C’est en décembre 2017 que sortait They Are Billions sur PC. Aujourd’hui, voilà que le titre de Numatian Games débarque sur consoles avec ses milliers de zombies prêts à déferler sur votre petit campement. Mais sur console, les attentes pouvaient être un peu différentes.

L’entrée en matière donne le ton : pas de campagne, pas de tuto, direct le mode Survie sans explication

La Horde

They Are Billions est un jeu de stratégie en temps réel dans lequel vous devez construire votre campement humain au milieu d’une terre désolée. A l’image de tout jeu du genre, il va falloir partir à la recherche de ressources et surtout les gérer de manière intelligente pour parvenir à évoluer et vous étendre sur la carte. Mais à la différence des autres références, vous n’allez pas avoir un rival qui va chercher à évoluer plus vite que vous avant de vous éliminer.

Les paramètres de départ sont la seule manière de personnaliser votre partie, mais sont heureusement assez complets

Vous êtes en effet la seule “faction” sur la carte, et vos ennemis sont des zombies qui errent sur la carte, infestent des nids et lancent des attaquent en horde ponctuellement contre vos murs – si tant est que vous en ayez érigés. Et gare à la moindre brèche, puisque chaque maison ou bâtiment infecté générera son lot de nouveaux zombies qui partiront à l’assaut ! Une menace et une propagation presque impossible à endiguer, à moins d’avoir le temps de se la jouer Attack on Titan et bâtir des strates de plus en plus renforcées , mettant à l’abris votre centre de commandement – vital – et la majeure partie de la population afin de minimiser les pertes. On verra plus bas que malheureusement, cela est peu possible.

Votre zone de départ contient en général tout ce dont vous avez besoin, ne traînez pas

On construira diverses tentes pour attirer la population qui fournira un nombre de travailleurs donné, qui eux-même pourront aller travailler dans des carrières, marchés, générateurs et autre afin de faire prospérer votre colonie. Attention tout de même, puisque chaque habitant demandera son lot de nourriture et vous pourrez parfois être contraint de détruire des structures avancées en vue de récupérer des travailleurs pour d’autres structures plus indispensables sur le moment. Des améliorations de bâtiments permettront de loger plus de monde et de générer plus d’argent ou de ressources dans les fermes ou carrières et scieries, mais globalement, la progression est assez lente et dépendante de plusieurs facteurs, dont la disposition de votre lieu de départ, qu’il faudra étendre à l’aide de générateurs.

Fétide

Votre bâtiment principal est déjà positionné quand vous démarrez une carte, en général à proximité d’un point d’eau (pour la pêche), d’une carrière (pour les pierres) et d’un bois (pour la scierie). Ce sont les 3 ressources que vous devrez produire en continu et en conséquence pour embrayer sur la suite de votre évolution. Au début, les attaques de zombies seront sporadiques, mais il est possible que vous apparaissez à proximité d’un nid (générant des zombies en continu et en quantité), auquel cas, il faudra faire attention à ne pas les attirer lors de vos phases d’exploration. Vous débutez avec 3 rangers armés d’arcs et d’un soldat plus lent mais plus puissant, qu’il conviendra d’envoyer en reconnaissance pour voir si vous ne pouvez pas récupérer des ressources cachées sur la carte, tout en pouvant mieux vous défendre.

Même comme ça, They Are Billions reste addictif

Le campement devra également être barricadé rapidement, et doté de tourelles de guet où poster les Rangers et Snipers, qui pourront abattre les zombies à bonne distance et assurer une défense correcte les premiers temps, tant qu’une horde n’est pas détectée. De plus en plus importantes, les hordes viendront vous attaquer périodiquement et vous laisseront un peu de temps de préparation en vous indiquant sur la carte de quel côté elles arrivent. Mais constituées de plusieurs dizaines de zombies au début, elles évolueront vers de véritables marées de plusieurs milliers au fil de la partie – le but ultime étant de survivre un nombre donné de jours pour se préparer à ce raz de marée de chair putride.

Quelque scentaines de zombies déboulent et je n’ai pas eu le temps de terminer des défenses plus solides… RIP ma partie

Et ne comptez pas trop sur la sauvegarde pour vous aider, puisque celle-ci est unique, automatique et accessible qu’en quittant la partie. Vous n’avez donc qu’une seule chance de mener votre colonie à bon port et lui garantir une certaine pérennité. Heureusement, en début de partie, vous pourrez choisir différents paramètres – nombre de jours, population zombie… – qui influeront sur la difficulté. N’ayez pas honte de débuter par les modes les plus faciles, car dans They Are Billions, on vous lâche sur la carte sans la moindre indication.

Putride

Et si tout ceci vous a donné envie, c’est normal : They Are Billions est un chouette jeu de stratégie qui propose des mécaniques intéressantes et une belle ambiance. L’impression que tout peut basculer en un instant est réelle – vous perdrez souvent des colonies en quelques secondes après une heure de jeu – et pousse à relancer parties sur parties pour améliorer son efficacité et tirer parti de son expérience acquise dans le sang. Néanmoins, le jeu se trimbale plusieurs casseroles sur console qu’il ne faut pas négliger.

Tout d’abord, vous n’avez accès qu’à un mode survie (personnalisable donc) et un mode de défis hebdomadaires, rien de plus. Pas de campagne ou de didacticiel destinés à vous apprendre les mécaniques, tout doit se faire sur le tas et dans la douleur. Mais si il n’y avait que cela !  La maniabilité n’a absolument pas été repensée pour une manette, ce qui occasionne des difficultés pour la gestion des bâtiments, surtout dans l’urgence, même si on peut mettre la partie en pause pour donner des ordres.

L’ergonomie générale est celle d’un jeu PC, ce qui honnêtement est assez désagréable manette en main. Quelques bugs sont également présents et ces derniers peuvent se révéler très gênants puisqu’ils concernent les portes. En effet, ces dernières sont à placer sur les barricades et permettent à vos unités de pouvoir les traverser, mais restent closent face aux infectés. Mais le jeu ne semble pas avoir compté les travailleurs comme des unités et seules vos unités militaires sont capables de passer ces portes. Les autres pauvres ouvriers eux restent bêtement bloqués derrière, incapables de rejoindre leurs entrepôts ou lieux de travail.

Le petit groupe de débiles là, ce sont mes travailleurs désirant rejoindre la carrière… mais ils ne savent pas ouvrir de porte…

Impossible donc de créer une structure en strates solides, voire de déporter les carrières hors de la colonie sous haute sécurité, puisque vos ouvriers resteront derrière les murs sans jamais pouvoir rentrer !  Le manque de didacticiel se fait aussi ressentir, puisque certains paramètres sont à deviner, comme l’utilisation de l’énergie, les générateur pour étendre la zone constructible ou la gestion des habitants. Tout s’apprend sur le tas, et dans une certaine urgence puisque le temps vous est compté et que vous êtes très vulnérables à une petite attaque de rôdeur dés le début.

Conclusion

They Are Billions est un jeu que je vous conseillerais sur PC, mais difficilement sur console. Manque de chance, l’avis final se porte uniquement sur cette version. Un mode campagne est en ce moment déployé sur PC, augurant de son arrivée sur consoles dans les mois à venir, mais en l’état, avec son ergonomie catastrophique à la manette, ses quelques bugs gênants la bonne marche de votre survie et son manque de contenu, je vous déconseille la version console. Par contre, sur PC, le titre vaut clairement la chandelle de par son concept et on espère vraiment que le titre va être suivi sur consoles pour améliorer le tout et lui fournir plus de contenu, parce que c’est bête, mais même comme ça, They Are Billions reste addictif.

They Are Billions

  • Développeurs Numantian Games
  • Type Stratégie
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 09 Juillet 2018
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Et de 100 millions de consoles vendues pour la PS4
Next Persona 5 Royal : Morgana ronronne en vidéo
Close

NEXT STORY

Close

Test : Razer Hammerhead True Wireless

20/11/2019
Close