The Walking Dead S02

  • Développeurs TellTale Games
  • Editeurs TellTale Games
  • Type Point & Click narratif
  • Support PC, Mac, iOS, Androïd, PS3, Xbox360
  • Sortie 27/08/2014

Dans le même genre :

  • The Walking Dead Season 1
  • The Wolf Among Us

Clap de fin pour la seconde saison de The Walking Dead, qui aura vu la transformation de la frêle Clémentine en un personnage fort malgré son jeune âge, et paradoxalement plus adapté au nouveau monde dans lequel elle vit.

Si l’on quittait Clémentine à la fin de la saison 1 seule et apeurée, c’est accompagnée d’Amid et de Christa qu’on la retrouve quelques temps plus tard, alors qu’elle semble avoir intégré leur petite famille naissante. C’est ensuite sur un drame bien amené et une ellipse que l’aventure reprend sur un ton plus sombre. Certains éléments sont passés sous silence, renforçant le malaise ressenti et la culpabilité du joueur/Clémentine, alors que, de nouveau seule et livrée à elle-même, Clémentine s’endurcit et intègre un nouveau groupe de survivants.

L’écriture est ici encore maîtrisée, et les épisodes de tension sont palpables, tandis qu’elle doit gagner la confiance de ce nouveau groupe, apprendre à les connaître et partager leurs secrets.

walking-dead-review-s2-e2-01-clem-sarah
Reflet d’un vieux miroir…

Puis il y a Carver. Je n’ai qu’à dire qu’il a été doublé par Michael Madsen pour vous situer immédiatement le personnage. Violent, protecteur envers sa communauté qu’il étouffe, intransigeant, despotique, son apparition, la façon dont il gère la prise d’otage du chalet, la désobéissance dans une scène particulièrement tendue dans une serre et la montée en violence entre lui et un survivant inespéré de la première saison, auquel Clémentine s’accrochera comme vestige de l’époque où elle était encore humaine, sous l’aile bienveillante de Lee. Jusqu’à supporter la vue de sa rage alors qu’il se déchaînera sur son bourreau ?

Choix et conséquences.
Choix et conséquences.

Cette saison verra encore le compteur de morts augmenter, et si certains sont de votre responsabilité -du moins dans la manière, car la Mort a une place pour chacun d’eux dans son petit carnet- TellTale prend le temps de les humaniser avant de vous les arracher. Si cela fonctionne avec certains, c’est un peu moins le cas pour d’autres. Pourtant, à l’image de Clémentine, on s’endurcit, on prend soin de ne pas trop s’attacher, ou du moins à rester accroché à une valeur personnifiée parmi le choix qui nous est proposé. On accepte plus facilement de tuer un être qui nous était proche quelques heures avant, voire de sacrifier une âme faible et perdue pour en sauver d’autres. La violence de ces choix est amplifiée par le fait que Clémentine n’a qu’une dizaine d’année. La Survie quitte à laisser les autres mourir ? La folie meurtrière ? Jusqu’où est-on prêt à suivre un homme fou de douleur ? Que serions-nous prêt à lui pardonner ou à cautionner ? Ferions-nous aveuglément confiance à quelqu’un qui nous a déjà trahis, malgré ses promesses de rédemption ?

Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans la dernière partie, tandis que le groupe ne tient plus qu’à un fil, et que la compréhension de la douleur de l’autre atteint sa limite. Un horrible choix se dresse devant nous, un choix où le degré de confiance sera déterminant. Un choix entre la douleur et le pragmatisme, un choix qu’il nous faudra faire entre le pardon, l’acceptation et la mort.

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Une saison qui laissera peut-être moins de traces que la première, où il était sans doute plus facile de s’identifier à Lee dans son rôle paternel protecteur qu’à Clémentine, tant spectatrice qu’étrangement décisionnaire malgré son jeune âge, mais pourtant garante de la santé mentale du groupe. Pourtant, le dernier quart d’heure de jeu sera éprouvant pour tous, tant les personnages que les joueurs, avec à la clé des regrets, une impression malsaine que les choses auraient pu tourner autrement, que le temps aurait pu se figer autour du dernier feu de camp établi, avant d’atteindre le théâtre des dernières trahisons, même si du haut de ses 10 ans, il est normal que la situation échappe à Clémentine, pourtant au centre de l’avenir du groupe. Jamais les silences n’ont révélé autant d’informations sur les relations humaines.

Une saison 3 étant en chantier, nul doute que nous aurons des nouvelles de ceux que nous avons laissés au terme de cette saison, à l’image du lien ténu de cette saison avec l’add-on “400 jours”. En attendant si vous êtes prêt à laisser le gameplay de côté au profit d’un récit qui vous mettra face à vos décisions, ne passez pas à côté de cette nouvelle saison.

Y’a bon!

  • Une histoire toujours très bien écrite
  • L’évolution de Clémentine
  • La violence des choix à prendre rapidement
  • Toujours plus de situations crispantes

Beuargh!

  • Toujours en anglais
  • Fluidité à la rue sur console
  • Semble plus courte que la première saison
  • Joueur encore plus spectateur, à part dans le choix des dialogues

L’info en +

Avant de devenir le studio livrant les adaptations les plus réussies, TellTale Games aussi eu son lot de casseroles.

Tout d’abord avec le très passable « Jurassic Park » qui avait le mérite de proposer une histoire originale basée sur un détail du premier film (le vol des échantillons) sans parvenir à offrir des phases de gameplay réussies et un univers graphique non-générique. Reste une histoire originale à réserver aux fans.

Déjà plus abouti, « Back to the Future » pourrait faire office de quatrième film tant il fait suite avec respect aux trois films de la franchise. Adaptant son style graphique avec un style plus humoristique, il arrive à proposer des phases d’énigmes et un véritable scénario très prenant, avec au centre une remise en question de la relation entre Marty et Doc, et sur les conséquences de leurs choix. Très linéaire et basique dans son approche, il n’aura pas convaincu les foules malgré une histoire qui fera plaisir aux fans.

Puis il y eut The Walking Dead…

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de me raconter une bonne histoire. Touch-à-tout invétéré (mais surtout de bonnes aventures qui savent me surprendre) et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de ma jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Steam devant la justice australienne
Next Deep Down : 7 minutes de crapahutage en donjon

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Anima 2019 : Zoom sur les films d’animation japonais

09/04/2019
Close