Si l’on attribue d’avantage Bound à Santa Monica Studio, c’est surtout Plastic Studios qui se trouve derrière. Souvenez-vous des expériences étranges Linger in Shadows et Datura sur PS3. Si Bound est toujours aussi cryptique que les deux exemples précités, il a pour lui une esthétique magnifique et une volonté réelle de laisser chacun interpréter son propos à sa façon.

Le monde Bound est fascinant
Le monde Bound est fascinant

On va essayer de ne pas trop en révéler sur ce titre, pour préserver ce qui en fait le sel, car Bound, comme bien des jeux de ces dernières années, se vit en même temps qu’il se joue. Notre princesse masquée est mandatée par sa mère la reine pour défaire un immense monstre qui envahit le royaume. Débute alors un voyage, une odyssée visuellement grandiose dans les méandres d’un royaume changeant sans cesse de forme.

Survolez l'océan...
Survolez l’océan…

Bound s’apprécie avec un casque vissé sur les oreilles, sans stimuli extérieur pour vous déranger. Tous les éléments à l’écran se meuvent, se déconstruisent pour former de nouvelles structures qui flottent au-dessus d’un océan en perpétuel mouvement.

Notre jeune princesse ne se déplace qu’en esquissant des mouvements fluides, entrechats, grands jetés et autres pas de biche. Ses déplacements deviennent alors un balai perpétuel accompagné par la musique et les visuels en mouvement.

Bound se vit en même temps qu’il se joue

La danse reste votre seul moyen de défense
La danse reste votre seul moyen de défense

Certains dangers parsèment bien entendu sa route, et c’est une fois de plus dans la danse qu’elle trouve son salut. Face aux attaques et aux entraves, la danse est son alliée, la protégeant de tout et venant à bout des pires menaces.

Bound vous racontera une histoire différente, suivant la façon dont vous l’aborderez, les chemins empruntés et l’interprétation que vous aurez des visions auxquelles vous ferez face.

Lent dans son approche mais pourtant taillé pour le speedrun dans un mode annexe à débloquer, Bound subjugue par son approche esthétique, les mouvements perpétuels des décors qui ne viennent jamais gêner la vue et dispose même d’un mode photo très complet, véritable usine à wallpaper à partager sans modération.

Conclusion

Assurément un coup de cœur Arty de plus dans la ludothèque de nos consoles. Bound ne parlera qu’à ceux qui privilégient l’esthétique au détriment de la technique pure, aux amoureux du mouvement et aux adeptes des messages sensibles. Chacun se forgera son interprétation dans Bound, car rien n’est imposé.

Bound

  • Développeurs Plastic Studios
  • Type Aventure esthétique
  • Support PS4
  • Sortie 16 Août 2016

Y’a bon!

  • Sublime à regarder
  • Le mode photo
  • Une narration subtile et propre à chacun
  • Un monde onirique
  • Les mouvement de la Princesse
  • Future compatibilité VR

Beuargh!

  • Des déplacements peut-être un peu lents par moment
  • Les coupures lors des changements d’angles de caméra
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Final Fantasy XV reporté au 29 novembre 2016
Next Battlefield 1 : la bêta publique dès le 31 août

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Ian’s Eyes | Test

14/09/2016
Close