Etre critique envers The Witcher 3 c’est faire abstraction de son histoire bien écrite, de ses graphismes vertigineux, de sa profondeur de jeu, et de son monde ouvert vaste et varié. Mais si on veut vraiment pinailler, alors oui il est possible de trouver quelques petites bêtes. Voici un test après un peu plus de 45h de jeu en compagnie de Geralt. Le tout, sans spoiler s’il vous plait. La bonne nouvelle, c’est que même aujourd’hui pour ce test tardif, nous avons en moyenne débloqué plus de trophées que nos confrères qui ont testé le jeu (bouuhhh les vilains PXLBBQ), et la mauvaise c’est que nous allons à notre habitude, tenter d’être le plus juste possible. Critiquons le RPG 2015 le plus ambitieux du JV de ces 4 dernières années.

Il était une fois…

…un sorceleur. Un non-humain nommé Geralt De Riv, dit aussi le Loup Blanc. Ce que tu dois savoir mon petit, c’est que les sorceleurs sont un peuple du nord, un peuple fier mais malheureusement stérile. Ces non-nécessiteux de latex sont d’une aide précieuse pour les petites gens comme nous. Contre quelques couronnes (la monnaie locale), les sorceleurs pourfendent goules, griffons, loups-garou, fantômes et monstres en tous genres. Ils sont un peu les gardiens de la paix du moyen-âge, bouarf allez soyons franc, plutôt de simples mercenaires vénaux avides d’un peu d’exotisme et d’aventure. Il était une époque où ces derniers étaient nombreux, peuplant un château immense au nom de Kaer Morhen, foyer et école des sorceleurs. Mais ceci a bien changé depuis.

Kaer_Morhen
Kaer Morhen, château et domaine principal des sorceleurs.

Cette impopularité vient du fait que l’on combat bien souvent le feu, par le feu. Les sorceleurs sont assimilés par les hommes à des monstres. Devenir sorceleur, c’est subir de lourdes mutations génétiques modifiant tout le corps pour rendre l’individu plus fort, avec plus de réflexes et une nouvelle sensibilité aiguisée de l’ensemble des sens (sans compter les pouvoirs magiques comme lancer du feu et leur pupille jaune chat/hibou, caillou, chou,  genou).

Résumer les épisodes précédents de The Witcher de façon rapide c’est impossible, et nous ne voudrions pas vous gâcher le plaisir de découvrir ces jeux, si le 3 est pour vous une introduction en la matière (la HD, la facilité, tout ça…), alors assurez-vous, il y a aussi des scènes de boobs dans les deux épisodes précédents, même qu’elles sont encore plus crues et gratuites. Pour faire vite, sachez que Gerald dans The Witcher 1 est amnésique, et qu’il poursuit un grand magicien du nom d’Azar Javed qui a arraché par la force au domaine de Kaer Mohren la recette magique pour devenir sorceleur (quand on simplifie on le fait pas à moitié diantre ;). 

Bien entendu, le magicien ne crée pas des sorceleurs mais des sortes de bêtes immondes (mais néanmoins redoutables) que notre homme aux cheveux gris coupe en deux avec l’aide de ses deux épées. Une en argent, pour combattre les monstres, une en acier, pour combattre les humains. La fin de l’histoire c’est qu’il retrouve peu à peu la mémoire mais qu’il est loin de se rappeler de tout.

Bref on retient facilement qu’il y a déjà pas mal de soucis entre deux amantes, l’une avant la perte de mémoire, l’autre dans sa nouvelle vie reconstruite.

(Je vous invite à regarder cette vidéo qui n’est pas de nous mais qui est TRÈS bien faite si vous n’avez pas envie de jouer aux épisodes précédents et que vous voulez débuter The Witcher 3 dans de BONNES conditions)

Dans The Witcher 2, vous débutez dans un donjon à moitié nu (et oui encore, car dans le premier épisode c’est à moitié nu dans une foret) où vous êtes accusé à tort d’un meurtre. Votre principal accusateur commence lui aussi à douter des accusations à votre égard et vous donne une chance de vous échapper pour prouver votre innocence. De là s’en suivent beaucoup d’allers retours temporels du jeu avec deux histoires montées en parallèle : l’une dans le passé aux côtés des rois pour la victoires de l’Ordre de l’empire du Nord contre l’empire de Nilfgaard (celui du Sud). L’autre période se joue au temps présent du héro, à la recherche d’un tueur de roi. Vous ferez la rencontre de deux principaux groupes de réfugiés et indépendantistes : le groupe de Roche et les Stries Bleues. Qui bien entendu se détestent également. Les deux amantes de notre héros sont également là pour animer l’histoire, avec la disparition de l’une d’elle pendant que l’autre vous fait du rentre dedans (au sens propre et figuré). La bataille entre le Nord et le Sud fait rage, et Letho, un autre sorceleur assassin, fait du grabuge dans le Nord pour semer le chaos et rendre la tâche plus facile pour les Nilfgaardiens. Letho a décidé de faire tomber les têtes de tous les rois du pays. Vous êtes engagés par le Nord (vos racines!) pour combattre le Sud mais aussi pour retrouver cet autre sorceleur: Letho. La suite est remplie de spoilers, alors je vous laisse le choix de regarder la vidéo ci-dessus, ou de continuer avec le test de The Witcher 3 ci-dessous. Mais sachez que pour mieux comprendre ce qu’est la chasse sauvage (Wild Hunt, the Witcher 3, tout ça quoi) vous avez tout intérêt à suivre ces 7 min de vidéo bien écrite (NDLC(orrection) : OU DE LIRE LES LIVRES hmm).

Une Carte immense et riche.

Dans The Witcher 3, ce qui frappe tout de suite, dès la première heure de jeu, c’est ce monde gigantesque qui s’ouvre devant vous. 130km² de terrain dévasté par les guerres entre le Nord et le Sud. Plus de 3 fois plus que Skyrim et plus de 1,5 fois plus qu’un GTA V (tiens c’est drôle j’ai toujours pensé que GTA V était plus petit qu’un Skyrim). Le monde est tellement grand que pour la première fois les p’tits gars de chez CD RED PROJEKT ont implanté un système de déplacement rapide. Chaque grand carrefour et grand chemin donnent une sorte de panneau routier du Moyen-Age pouvant vous téléporter comme par magie où bon vous semble dans la carte. Un peu à la manière de Skyrim mais vous mettant un peu plus loin qu’au centre même des villages et zones recherchées. Peut-être une volonté du studio pour toujours ressentir la sensation de changements de lieux, de pénétrer et de découvrir une nouvelle ville.. Précisons que ces déplacements rapides sont bien entendu uniquement utilisables que si (et seulement si) vous avez déjà auparavant visité le lieu seul ou à dos d’Ablette.

La carte de The Witcher 3 est découpée en 5 grandes zones, 1,5 fois plus grand qu'un GTA V
La carte de The Witcher 3 est découpée en 5 grandes zones, 1,5 fois plus grand qu’un GTA V

La carte (immense donc) est découpée en 5 zones. Les zones sont plus ou moins accessibles à tout moment, sauf la dernière située sur l’île de Skellige qui vous demandera déjà une bonne trentaines d’heures de jeu. Si les premières zones marécageuses plantent le décor avec un fort sentiment de dégoût alimenté par des champs de batailles viscéraux, des corps flottants, le chaos à perte de vue, et des noyeurs assoiffés de sang, vous sortirez rapidement de ces puanteurs extrêmement représentatives du post conflit Nord & Sud pour céder au charme des forêts de Velen. Mon dieu moi qui suis un contemplatif, j’ai rarement été aussi touché par d’aussi grandes et denses forêts. La forêt est là, grande et belle le jour, inquiétante et noire la nuit. Une vraie forêt quoi! Avec son bestiaire légendaire, ses habitants, ses trésors mais aussi ses dangers. S’y promener à toute heure grâce aux changements perpétuels du temps qui s’écoule (et que vous pouvez accélérer par la méditation, vous donnant par la même occasion une façon de cheater quand on veut ou presque pour retrouver de la vie) est un vrai régal. Mon dieu, qu’il est bon de chevaucher son cheval et d’observer ce monde à travers les yeux de Geralt.

Attrape moi si tu peux!

Vous débuterez l’aventure (la vraie, pas avant, bah oui. On ne va rien vous gâcher nous!) sur les plaines de Blanchefleur au coeur de Velen. Dans cette quête à la recherche de Yennefer, vous tomberez immédiatement dans un village requérant votre soutien pour traquer un mystérieux monstre qui s’attaque aux villageois isolés. Une fois la bête vaincue, vous en apporterez la tête (devenue votre nouveau trophée attaché aux fesses de votre cheval) au seigneur local qui n’est autre que le père biologique de votre fille adoptive spirituelle: Ciri (vous me suivez?). Ce dernier vous apprendra que votre fille, enfin sa fille, ha zut ça y est j’suis paumé… Bref cette fille aux cheveux aussi blancs que les vôtres, mais à la poitrine bien plus généreuse (mais c’est QUOI ces vêtements amples et/ou totalement dénudés pour les femmes dans ce jeu?), est en danger. Vous ne l’avez pas revue depuis plusieurs années, et il s’avère que Yennefer doit certainement avoir un contact avec Ciri. Bref trouvez l’une, et vous sauverez l’autre.

Blanchefleur n'aura rien d'un petit parais dès votre première rencontre avec les chiens sauvages
Blanchefleur n’aura rien d’un petit paradis dès votre première rencontre avec les chiens sauvages

A ce moment précis, vous serez projeter dans le film “attrape moi si tu peux”, l’histoire d’un mec (en l’occurrence, vous, Géralt) qui arrivera toujours en retard, et qui devra chercher Ciri à travers une région immense, tout en sauvant par la même occasion la moitié de ces terres d’invasions de monstres en tout genre. Pas drôle le boulot quotidien d’un sorceleur non? Vous devrez (ou non!) régler les querelles de voisinages, abattre les hantises des villages, détruire les nids de goules mais surtout…. avancer dans cette recherche de Ciri! Tout porte à croire que la jeune femme est en difficulté, que tous vos amis ou presque ont pu la voir 24h avant vous, et que … oh wait! Vous êtes encore en retard, next city, maybe?

Outre la quête principale, vous aurez pléthore de quête secondaires, de monstres à tuer et de coffres cachés à découvrir… Mais quand je dis pléthore (oui le mot est cool) c’est vraiment DINGUE. Dans le sens où vous pourrez totalement vous échapper de la quête principale pour farmer comme un âne afin de trouver LE loot ultime et gagner vos couronnes (la monnaie du jeu). Ce que l’on pourrait reprocher à ces quêtes, c’est justement de ne pas être aussi secondaires que ça, dans le sens où la quête principale vous demandera un niveau de personnage déblocable uniquement en tuant une nuée d’ennemis (peu d’XP), ou alors beaucoup plus rapidement par la réalisation des quêtes qui feront grimper de 10 à 500 points d’XP le compteur selon la difficulté ou vos choix, tout aussi importants que la résolution de ces dernières.

Étrangement, j’ai trouvé que beaucoup de quêtes secondaires étaient bien plus passionnantes que l’histoire principale qui s’articule uniquement sur la rencontre de prétendants à la recherche de Ciri, dévoilant au fur et à mesure visages familiers et mappemonde. Alors que les quêtes secondaires (qui peuvent durer plusieurs heures) sont souvent riches en émotions, plus simples à suivre dans la durée car plus courtes : genre vous jouez une heure, vous faites une quête, comme un épisode de série TV. Ces petits épisodes rythmés par les mêmes mécaniques (rappelez-vous: sens de sorceleur, trouver les traces rouges, les suivre, panpan, loot) vous feront passer des moments vraiment inoubliables, et vous aurez même plusieurs fins possibles à des quêtes… secondaires! Ces polonais sont fous, ou géniaux. Ou les deux. Beaucoup d’entre vous se souviendront longtemps de la quête du baron rouge, les autres, vous adorerez la découvrir.

Le cleptomane sorceleur.

Que serait un bon RPG sans une tonne de loot? Imaginez que The Witcher 3 a plus d’items que Skyrim & DIablo 3 réunis (source non officielle berychone pour augmenter l’impact de ce test et faire pas mal cliquer les p***). Nous ne sommes pas au niveau de Borderland 2, mais la frontière est proche amis du loot fouineurs. Outre le fait de pouvoir dépouiller toutes les maisons de leurs biens (d’ailleurs au début cela fait très bizarre, je ne sais pas vous, mais après 1h de jeu, automatique je vidais systématiquement toutes les maisons que je croisais; à la recherche d’ingrédients pour craft ou tout simplement par pur plaisir compulsif de vil cleptomane sorceleur que j’étais devenu.)

Autant Link détruit les jarres (mot cool numéro 3 que vous apprenez enfant en jouant à Zelda après HP & Mana) autant Geralt à une fâcheuse tendance à piquer aux pauvres pour donner à… lui! Le mec c’est l’anti robin des bois. Il est juste là pour s’enrichir et puis c’est tout! (en même temps vus les prix abusés que pratiquent les forgerons et armuriers simplement pour réparer votre suff on comprend mieux pourquoi Geralt à la main légère). Je trouve ça dingue qu’aucun test de nos confrères n’en parle! Vous trouvez ça normal vous de pouvoir rentrer dans presque toutes les maisons et de pouvoir absolument tout piquer? Le pire c’est que les PNJ ne disent RIEN, sauf si c’est un garde, là ils vous buttent direct, et en cas de défaite, ils vous propose de payer une amende. MAIS C’EST PAS GRAVE, puisque vous pourrez recommencer à outrance dans la maison voisine d’un pauvre paysan pauvre sans défense (de pauvre).

Chouette! Pendant que ce pauvre homme se fait taper, sa maison est sans surveillance, je vais pouvoir le dépouiller de tous ces biens !
Chouette! Pendant que ce pauvre homme se fait taper, sa maison est sans surveillance, je vais pouvoir le dépouiller de tous ses biens !

En plus du loot (maison, cadavres et coffres) vous pourrez à loisir crafter. Ce qui est dommage c’est que le craft d’armure ou d’armes doit OBLIGATOIREMENT se passer par l‘intermédiaire d’un forgeron ou d’un armurier. Les crafts ne sont même pas gratuits du coup! Non seulement vous allez devoir partir à la recherche de composants et ingrédients plutôt rares, mais en PLUS vous allez raquer. La vie est dure sur les plaines de Velen.

L’évolution ne se fait pas seulement QUE par le loot. Il y a un arbre de compétences (qui combine la magie, la force, les compétences journalières et les potions) qu’il est facile d’upgrader à chaque prise de niveau (ou lorsque vous découvrirez une pierre magique). Complété par un mutagène, à vous la force du jeu dont vous êtes le héros. Attention aux abus qui ne pardonnent pas! Outre la pilosité qui agit avec le temps (dingue la barbe de saint Nicolas qu’on peut avoir) , il est également bluffant de voir l’effet des potions (et leurs sur-consommations) sur le physique de Geralt. La drogue, c’est mal.

Geralt a enfin le Swag.

