Test : Xenon Racer – La course futuriste avec une petite touche intéressante

Êtes-vous prêts pour l’évolution ultime de la course ?

Développé par les Italiens de chez 3D Clouds et édité par SOEDESCO, le concept de Xenon Racer est plutôt simple sur le papier. Mais la grande question qui demeure est la suivante : Est-ce que ce jeu de course indépendant vaut le détour ? Réponse dans quelques courses !

Des courses futuristes, oui, mais pourquoi faire ?

Avec un tel titre, vous allez me dire que ce n’est pas nécessaire de s’attarder sur le contexte du jeu. Et pourtant, ça a un intérêt pour comprendre une partie du gameplay. Jugez plutôt : En 2029, la Ligue Mondiale des Prototypes (WPL) a annoncé à tous les constructeurs automobiles que le premier championnat de voitures à lévitation magnétique aurait lieu en 2031. En 2030, les constructeurs ont décidé de monter un championnat pour tester leurs technologies et l’intelligence artificielle de leur véhicules. Jusqu’à présent, rien d’anormal (quoique). Ce qui l’est un peu plus, c’est qu’elles sont propulsées au Xénon. ce qui donne son nom au jeu. A croire que l’essence serait bientôt dépassée. C’est peut-être une bonne nouvelle non ? 

Les écuries des diverses équipes débarquent en ville !

Conduite, personnalisation et haute vitesse !

Sans aller jusqu’aux vitesses irréalistes d’un F-Zero ou d’un WipEout, la vitesse dépasse les 300 km/h dans des courses urbaines ultra-rapides. La personnalisation du véhicule est possible et même conseillée car elle n’est pas seulement esthétique, mais il vaut mieux passer du temps au garage pour installer les bonnes pièces sur votre bolide pour vous assurer de rester devant. En course, on peut noter que la conduite est assez simple à prendre en main et le système ERS (Energy Recovery System) utilisé de nos jours en F1 qui vous permet d’emmagasiner de l’énergie  pour vous en servir comme boost pour dépasser vos adversaires. 

Des bêtes mécaniques se préparent à s’affronter sur la piste.

Freinage, Drift et Map !

Pour charger vos batteries, vous avez deux solutions : soit vous driftez en jouant avec l’accélérateur et vos freins à la manière d’Outrun 2006, ou vous ramassez des boosts sur la piste. La carte du circuit défile en haut de l’écran mais elle n’est pas très lisible alors on vous conseille de miser sur vos réflexes la première fois que parcourez les différents circuits répartis dans 7 localisations dans le monde : Boston, Lake Louise (Canada), Dubaï, Shanghai, Côte d’Azur (France), Miami et Tokyo. Vous aurez de quoi faire pour vous établir comme le meilleur pilote du monde. En plus du mode principal Xenon Racing, vous aurez droit aux modes Course Rapide, Ecran partagé (c’est un excellent point), En ligne et le mode Edge qui permet notamment de s’entraîner sans contrainte.

Les divers modes de jeu sauront vous satisfaire.

Œil, Main et Réflexes!

Au niveau visuel et du gameplay, la version PS4 de Xenon Racer qui a servi pour ce test est d’excellente facture. L’action est toujours fluide et on ne perd que rarement l’action qui se passe à l’écran. Par contre, il semblerait que la version Switch ouvre de nombreux problèmes d’affichage et des temps de chargement apocalyptiques. Renseignements pris, il semblerait qu’un patch va arriver en avril pour corriger ces problèmes. Vous voilà prévenus si vous choisissez cette version du jeu. 

L’impression de vitesse est excellente.

Brutalité, Respawn, et Rage !

l’IA que vous affrontez quand vous jouez seul est… Comment dire… Extrêmement agressive ! Elle n’hésitera jamais à vous balancer dans un mur pour pouvoir passer devant vous ou à faire barrage pour vous empêcher de doubler. Ce ne serait pas un problème si en contrepartie votre carrosserie ne prenait pas de gros dégâts et qu’une fois que l’intégrité de votre véhicule tombe à 0 vous devrez respawn à l’endroit du dernier accident et en queue de peloton ! Et on a beau le savoir (après l’avoir vécu une première fois), c’est sacrément rageant, surtout quand la fin de la course est proche !

Pour le moments, nos rivaux sont derrière nous !

Réfléchis, Roule et Gagne !

Le meilleur moyen pour pallier à ce genre de soucis est d’enchaîner les courses, débloquer de nouveaux véhicules, de nouveaux circuits en avançant dans le championnat et en accumulant des parties en ligne car tout se débloque selon des conditions précises. On a vraiment la sensation de  jouer à un jeu à l’ancienne où seul l’acharnement et la victoire paye. Et ça fait du bien de voir ce type de mécanique remise au goût du jour. Si on couple ça avec la côté stratégique de la gestion des boosts, on est vraiment très loin d’un jeu bête et méchant qui caractérise les jeux de course à petit budget qu’on a pu voir passer ces dernières années. 

Admirez cette jolie GT Performances.

Accélère, Boost et passe la Ligne (Conclusion)

Xenon Racer est un bon jeu de course arcade qui vous happera si vous accrochez à son concept. Des courses nerveuses, un niveau de personnalisation très appréciable que ce soit visuel (les options sont assez poussées pour ceux qui aiment ça, ce n’est pas mon cas) et les pièces d’amélioration des véhicules apportent un vrai plus pendant la course. Les IA sont ultra violentes et ça peut déranger certains d’entre vous, mais je ne peux que vous encourager à essayer Xenon Racer qui est une excellente surprise dans le domaine des jeux de course malgré ses défauts. 

C’est l’heure de défoncer le chrono !

Temps de lecture : environ 4 minutes

Xenon Racer

  • Développeurs 3D Clouds
  • Type Course
  • Support PS4, XB1, Switch, PC
  • Sortie 26 Mars 2019
Xenon Racer à notre sauce
8/10
Xenon Racer à notre sauce
Y'a bon
  • Un jeu de course intéressant
  • La personnalisation assez poussée
  • La bande-son assez sympa à écouter
Beuuuuwark
  • Les IA sont ultra agressives
  • Parfois visuellement étrange
  • Le respawn très pénalisant
  • TECHNIQUE
    8/10
  • ERGONOMIE
    9/10
  • ESTHÉTIQUE
    8/10
  • AUDIO
    7/10
  • CONTENU
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre