georges ou de sa déclaration du couloir dans “Whitey’s on the Moon”.

Enfin, Jurnee Smollett est aussi parfaite de détermination dans la scène finale d’exorcisme, terrifiante à bien des égards puisqu’elle se retrouve seule et acculée face à un Atticus possédé par un scientifique fou, tandis qu’elle invoque l’aide des esprits des gens torturés et dont on devine les terribles sévices subits à leurs blessures béantes, à l’image de cette femme aux seins coupés, à cette mère tenant un fœtus mort encore relié à son ventre découpé, ou à cet homme rampant dont seule la partie inférieure de la mâchoire trône encore en haut de son cou.

Si  l’on pouvait penser que Lovecraft Country allait s’apparenter à un genre d’anthologie d’horreur humaine et surnaturelle après la clôture des événements d’Ardham, on est rassuré lors de la conclusion de “Holy Ghosts” puisque le fil rouge se dessine peu à peu avec le retour d’un personnage mystérieux semblant manipuler Leti et Atticus à ses propres fins. La maison ne semble pas non plus avoir livré tous ses secrets, en témoigne le plan final où l’on voit les cadavres des racistes blancs venus abattre Leti le soir de l’exorcisme, mais qui se sont retrouvés eux-mêmes massacrés par les esprits de la maison. L’ascenseur inquiétant de la nouvelle demeure de Leti permet visiblement d’atteindre des étages plus profonds qui ne demandent qu’à être visités lors des prochains épisodes.

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Fire Tonight mettra le feu aux couples en début d’année
Next Test : Is It Wrong To Try To Pick Up Girls In A Dungeon? – Infinite Combate – DanMachi

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Fallout 76 date sa bêta

27/09/2018
Close