Ce qui me rebutait dans le premier épisode, puis un peu moins dans le deuxième (mais bon… toujours quand même un peu il faut l’avouer) c’est la rigidité du personnage. On sent vraiment cette influence du gameplay à l’américaine un peu fouilli à la Dragon Age. Pas aussi fluide et aisé qu’un Skyrim, c”était presque du Shenmue. On avait du mal à manier la brute grise. Tous ces défauts sont totalement gommés dans le troisième épisode (au détriment de pouvoir jouer correctement au combo clavier+souris pour les pcéistes). Il en résulte une prise en main immédiate, une sorte de GTA du Moyen Age, hyper fluide dans ses mouvements et diablement bien animé (à part peut-être les sauts de cabris du héro, avouons le). Carton rouge pour le cheval de Geralt nommé Ablette (comme tous ses chevaux) qui sur ma version PS4 était tout simplement hyper bugué et pénible à contrôler. On a du mal à comprendre pourquoi CD RED PROJEKT ne se sont pas inspiré d’un excellent Red Dead Redemption ou d’un Skyrim (bon ok, Skyrim on dirait un cheval de trait et il peut voler, mais il n’empêche que ses déplacements étaient moins glitchés). Bug de collisions en tout genre, traversées miraculeuses d’objets, bloquée par une minuscule branche, etc etc… J’ai eu beaucoup de mal à savourer mes ballades à cheval. Peut-être parce que j’en demandais trop à Ablette?

Mes yeux et mes oreilles.

Bon les gars stop la touche. Oui le jeu est moins beau qu’à l’E3 2013, oui vous le web est composé de beaucoup trop de haters mais bon sang, ouvrez les yeux! Je crois qu’à cause de The Witcher 3, un nouveau standard graphique est né en même temps qu’un nouveau standard du RPG. Je doute qu’avec l’E3 2015 que lon vient d’entrevoir qu’un RPG aussi ambitieux sorte sur PC et console dans les 2 ans à venir. A en voir Fallout 4, le jeu est tout simplement moins beau avec des textures grossière et la non prise en charge du tout nouveau “poil en 3D qui bouge dans le vent”. Le jeu est d’un beauté sans nom. Je ne savais tout simplement PAS que la PS4 pouvait sortir de tels graphismes. Les programmeurs ont réussi l’exploit d’optimiser à 100% le jeu pour la console de salon. Pour moins de 400€ de matos, on se retrouve avec un équivalent PC dans les 700€! Pas mal non? Outre le niveau de détails ahurissant de Gérald, des monstres, des PNJ, des animaux sauvages sur les plaines qui se baladent librement, on peut aussi saluer par exemple le fait de pouvoir voir dans les maisons par les fenêtres sans y entrer forcement et donc sans chargements.

Les joies des ballades et découvertes en forêt
Les joies des ballades et découvertes en forêt

La gestion cycle jour/nuit est également un jolie spectacle pour les yeux. Ce qui est drôle c’est que la nuit est tellement bien faites (noir profond, monté d’un sentiment de calme, de solitude) que j’ai remarqué bien des heures plus tard que j’évitais souvent de jouer dans le noir! Hop hop hop une petite méditation de Gérald et le temps accélère tout seul de quelques heures pour retrouver le soleil. Praise to the sun! (comment ça je suis une tapette?)

Enfin il convient de parler du son. Travail tout simplement exceptionnel réalisé par l’équipe aussi bien avec des thèmes de musiques classiques très tolkéniens (avec une petite touche presque scandinave dans les chants cycliques des thèmes de bataille) qu’avec les bruitages des environnements et les acteurs de doublages. La VF est vraiment superbe. Je n’ai pas joué en VO tellement je me suis régalé justement à essayer de reconnaître tel ou tel acteur célèbres de doublage de voix (un petit coup d’oeil dans les plus et les moins ci-contre et vous allez vous aussi reconnaître LA voix)

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

J’aurai pu vous parler des heures du système de sorts typique de la saga, du craft des huiles et des potions, du glossaire vraiment utile pour vaincre les monstres, de ces ambiances fantastiques qui donnent la chair de poule, des personnages à rencontrer, de la cinématique d’introduction vertigineuse, mais tout ça, vous vous devez de le découvrir par vous-même. Pour moins de 60€, c’est un ticket d’avion dans une ambiance fantastique qui durera bien plus longtemps qu’un simple allé-retour city trip Berlin <-> Bruxelles. Le plaisir virtuel, c’est bien cela. La Nature elle même n’est pas parfaite, alors pourquoi un jeu le serait-il?

The Witcher 3

  • Développeurs CD Projekt RED
  • Type RPG
  • Support PS4, XboxOne, Pc
  • Sortie 19 Mai 2015

Dans le même genre :

  • Skyrim / Oblivion
  • The Witcher 1 et 2
  • Les Royaumes d’Amalur : Reckoning
  • Dragon Age 2
  • Dragon’s Dogma
  • Fable

Y’a bon!

  • Une histoire passionnante…
  • Un monde vivant et grouillant d’habitants et de monstres…
  • Une map gigantesque…
  • Des DLC gratuits ! Bah oui quoi comme ça, comme Jacqouille qui mange les croûtes de fromages sous la table…
  • Le gameplay tellement moins rigide qu’avant…
  • Le loot incroyable. Fan de RPG, vous allez pouvoir vous régaler.
  • Les musiques… C’est magique.
  • Les acteurs de doublage en français (avec beaucoup de voix connues, c’est d’ailleurs Vincent Ropion (Nicky Larson, Dominic Monaghan, ou SaturdayMan) qui fait les introductions résumées de chaque partie.
  • Le raccords bouches et voix, même en français. Je crois pas avoir vu cela avant dans un “JV non en VO”.
  • Graphiquement sublime et très abouti, arrêtez de cracher dessus.
  • On aime se perdre.
  • Des centaines de quêtes…. Un jeu qui ne cessera pas d’évoluer (on connait l’amour que porte CRP à leurs bébés)

Beuargh!

  • … mais qui traîne parfois en longueur (bon si vous aimez les séries TV pour vous il n’y aura pas de problème)
  • … mais les PNJ sont beaucoup trop silencieux si on les compare à Skyrim.
  • …mais pas vraiment ouvert, puisque tout est découpé en zone de jeu de plus ou moins 1/5 de taille totale.
  • …mais aussi des DLC payants qui arrivent bientôt.
  • …mais la roulade et les esquives sont mal optimisées comparées à un Dark Souls.
  • Mais Ablette bordel !! C’est quoi ce canasson bugué. Prenez exemple sur un Red Dead Redemption les gars.
  • De nombreux bugs et glitchs de collisions. Possibilité de rester bloqué dans des zones normalement ouvertes plus tard
  • Impossibilité de “visiter” le monde sans avoir un grand level, sous peine de se faire manger tout cru.
  • Pas vraiment optimisé pour le PCistes hardcore du clavier… Manette obligatoire!
  • Les quêtes secondaires sont bien écrites mais leurs schémas d’approche sont TOUJOURS les mêmes : sens du sorceleur, traces rouges, tuer, loot.
  • Peu de challenge après acquisition d’un équipement de maître.
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

bery
bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues

Précédent Fallout 4 : votre toutou ne pourra pas mourir
Suivant E3 2015 Guild Wars 2 : halls de guilde montrés et préco de l’extension lancée

4 avis sur “The Witcher 3 | Test PS4

  1. UNE chose que je voulais ajouter qui est un point négatif (oui j ‘aime bien chipoter)
    la nage sous marine de ce jeu est.. IN GE RABLE !!! Vraiment ce n’est pas du tout agréable de faire une ballade aquatique avec Gérald… totalement accessoire.

  2. totalement d’accord. Je déteste nager et chercher un coffre ou un passage caché.
    Au passage, je tiens à souligner que sur PC, les menus sont vraiment peu ergonomiques. C’est un peu trop consolisé

  3. Sur console, je trouve les menus trop orienté PC ^^’ C’est pas ergonomique du tout, faudrait une souris pour voyager plus facilement là-dedans :/

  4. Je confirme , la nage est juste insupportable. Déjà que souvent, cela se passe dans des cavernes où on ne voit pas grand choses T_T

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Steep et Portal Knights se glisseront dans le PlayStation Plus de janvier 2019

27/12/2018
Close
%d blogueurs aiment cette page :