Quand on lance Sonic Mania et qu’on y passe quelques heures, on se pose une question : pourquoi cela leur a pris autant de temps ? 23 ans séparent la sortie de Sonic & Knuckles de Sonic Mania, 23 ans durant lesquelles les incursions du hérisson le plus rapide du monde n’ont cessé de le dénaturer au point qu’il en devienne un symbole de gloire passée bonne à enterrer.

Nous aussi, cela fait bien longtemps qu’on attendait, Sonic

Sonic Mania

Débuter dans une Green Hill Zone différente mais toujours fidèle

Dans les tentatives empreintes de bonne volonté de le remettre au devant de la scène, il y eu d’abord un Sonic 4, livré en deux parties avec un Modern Sonic en 2.5D peu lisible, traînant la patte, avec une physique frustrante et sans réelle originalité. Il fallut attendre Sonic Generation, rappelant à la rescousse un Classic Sonic pour former un duo intéressant et rempli de nostalgie. Et à l’heure où nous attendons encore le prochain épisode en 3D (qui devrait de nouveau allier les deux versions du hérisson en plus d’un avatar personnalisable), voilà que Sonic Mania pointe le bout de son museau sur toutes les plateformes avec un unique leitmotiv : offrir tout ce que les Sonic classiques avaient de meilleur dans une réinterprétation des niveaux les plus emblématiques de la série 16 bits, en y incorporant des hommages et des clins d’œil pour les fans, en décuplant le plaisir qu’on a pu ressentir à l’époque en jouant en boucle à Sonic 2.

SEEEEGAAAA

Les combats de boss sont bien plus nombreux, mais tous originaux

Cela débute par le visuel, l’esthétique plus sérieuse de Sonic 3 ayant été abandonnée au profit de celle ayant fait les beaux jours de Sonic, Sonic 2 et Sonic CD. Et si le début renvoie inévitablement au commencement de Sonic 3, c’est pour mieux renvoyer le joueur dans les environnements connus et classiques tels que la Green Hill Zone ou Chemical Plant Zone. Mais que l’on se rassure : si les premières parties de ces Zones sont presque identiques à celles d’origine, on constate bien vite que les développeurs y ont apporté beaucoup de modifications et d’améliorations. Ainsi, si Sonic profite de son Spin Dash d’entrée de jeu, il pourra aussi obtenir les boucliers élémentaires de Sonic 3 (le bouclier de feu ayant un effet sur certains éléments du décors) et si les niveaux conservent dans leur premier acte une construction remodelée mais fidèle, le second acte réinterprète intégralement la zone jusqu’à des variations dans les thèmes musicaux connus pour des niveaux encore plus grands, qui parviennent à surprendre les fans et bourrés de passages secrets !

Ces anneaux géants sont bien cachés, mais eux seuls vous mèneront aux Émeraudes du Chaos !

C’est ainsi pas moins de 12 zones divisées en 2 actes que nous pouvons découvrir et redécouvrir, certains zones étant en effet complètement inédites. Chaque acte se conclut par l’apparition d’un sous-boss, qui comme pour le reste, renvoie à des souvenirs des différents jeux, mais avec de nouveaux patterns et de nouveaux mouvements. On affrontera ainsi rapidement le robot du Death Egg dès la Green Hill Zone dans une course poursuite mortelle, tandis que la Chemical Plant nous offrira un affrontement inattendu contre un boss issu d’un spin-off. D’autres clins-d’œil attendent le fan dans les autres zones, comme le retour de la Flying Battery Zone, qui parvient à mélanger les éléments de la Flying Battery originale avec celle de la Metropolis Zone. Les nouvelles zones ne sont pas en reste, avec celle inévitable issue d’un casino, réinterprétée en Studiopolis Zone ou la désertique Mirage Zone.

A deux c’est mieux, à trois c’est extra !

Certaines nouvelles zones vous en rappelleront d’autres classiques

Sonic Mania reste donc l’élu, celui qui parvint à briser le Sonic Cycle, celui-là même qui emporte le fan du hérisson dans une boucle sans fin d’excitation extrême à la plus amère déception. Pour autant, cet épisode hommage comporte quelques couacs qui viennent quelque peu frustrer l’expérience globale. Si les niveaux sont un plaisir réel à parcourir, à toute vitesse aux commandes de Sonic, Tails ou Knuckles, il est possible de découvrir les fameuses zones spéciales dissimulées dans les niveaux, celles qui permettent d’obtenir les fameuses Émeraudes du Chaos.

Sonic Mania est l’épisode de la réconciliation. Merci.

Les Special Stages issus de Sonic CD sont fidèles aux originaux… en bien comme en mal

Et là débute le drame puisqu’en guise de Special Stage, on revient au système employé dans Sonic CD, à savoir une course en Mode 7 en temps limité pour rattraper l’émeraude, tout en esquivant les pièges, en récoltant les anneaux (faisant office de Timer) et en ramassant des orbes pour remplir une jauge de vitesse. En tant que fan, je pense qu’on aurait pu se passer du retour de ces zones, tant Sonic s’avère extrêmement peu maniable, dérapant au moindre changement de direction et avec une estimation tronquée des distance dû au Mode 7. Les Special Stage de Sonic 2 étaient pour cela tellement plus indiqués… Mais il ne s’agit pas là des seules zones spéciales disponibles, car si les premières sont bien cachées dans les niveaux, chaque checkpoint pourra aussi vous téléporter dans un autre Special Stage (sans la contrainte des 50 anneaux) issu de Sonic 3, à savoir la grande sphère sur laquelle il faut récupérer toutes les boules bleues et esquiver les rouges.

Plus amusants et bien plus nombreux, les Stages de Sonic 3&K permettent de récupérer des médailles

A l’issue de ces niveaux bonus, vous récolterez une médaille, dont l’utilité première est de débloquer des bonus de jeu, comme la capacité d’accélération de Sonic CD (Super Peel-out, qui remplace le Spin-Dash), l’Insta-Shield de Sonic 3, la possibilité d’avoir un second Knuckles à l’écran (Knock Knock) à la place de Tails, voire le Mode Debug ou le jeu Mean Bean Machine (le Puyo Puyo de Sonic). Deux autres modes sont également disponibles, à savoir le mode Time Attack – très pertinent pour le hérisson le plus rapide du monde – et le retour – plutôt étrange – du mode local à deux joueurs sur écran splitté… mais écrasé également comme à l’époque.

Conclusion

A parcourir avec 3 personnages aux capacités différentes, riche en contenu, enfin respectueux de la mascotte de Sega, Sonic Mania n’est pas un jeu, c’est une Ode à Sonic, où chaque aspect a été pensé pour adapter au mieux tout ce qui avait pu faire son succès, transfigurant des Zones connues, apportant de nouveaux niveaux en accord avec l’héritage 16bits, le tout avec la jouabilité parfaite de l’époque. Si vous connaissiez Sonic à l’ère de la MegaDrive ou que vous n’en avez vu que les déboires 3D de ces 20 dernières années, Sonic Mania est l’épisode de la réconciliation. Merci.

Sonic Mania

  • Développeurs Christian Whitehead, Headcannon
  • Type Plateformer hommage
  • Support PS4, PC, Xbox One, Switch
  • Sortie 15 Août 2017
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Gameplay : Matterfall – Découverte
Suivant La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre présente la Tribu de la Terreur
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Project Arendt débute sa campagne Ulule et l’équipe répond à nos questions!

29/05/2015
Close