Test : Through the Woods – Promenons-nous dans les bois

Erik le Viking

Through the Woods n’est pas un titre nouveau, à vrai dire, on vous en avait déjà parlé fin 2017 à l’occasion de quelques vidéos d’Halloween. Mais comme le titre vient récemment de s’offrir une sortie console, on s’est dit qu’on allait en faire le tour plus précisément sur le site, car le jeu d’Antagonist a quelque chose de spécial.

À délaisser son enfant, on finit par le perdre ?

Espen ?

Profitez du soleil, il ne va pas revenir avant un moment

Through the Woods, avant de pouvoir être considéré comme un jeu d’horreur, est avant tout l’histoire d’une mère et son fils. Une mère qui s’est retirée quelques temps dans une petite maison au bord d’un lac norvégien pour travailler, en compagnie de son fils dont elle ne s’occupe pour ainsi dire pas. L’introduction est à ce niveau très bien réalisée, car en plus de nous montrer une mère froide travaillant la nuit et dormant le jour en délaissant son fils, un petit monologue explique clairement que non, dès la naissance, elle n’a rien ressenti pour lui. Un sentiment qui a depuis heureusement changé, surtout depuis que le père n’est plus dans l’équation, mais assez dur à entendre et à voir. Et surtout à l’origine du drame à venir. Car rendu à lui-même, Espen finira par suivre le vieil Erik sur une île perdue dans le temps.

On incarne donc la mère d’Espen, lancée à la poursuite d’une barque à travers la brume, emmenant son fils vers une île inconnue. Though The Woods n’est pas un jeu d’action, mais se rapproche davantage d’un walking simulator à la troisième personne. Le joueur ne peut en effet que marcher dans les bois et utiliser une lampe-torche pour suivre la piste de son fils et lever le voile sur les lieux où ils se trouvent. Une grande île abandonnée où subsistent des vestiges d’un peuple scandinave en proie à une malédiction.

Heu… quelque chose cloche avec la Lune non ? C’était quoi déjà le mythe ?

Folklore

Et vous voilà dans la peau de cette femme seule dans les bois, pendant la nuit. Armé de votre lampe torche, vous explorez les bois à la recherche d’indices pouvant vous mener au jeune Espen, qui a eu la bonne idée de semer des réflecteurs sur la route. Pas de système de combat donc, mais une plongée dans le folklore scandinave peuplé de créatures étranges et mortelles. Un simple coup d’oeil à la lune vous fait vite comprendre que vous avez basculé dans un ailleurs dont il va être difficile de sortir. Outre les quelques personnes ayant perdu la raison que vous allez croiser, Thought le Woods fait la part belle aux esprits et aux être issus de la mythologie.

Attendez-vos à croiser des créatures effrayantes… et courrez

Attendez-vous donc à croiser la route de Trolls géants mais aussi de Hirds qui fondront sur vous à moins que vous les braquiez avec la lampe torche, ou encore une Nix (à côté de laquelle vous pourriez passer sans la remarquer) dont vous ne percevrez que la forme et les yeux brillant à la surface de l’eau. C’est d’ailleurs une force de Through the Woods : plutôt que de vous faire affronter des créatures, le titre peuple son environnements de menaces que vous devrez éviter, mais la plupart ne sont qu’entre-aperçues, renforçant le malaise. Car c’est sur ce plan là que vous cherche le titre d’Antagonist et non sur celui de l’horreur.

Le studio a voulu reproduire le frisson de se promener la nuit dans les bois scandinaves, et – même si ça ne m’est jamais arrivé de ce côté-là du monde – l’effet est vraiment bien rendu, sans pour autant jouer le jump scare facile. On entend des voix (le doublage est disponible en anglais ou en norvégien – préférez ce dernier) sans voir personne, on lit des notes qui nous renseignent sur les forces en présence, sur la malédiction qui touche l’île et le rapport à la mythologie. Peu à peu, le voile de l’intrigue se lève en même temps que la nuit passe jusqu’au moment où enfin, vous retrouvez Espen pour un final plutôt inattendu.

Usez de votre lampe de poche au bon moment, on ne sait pas ce que ça peut attirer… ou faire fuir.

La version console ici testée reste un peu en deçà graphiquement de la version PC, mais il faut aussi noter que malgré le gros travail d’ambiance, Though the Woods est développé sous Unity, et que cela se ressent notamment sur l’aspect très “propre” et dépourvu de particules dans les environnements. Les décors sont pourtant très intéressants et bien construits, profitant de la patte scandinaves, entre montagnes, forêt et lacs, mais les limites du moteur deviennent visibles dès qu’on s’approche un peu trop. Pour le reste, le titre est propre et réussi à instiller la peur si particulière quand on se promène la nuit dans les bois, et qui nous fait imaginer beaucoup trop de choses.

Conclusion

Though the Woods reste une petite incursion réussie dans les mythes scandinaves. Ne vous attendez pas à de l’action, on reste plus proche d’un Walking Simulator à la troisième personne, avec ce que cela compte de notes à lire et d’ennemis à éviter. Le jeu joue habilement avec la peur du noir et des “choses qui s’y cachent” pour mener son récit mythologique à terme. La fin pourra surprendre, en bien ou en mal, mais à l’avantage d’être bien amenée.

Temps de lecture : environ 3 minutes

Through the Woods

  • Développeurs Antagonist
  • Type Aventure
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 22 Mai 2018
Trhought the Woods à notre sauce
7/10
Trhought the Woods à notre sauce
Y'a bon
  • La mythologie nordique bien mise à contribution
  • La forêt, la nuit
  • Le malaise constant
  • Les créatures
  • Les doublages norvégiens
  • La relation mère-fils
Beuuuuwark
  • Unity montre ses limites
  • Quelques bugs de colision
  • Une version console en deça visuellemen de la version PC
  • Technique
    6/10
  • Esthétique
    8/10
  • Ergonomie
    6/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre