A la question “Un jeu vidéo doit-il être plaisant et agréable ?”, vous me répondriez certainement par l’affirmative. Pourtant, si l’on aime aujourd’hui considérer le jeu vidéo comme un art à part entière au même titre que le cinéma ou la littérature, il serait logique également d’accepter que celui-ci nous fasse réfléchir sur des thématiques désagréables, voire pénibles à supporter.

A titre d’exemple, j’ai attendu avec impatience le générique de fin du film “Requiem For a Dream”, la lente descente aux enfers de ses protagonistes devenant pour moi progressivement insupportable. Il m’était pourtant impossible de simplement couper le film, fasciné par la même chose qui entretenait chez moi un profond malaise. Cet exemple a 15 ans, et le malaise subsiste toujours, tout comme la fascination. Actual Sunlight rentre dans cette catégorie.

Quelques illustrations de bonne facture ponctuent l'histoire
Quelques illustrations de bonne facture ponctuent l’histoire

Pas sur le toit

On entre ici dans la catégorie fort mal aimée des Visual Novel. Oh bien entendu, vous allez pouvoir déplacer le protagoniste de cette histoire – Evan Winter – dans différents lieux (Métro-Boulot-Dodo) et interagir avec quelques autres personnages et objets, mais la majeure partie du temps, vous ne ferez que lire les pensées d’Evan sur un sujet en rapport avec l’objet ou la personne touchée, ou des extraits de dialogues avec un médecin.

pxlbbq-actual-sunlight-02De très longs moments de lecture vous attendent donc sous la forme la plus simple qui soit. Et pour être honnête, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher les premières minutes. Le design assez générique du jeu, le peu d’interaction et la quantité de dialogues – en anglais – m’ont plutôt rebuté. Mais il a suffit que son auteur – Will O’Neal – s’adresse à moi au travers d’une réflexion brisant le quatrième mur pour m’accrocher. Actual Sunlight est sombre, manque sans doute un peu de finesse dans son traitement, oubliant la notion de subtilité au profit de réflexions brutes et quelques passages cyniques sur la société, le carriérisme ou la société de consommation. Evan n’est pas quelqu’un d’agréable, et on a sans doute tous connu quelqu’un qui lui ressemble. Peut-être même nous, dans les pires moments.

Et il est fascinant d’entrer dans un esprit aussi dépressif. Fascinant et effrayant car il est impossible de ne pas se reconnaître dans une des facette de la personnalité d’Evan.

Puis plus rien ne va
Puis plus rien ne va

Actual Sunlight ne vous offre d’ailleurs aucune échappatoire, pas de choix, et est l’exemple même de la fatalité. Si vous avez le choix de discuter ou non avec certaines personnes ou d’entrer dans l’esprit d’Evan à certains moment en interagissant avec certains éléments, cela n’influe en rien sur sa destinée. Aussi, l’expérience est troublante et dérangeante, les pensées d’Evan se déversent sur l’écran dans un rythme maîtrisé, marquant des pauses pour assurer un tempo précis et nous faire ressentir le désespoir et le cynisme du protagoniste principal. Le tout sans musique, ou presque, seulement le bruit agressif des lettres qui s’affichent sur l’écran. Fond sonore très peu agréable, mais qui participe à la langueur générale, au point de devenir un bourdonnement sourd, assommant et au final bien choisi.

Conclusion.

Actual Sunlight n’est pas à proprement parler un jeu, c’est un témoignage. Abrutissant par moment, dérangeant et quelque part nocif. C’est en cela qu’il est efficace, car la dépression n’est pas quelque chose avec laquelle on peut jouer, elle se subit. L’écriture est soignée, percutante et parfois violente. Elle ne parlera sans doute – comme le souhaite son auteur – qu’à des personnes d’un certain âge et certainement pas aux plus jeunes.

On regrette peut-être l’absence de choix, qui en fait d’avantage une histoire à lire qu’un jeu à jouer, mais le média apporte une temporisation et une illusion de contrôle qu’un livre ne possède pas. Courte (un peu moins de deux heures) l’expérience est sans doute l’une des plus réussies sur un sujet aussi difficile, à défaut d’être très subtile.

Actual Sunlight

  • Développeurs SWill O’Neill
  • Type Témoignage
  • Support PC, PSVita
  • Sortie 07 Octobre 2015

Y’a bon!

  • Une écriture percutante
  • Un style visuel et sonore symbolique
  • Une illusion de contrôle

Beuargh!

  • Peut-être un peu trop court…
  • … manquant donc de subtilité parfois
  • Version Vita en anglais seulement ?
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Battlecry : Bethesda songerait à l’annuler
Next Star Wars Battlefront a l’air bien chouette en 16 bits

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

L’Ombre du Mordor sortira un peu en avance

25/07/2014
Close