J’ai suivi de loin l’arivée de The Thaumaturge. D’abord prévu pour février, le titre s’est déporté à début mars pour éviter de se heurter à de grosses sorties qui l’auraient rendu presque invisible. Bien lui en a pris, parce que je n’aurais saans doute pas pu lui accorder l’attention qu’il mérite.


The Thaumaturge


Supports : PC

Genre : RPG

Date de sortie : 4 mars 2024

Editeur : 11bit Studios

Développeur : Fool’s Theory

Multijoueurs : Non


Avec un jeu du calibre de The Thaumaturge, Fool’s Theory devient un studio à suivre de très près.


  • L’ambianceest très réussi
  • Tout comme la narration
  • Le système de combat, bien utilisé
  • Un système de Salutors original
  • La découverte du monde est récompensée
  • Un début un peu long
  • Peu d eplace à l’erreur quand même
  • Pas vraiment de déduction à faire

Morituris te Salutors

The Thaumaturge est développé par un studio indépendant polonais nommé Fool’s Theory, et place son intrigue peu avant la première guerre mondiale en Pologne. Vous vous doutez que cela implique à la fois des figures connues de l’époque (coucou Raspoutine), mais aussi un contexte historique et politqiue des plus chargé. C’est ici que nous incarnons un Thamaturge nommé Wiktor dont les capacités lui permettent de deviner les ambitions des gens, leurs humeurs et les émotions qui sous-tendent leurs actions. À travers une narration soignée, nous suivrons l’aventure de Wiktor et de ses compagnons, histoire dont nous pourrons façonner les détails suivant nos choix.

Wiktor peut également sentir la présence de puissantes créatures démoniaques appelées Salutors, qui ont tendance à s’attacher à des personnes dont les défauts de personnalité – les failles – sont exacerbés. Wiktor lui-même s’est attaché à l’un d’entre eux à cause de son orgueil. Et il s’est mis en tête de réunir d’autres Salutors, ce qui lui a valu la perte de ses capcités et sa conditions un peu précaire lors du prologue. Dis comme cela, on a un petit côté Persona d’europe de l’est qui n’est pas désagréable. Les Salutors eux-mêmes sont fascinants, entre démon et aspect tordus de la personnalité de celui auquel ils sont attachés.

Une fois remis sur pied grâce à Raspoutine, il est de retour dans sa ville natale de Varsovie après la mort de son père. Alors qu’il s’apprête à recevoir le tome noir de son père en héritage – que les Thaumaturges utilisent pour maîtriser leurs pouvoirs – il réalise que le précieux objet a disparu. Alors que Wiktor en apprend davantage sur les derniers jours de son père avec qui il était en froid, il doit également renouer une relation avec sa sœur Ligia, ou décider si sa vanité prendra le pas sur son comportement.

Je n’ai pas été pris par l’histoire du jeu lors de son prologue, et je pense que son démarrage aurait pu être plus prenant. Je ne pense pas que l’histoire plaira non plus à tout le monde, en particulier en raison du cadre du jeu plutôt sombre et atypique, mais les personnes qui feront le choix de s’immerger dans le monde de the Thaumaturge y prendront beaucoup de plaisir et seront récompensés de leur implicaiton.

L’un des aspects les plus réussis de la narration de The Thaumaturge est qu’elle est très visiblement influencée par le joueur. Presque toutes les conversations importantes ont une diverses issues. L’exploration joue un point central, puisque Wiktor devra identifier et tirer des conclusions en fouillant les environnements grâce à son don pour avoir assez de connaissances sur la situation et déterminer les arrière-pensées de toutes les personnes impliquées. Ou bien il pourra céder à son orgueil – son Salutor principal avec lequel il converse régulièrement -en le rendant plus fort au prix de la qualité de ses relations avec les autres.

Le système de progression est clair et amusant à utiliser. Il se remplit au fur et à mesure que vous interagissez avec le monde, que vous résolvez des mystères et, bien sûr, que vous recrutez de nouveaux Salutors. Votre grimoire contient des pouvoirs qui fonctionnent sur plusieurs pistes ou disciplines (esprit, cœur, etc.), et le fait de remplir ces pistes vous donne plus de capacités à utiliser en combat, plus d’effets passifs que vous pouvez ajouter à ces capacités, et des options de dialogue supplémentaires qui aident à étoffer l’histoire. La montée en niveau se fait à partir de n’importe quelle interaction, du combat à la lecture des journaux que vous trouvez un peu partout

Non seulement la lecture vous permet d’acquérir plus rapidement des pouvoirs, mais elle vous permet également de faire de puissantes observations. L’examen d’objets spécialement marqués donne à Wiktor divers indices imprégnés de sentiments et d’histoires persistantes qu’il est le seul à pouvoir percevoir. Si vous êtes minutieux et que vous trouvez tous les éléments de connexion dans une zone, vous pouvez découvrir des vérités cachées, ce qui peut changer le cours d’une histoire, vous donner plus d’arbres de dialogue et, bien sûr, vous aider à monter en puissance.

Vous pouvez régulièrement prendre le chemin le plus court et vous contenter de suivre les objectifs, ou vous pouvez vraiment prendre le temps de connaître le monde dans lequel vous évoluez et découvrir les significations derrière les motivations et les sentiments de chacun. Plus vous vous plongez dans le monde, plus vous êtes récompensé des connaissances aussi intéressantes qu’utiles.

En temps normal, je ne suis pas un complétioniste de Codex, mais j’ai presque tout lu ici puisque ça avait un impact concret sur le déroulement de mon histoire. Le travail de détective n’est pas du même accabit qu’un Sherlock Holmes, mais le fait de voir les pièces s’assembler et d’en apprendre davantage sur ce qui se passe est toujours gratifiant.

L’esthétique générale de The Thaumaturge est une vraie réussite. Il y a une ambiance polonaise de la fin de l’époque victorienne unique mélangée à des horreurs cosmiques quelque peu lovecraftiennes. De temps en temps, un jeu arrive avec un jazz victorien assez unique pendant les combats.

J’ai cité Persona plus haut, et vous vous doutez bien que la référence concerne également les combats. Plutôt rares en regard de ce à quoi je m’attendais, ils mettent bien en avant les capacités et l’ambaince quelque peu horrifiques ammenés par le Salutors. Les combats se déroulent au tour par tour, chaque action pouvant être instantanée, avec un délai court ou long. En haut de chaque écran de combat, il y a une ligne de temps que vous pouvez suivre pour planifier vos actions.

Nous y contrôlons surtout Wiktor et les Salutors que vous réussissez à obtenir. C’est là que le choix et la fierté du joueur entrent en jeu. Au fur et à mesure que vous progressez dans l’histoire, vous arriverez à des grands moments de décision, où vous pourrez décider d’accepter les Salutors dans votre équipe. Je n’ai personnellement jamais refusé, mais il semble que ça soit possible. Plus vous avez de Salutors, plus vos capacités augmentent et se diversifient. A vous donc de gérer correctement les coups rapides, ceux qui entamment la raison de votre adversaire, voire les mettent en état de dépresssion, pour leur infliger de plus gros dégâts. Par contre, si le jeu propose somme toute peu de combats, ils sont tous assez lents.

Si les choses dégénèrent ou si vous n’avez pas opté pour la bonne stratégie, il n’y a pas vraiment de moyen de s’en sortir, si je n’avais pas deviné la bonne stratégie assez tôt. De même, on ne sent pas que Wiktor gagne en résistance, et vous avez peu d’objets pour vous soigner.

Dans l’ensemble, The Thaumaturge est un jeu flirtant avec l’horreur d’époque qui intrigue, enquêtes et combats stratégiques. Doté d’un système de combats bien pensé et une histoire qui devient de plus en plus prenante, the thaumaturge nous plonge dans une Pologne d’avant-guerre passionnante et ésotérique.

The Thaumaturge

Titiks

L’avis de Titiks sur PC

En bref

Le studio Fools Theory livre ici un jeu surprenant et vraiment intéressant, qui le isse au niveau des studio à surveiller.

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous « Driven by Dreams » : Final Fantasy VII Rebirth collabore avec Porsche sur un court métrage consacré aux créateurs du RPG
Next The Legend of Heroes: Trails through Daybreak annoncé

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Nomura avoue que Final Fantasy VII Remake a été annoncé trop tôt (par peur des leaks)

25/06/2018
Close