Test: The Journey Down – Une trilogie é-peacée

Aventures exotiques sur fond Afro-Caribéen

Dans l’univers du point-&-click, on s’attend très souvent à retrouver des histoires avec des fonds sérieux et des personnages qui le sont tout autant. The Journey Down y va de sa propre patte en nous faisant entrer dans une aventure épique mais drôle empreinte d’un folklore exotique, dans les bottes d’un personnage qui l’est tout autant.

Des rives paisibles à la Résistance

Après une cinématique un peu mouvementée où l’on apprend qu’une bande de méchants aux allures de Lego cherchent après un objet qui leur semble précieux, l’aventure point-&-click commence dans la ville de Saint Armando. Enfin, plutôt à Kingsport Bay dans la périphérie de la grande ville, dans une station essence tenue par Bwana (le héros que l’on incarne dans les trois épisodes) et son frère Kito. On fera tout de suite le constat du côté très gaffeur et « peace » des personnages quand, dès les premières secondes passées avec eux, ils coupent le courant de toute la ville par accident pour rétablir le leur. Et ça leur convient très bien.

Test A journey Down PCTest A journey Down PC

Des décors faits main qui nous plongent dans un Kingsport Bay aux inspirations évidentes

Très vite, les événements s’enchaînent avec l’apparition de Lina, une jeune chercheuse de l’université Agibo ; celle-ci est sur les traces d’un journal appelé « The Journey Down » dont les écrits mèneraient à l’Underland, une contrée mystérieuse où auraient vécu des dieux anciens. Ce journal aurait pu appartenir au père de Bwana, Kaonandodo, ce pourquoi elle est venue le chercher jusqu’ici. Mais leur périple ne sera pas sans embûche.

Au fil des épisodes, on rencontre bon nombre d’alliés, mais aussi d’ennemis qui sont tous à la recherche des mêmes objets clés que Lina afin de pouvoir bénéficier des ressources qu’offre l’Underland. Et d’une intrigue qui s’annonçait simplement « aventures à travers des contrées exotiques », on se retrouve embarqué dans un combat de résistants contre les puissants de Saint Armando. Un revirement de situation qui n’entache en rien cette trilogie assez bien découpée et ficelée.

Bwana et Lina, en pleine lecture du journal menant à l’Underland… Le début de l’aventure n’est pas loin !

Trois épisodes un peu trop longs, mais agréables

The Journey Down fait l’objet de trois épisodes qui devraient normalement être terminés en 2h chacun – peut-être un peu plus pour le dernier épisode dont le volume est un peu plus grand. L’évolution de l’histoire entre ces trois chapitres est assez plausible et répond à un mélange entre le monde moderne et des croyances empruntées du folklore afro-caribéen. Entre des histoires d’arbre mystique générant une puissance incroyable, de temples et de dieux, la trame et ce qui en découle tangue entre recherche de pouvoir et rétablissement de la paix. Pour avancer, rien de plus simple : interagissez avec les PNJ et les décors, et résolvez quelques puzzles pour construire de nouveaux objets sur base de ceux que vous récoltez ou pour simplement vous sortir de mauvais pas.

Mais si cela semble « simple », certains dialogues sont parfois très longs pour se révéler inutiles au final ; aussi, la complexité voire le non-sens de certains puzzles (sûrement à l’image du personnage principal) sont tels qu’une ou plusieurs dizaines de minutes supplémentaires au temps de jeu initial seront peut-être nécessaires. Ce qui pourrait parfois faire soupirer, du fait que l’histoire risque encore de tirer en longueur.

Heureusement que l’esthétique et l’audio du jeu seront là pour calmer les esprits les plus irritables. Chaque épisode de The Journey Down nous emmène dans des décors faits à la main tous plus différents les uns que les autres. De Kingsport Bay, nous feront un premier vol vers les plages de l’Underland avant de revenir dans une autre ville portuaire aux allures d’un vieux Brooklyn, … et ainsi de suite. Ceux-ci sont réalisés avec beaucoup de soin et même le contraste avec le personnage affiché en 3D sur ces décors peints n’est pas dérangeant. Le seul hic serait le manque de relief ou de réalisme dans les déplacements effectués sur ces cartes : on dirait que le personnage se déplace sur les plans comme sur une ligne, et qu’on en fait varier la taille si besoin. Ajoutons à cela le fait que les personnages font parfois des mouvements un peu lents…

Test A journey Down PCTest A journey Down PCTest A journey Down PCTest A journey Down PC

Le jeu a entièrement été doublé en studio. Il se peut que la conviction ou l’émotion manque dans les moments cruciaux, mais chaque voix correspond très bien au personnage qui lui est attribué (comme pour Bwana ou Kito). Sur le plan musical, les soundtracks ont été composées tout spécialement pour le jeu et, pour correspondre à l’univers, sont dans un registre jazzy/reggaeton selon les tableaux arpentés.

Enfin, pour le bonus une fois l’épisode terminé, un nouveau titre « Behind the Scenes » fera son apparition sur le menu principal. On y trouvera des croquis des décors, la présentation des doubleurs, quelques photos prises en studio, mais aussi d’autres images qui attesteront de ce qui a inspiré la création des personnages. Ceux-ci n’ont en effet pas non plus été épargnés par l’inspiration africaine, et ce sont des masques folkloriques qui ont servi pour la création de leurs visages ! Bref, un onglet que l’on prend plaisir à visiter, pour peu que l’on s’intéresse au développement du jeu en lui-même.

Test A journey Down PCTest A journey Down PCTest A journey Down PC

Conclusion

The Journey Down se suffit à lui-même avec ses trois épisodes bouclés en 6 ou 7h. L’évolution de l’histoire est plutôt intéressante, avec son revirement de situation que l’on n’attendait presque pas; les personnages – surtout le héros Bwana – sont plutôt attachants par leur côté cocasse. Les touches d’humour arrivent toujours à point nommé sans tomber dans la lourdeur (c’est évidemment sans compter sur les deux frères qui passent leur temps à se charrier et se piéger). Le petit truc qui plaît: les Behind the Scenes qui permettent d’en apprendre davantage sur la conception de ce jeu indé d’un autre genre. Bref, nous sommes en face d’une trilogie plus ou moins intéressante malgré des puzzles qui défient parfois les lois de la logique et des épisodes qui risquent de tirer en longueur.

Temps de lecture : environ 5 minutes

The Journey Down

  • Développeurs SkyGoblin
  • Type Point-&-click, aventures, réflexion
  • Support PC
  • Sortie 9/01/13 – 25/08/14 – 21/09/17
The Journey Down à notre sauce
7/10
The Journey Down à notre sauce
Y'a bon
  • Une histoire dont l'évolution se tient
  • Une bande son qui fait dodeliner
  • Immersion directe dans l'inspiration afro-caribéenne
  • Le menu "Behind the Scenes"
Beuuuuwark
  • Le manque de relief dans les déplacements des personnages
  • Des puzzles parfois complètement WTF?!
  • Certains dialogues longs... et inutiles
  • Technique
    7/10
  • Esthétique
    7/10
  • Ergonomie
    7/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.

    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre