Test: Eagle Island

Devenez Fauconnier !

Eagle Island a été financé par Kickstarter en 2017. Il a ensuite été développé par le studio Pixelnicks et réalisé par Nick Gregory. Premier jeu du studio, on peut noter que Nick est facilement joignable via son Discord et reste fort à l’écoute de sa communauté.

Synopsis

Nous allons donc visiter Eagle Insland en incarnant Quill et son hibou Koji. Nous aurons comme objectif de retrouver et sauver le frère de ce dernier, Ichiro, détenu par le gardien de l’île, un aigle nommé Armaura. Notre quête sera gorgée de risques et surplombée d’aventures.

 

Avis après quelques heures

Au premier abord, le jeu est vraiment sympathique. Avec son gameplay plutôt original et son scénario simple mais prenant, le tout est prometteur. On peut cependant noter peu d’intérêt vis-à-vis du héros, Quill.

Le jeu est un rogue-like, et on peut aussi remarquer que l’algorithme des niveaux est bien réalisé, nous laissant croire que chaque niveau est fait main. On a rarement l’impression de déjà vu, et le game design joue parfaitement avec le gameplay proposé dans le jeu. 

Il est tout de même bon de noter qu’un mode propose de retirer le côté rogue-like. Les niveaux resteront les mêmes à chaque game over pour mieux étudier notre approche; et ça permet aussi aux moins fans du genre de jouer!

Nous te vengerons…

Gameplay

Comme tout bon rogue-like, les niveaux seront créés de manière procédurale.

Le game design est néanmoins bien tenu, et comme dit plus haut, nous n’avons qu’une faible impression de répétitivité. 

À chaque mort, vous serez donc renvoyés au début sans les avantages trouvés dans le donjon, qui sera remanié pour une nouvelle aventure. Seuls les avantages temporaires sont perdus, tous les changements permanents restent.

C’est donc un jeu 2D où nos attaques seront basées sur le fait d’envoyer notre hibou sur les ennemis. Nous aurons la possibilité de faire des combos, ce qui nous donnera un sentiment d’accomplissement lorsque nous arriverons à sortir un combo x20.

On peut cependant remarquer un équilibrage par moments défaillant. Certains ennemis nous aurons en 1 ou 2 coups tout en étant omnipotents. Quant à d’autres, nous les aurons avec une facilité non expliquée.

Il y a même des déserts sur l’île.

Nous avons aussi un gros côté Metroidvania qui nous amène régulièrement à repasser dans les endroits déjà visités lorsque nous débloquons des améliorations. Nous aurons un hub central, nommé Overworld qui reliera les différents donjons du jeu tout en nous proposant un vendeur et une zone safe. Plusieurs magasins seront dispatchés à gauche à droite, nous donnant la possibilité d’acheter compétences, vies, et même suppléments de vie temporaires. Il faudra en général bien se préparer chez le vendeur du hub central avant de partir dans un donjon.

Assez classique au début pour un plateformer 2D, le gameplay s’étoffe vraiment lorsque l’on retrouve Ichiro – ce qui arrive assez vite dans le jeu. Le système de combo devient vraiment prenant et rend le tout assez original. 

Le niveau de difficulté est assez élevé. Mais il est proposé un mode de nouveau assez original. Ce dernier nous fait commencer avec 3 cœurs, et à chaque combo x4 nous gagnerons un cœur supplémentaire. Évidemment un combo x4 est dur à placer..

Champignons, oiseaux, papillons, plantes carnivores, … Bien qu’assez conséquent, le bestiaire reste assez basique et assez peu imaginatif.

Les boss cependant restent variés et nous poussent à revoir notre manière de les combattre. Par contre, à chaque K.O., même contre un boss, nous devrons recommencer le niveau depuis le début et cela crée de la frustration. Un ou deux checkpoints dans les niveaux auraient été bienvenus.

Koji se débrouille bien dans l’eau… c’est un « hibou tout terrain »

Technique

Visuellement, le character design en mode Pixelart est vraiment très charmant. Il jouera régulièrement sur les ombrages et effets de lumière.

Les designs des boss sont variés et intéressants. Ils arrivent à être imposants et charismatiques tout en nous proposant des gameplay différents.

Au niveau sonore, la bande-son rétro est très réussie et s’accorde assez bien avec l’univers proposé.

Petits détails assez intéressants, les paramètres du titre sont fortement customisables. Nous pourrons ajuster la netteté de l’arrière-plan, la luminosité, donner un contour aux ennemis, etc. Afin de jouer dans les meilleures conditions adaptées à notre style.

Conclusion

Eagle Island est un excellent premier titre pour le studio. Assez punitif, mais intéressant, il sait tenir en haleine les fans de rogue-like. Niveau technique, on sent une précision pointée sur les détails et l’ambiance. On a même plusieurs modes proposés pouvant aider les moins assidus, ou même faire découvrir le titre aux joueurs appréciant moins les rogue-like.

Évidemment, le jeu n’est pas exempt de défauts, surtout au niveau de sa difficulté un peu en dents de scie, ainsi que son scénario assez simpliste.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Eagle Island

  • Développeurs Pixelnicks
  • Type Plate-former
  • Support PC, Switch
  • Sortie 11 Juillet 2019
Eagle Island à notre sauce !
8/10
Eagle Island à notre sauce !
Y'a bon
  • Un character design en pixel art assez beau par moment
  • Une bonne bande son
  • Une bonne création de niveau de manière procédurale
  • Un gameplay bien tenu par le game design
Beuuuuwark
  • Un scénario assez simple
  • Une difficulté en dents de scie
  • Contenu
    7/10
  • Ergonomie
    8/10
  • Esthétique
    8/10
  • Audio
    8/10
  • Technique
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre