Test : Wreckfest – Rouler vite, être meurtrier, vive la tôle froissée !

FlatOut is back? Presque!

Sans foi ni loi, ce sera votre vie !

Dans Wreckfest, vous êtes un pilote balancé dans un monde de violence automobile. Ici, il n’est pas question de rouler safe, mais de gagner par tous les moyens. Et la première chose qui risque de vous dérouter, c’est que votre première course… N’en sera pas une. Vous allez vous retrouver au volant d’un tracteur tondeuse, au milieu d’une arène, avec une bande de fous furieux qui voudront décalquer votre visage contre le métal de votre bolide. Le ton est donné, vous êtes là pour gagner des épreuves certes, mais surtout pour éviter de vous en prendre plein la poire tout en empêchant les autres d’avancer. Quitte à leur faire faire quelques cascades au passage.

On s’attendrait plus à y voir des moutons que des tracteurs à gazon !

Et si on parlait du point fort du jeu ?

C’est une bonne idée, d’autant qu’on pourrait résumer ça en quelques mots, ce que l’on ne va pas faire évidemment. Si les épreuves sont variées et que la progression est bien pensée bien que basique, l’or que renferme ce jeu est ailleurs. Le moteur physique de Wreckfest et sa gestion des dégâts est exemplaire. Chaque impact, que se soit avec vos adversaires ou contre un élément du jeu, est localisé et les conséquences sont immédiatement visibles dans votre conduite. Une suspension qui lâche? C’est le début des ennuis et vous allez devoir lutter pour finir la course. Une perte d’huile en milieu d’épreuve? Même constat, vous allez devoir faire avec. 

Mais ça ne s’arrête pas là. Les circuits proposés dans le jeu en course ou le revêtement des arènes sont des paramètres très importants auxquels vous devrez constamment porter attention, car chaque changement de terrain peut être l’occasion de perdre le contrôle; tout comme la moindre hésitation au moment de prendre votre trajectoire en virage. Votre véhicule peut commencer à décrocher et le drift n’est jamais loin. Et une fois que votre bagnole part en sucette, soit vous quittez la piste, soit vous offrez vos portières à vos adversaires qui ne vont pas se gêner pour vous rentrer dans le lard à la moindre occasion. C’est ça l’effet Wreckfest. 

De la tôle froissée au petit-déjeuner.

Y’en a pour tous les goûts, ma bonne dame !

Que ce soit sur les échelons des championnats (Regional Juniors, National Amateurs, Challengers, Pro Internationals, World Masters) ou les types d’épreuves proposées, il y a en a pour tout le monde. Que vous optiez pour un destruction derby, une course classique, à élimination ou encore un défi contre un seul adversaire, vous n’aurez jamais le temps de vous ennuyer. D’autant que, fait intéressant, vous changerez facilement et régulièrement de bolide et il vous faudra apprendre à le manier avec dextérité pour parvenir à vos fins. Il n’est pas toujours nécessaire de gagner des courses pour remporter des épreuves et il est parfois utile d’établir une stratégie au fil des courses pour gagner plus facilement l’épreuve et avancer dans ce Mode Carrière foisonnant. 

Revivez tous vos exploits grâce à la fonction replay.

Multijoueur et petites précisions supplémentaires. 

Les sessions en multijoueur se sont révélées agréables et faciles à rejoindre. Malgré les chutes de framerate et les temps de chargement très longs en solo et en multi, l’expérience n’est pas gâchée d’autant que l’on sait déjà qu’un patch Day One va régler tous ces petits soucis et vous n’en serez pas impactés. Si l’IA a des comportements parfois erratiques, réussissant à revenir dans la course même après une empoignade bien sévère, ce petit contretemps est vraiment mineur; et même s’il arrive souvent qu’on recommence une course pour cette raison ou pour une sortie de route un peu trop violente, le fun du jeu reste le même. Petite mention spéciale pour la musique qui colle parfaitement au jeu avec ses guitares électriques lourdes de sens. On est la pour la baston baby ! 

Un monde de possibilités s’offre à vous en mode multijoueur.

Fin de la route, droit dans le mur ! (Conclusion)

Les équipes de Bugbear Entertainment ont une réputation à tenir. Avec la série des FlatOut, on sait à quoi s’en tenir. Ça sent la gomme brûlée, la tôle tordue est une oeuvre d’art et le bruit des chocs entre guerriers de la course et des arènes est une symphonie magnifique. Avec Wreckfest, l’attente fût longue et les attentes des adorateurs de ce genre de jeu spécifique n’en était que plus grande. Eh bien, force est de constater que le contrat est largement rempli avec une physique très poussée qui vous forcera à régler sommairement votre monture avant la course et une gestion des dégâts assez démentielle. Voir votre bolide partir en lambeaux est impressionnant certes, mais votre conduite en sera aussi affectée. En résumé c’est une réussite et on vous encourage fortement à tenter l’expérience, même si vous aurez peut-être l’impression d’être dérouté au départ. Les tonnes de fun qui suivront vous réconcilieront avec vos premiers tours de roue un peu difficiles. 

Le mode derby tient toutes ses promesses et vous servira d’exutoire.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Wreckfest

  • Développeurs Bugbear Entertainment
  • Type Course
  • Support PS4, XB1, PC
  • Sortie 27 Août 2019
Wreckfest à notre sauce
8/10
Wreckfest à notre sauce
Y'a bon
  • Un moteur physique très bien utilisé
  • Une excellente gestion des dégâts
  • Une variété d'épreuves très intéressante
Beuuuuwark
  • Un mode carrière à la progression très classique
  • Les Dieux IA
  • Peu d'animation dans les environnements
  • TECHNIQUE
    9/10
  • ERGONOMIE
    8/10
  • ESTHÉTIQUE
    8/10
  • AUDIO
    9/10
  • CONTENU
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo