Test: Shenmue III – On s’était dit rendez-vous dans 18 ans…

Même jour, même heure, même pomme...

«Il arrivera d’une lointaine contrée à l’Est, au-delà de la mer.

Un jeune homme qui ne connaît pas encore son potentiel.

Ce potentiel est une force qui peut le détruire ou le mener à son but.

Son courage déterminera son destin.

Le chemin qu’il doit parcourir est semé d’embûches.

J’attends en priant.

Pour cette destinée prédéterminée depuis les temps anciens.

Une sombre nuit se répand avec l’étoile du berger comme seule lumière.

C’est ainsi que la saga commence…»

Shenhua (Shenmue-Master)

Rien ni personne n’est parfait et ça ne nous empêche pas d’aimer… Shenmue III confirme cet adage.

 

Shenmue III… c’est fou quand on y pense! Et ce, 18 ans après…

Qui a parié que Yu Suzuki arriverait au bout de son projet semé de tant d’embûches et sans SEGA…? Mais voilà, son troisième épisode est bel et bien une réalité. Shenmue III, c’est fou quand on y pense! 18 longues années qu’on attend une suite à l’histoire de Ryo Hazuki

Après, on connaît le bonhomme. Il sait où il va et, apparemment, il n’a rien perdu de sa vision du jeu vidéo et montre qu’il la respecte toujours.

Alors, on ne va pas vous cacher qu’il n’y aura pas de juste milieu sur ce test: ceux qui aiment profondément Shenmue… et les autres.

Figé dans le temps?

Shenmue III commence tout juste à la fin du second opus sorti sur Dreamcast en 2001. D’ailleurs, si vous avez oublié de quoi il en retourne, le jeu vous propose une vidéo récapitulative des deux premiers opus avant de se lancer dans l’aventure. Premiers frissons nostalgiques garantis! Sinon, vous pouvez aussi les refaire sur votre console actuelle

Donc, nous reprenons l’aventure de Ryo Hazuki en arrivant dans le petit village chinois de Bailu toujours accompagné de Shenhua. Ce village sera le point de départ de notre investigation pour retrouver l’assassin de son paternel: Lan Di. Mais avant tout, il faudra résoudre un autre mystère qui n’est autre que la disparition du père de la demoiselle. Bien entendu, comme d’habitude, il faudra enquêter dans tous les coins pour avancer dans l’histoire.

Et c’est manette en main que l’on retrouve toute l’essence de Shenmue. La maniabilité, même si logiquement plus fluide, n’a pas évolué énormément et les phases de dialogues/enquêtes avec les PNJ tournent toujours comme dans les premiers titres de la série. L’équipe de Yu Suzuki a juste ajouté une jauge d’endurance. Et il faudra vraiment en prendre compte pour pas mal d’activités comme les combats par exemple. Donc bien dormir et surtout se nourrir devient important. Qui dit nourriture dit achats d’aliments et posséder de l’argent. Il sera donc logique de donner des coups de mains par-ci, par-là, pour gagner sa croûte.

Ce qui peut être long… oui. Mais Shenmue c’est ça: vivre une vie virtuelle, prendre son temps. Car en plus de se nourrir, il y a les combats et si vous n’êtes pas assez fort, dérouillée assurée. Pour se faire, il faut que Ryo se rende au dojo du coin pour s’entraîner et apprendre de nouvelles techniques. Chaque entraînement augmente la jauge d’XP et donc de puissance ainsi que l’apprentissage de techniques de kung-fu. Hajime!

L’arrivée à Bailu… là où tout (re)commence.

A few month later…

Ce qui rend Shenmue atypique par rapport à sa proposition c’est qu’on est surtout sur un jeu d’enquête mixé à un peu de baston. Ce qui est sûr c’est qu’il faut savoir prendre son temps car on n’est jamais pris par la main. Et comme tout bon opus de la série maintenant, tant qu’à prendre le temps, autant se balader et traîner un peu à jouer aux jeux qui, malheureusement, ont perdu la licence SEGA en cours de route forcément… C’est assez dommage mais il y a de bonnes idées notamment la découverte pour nous, occidentaux, de jeux « d’arcade » mécaniques. Une bonne alternative même si on regrettera des titres complets comme Out Run ou Hang-On… Il y a tout de même une parodie de Virtua Fighter, voilà voilà…

Mais bon, ce n’est pas non plus la trame principale de l’histoire et il faut s’y faire. D’ailleurs, comme un peu tout dans le jeu, cette trame est assez… comment dire… tirée en longueur. Tout est long et c’est peut-être tant mieux d’ailleurs car Shenmue reste un titre contemplatif à bien des égards. Et puis, l’horaire et le cycle jour/nuit sont très importants. Certains événements se débloqueront certains jours (ou nuits) à certaines heures… Soyons vigilants!

Bon alors, certes, techniquement c’est « dépassé ». On le remarque notamment sur les animations des personnages qui semblent revenir du début des années 2000 mais ne serait-ce pas voulu!? Car, graphiquement, c’est plutôt joli! Connaissant certaines idées de Yu Suzuki, gageons que cette direction artistique, bien qu’inégale sur certains visages, reste un choix pour rester dans la continuité de la direction artistique propre aux précédents opus tout en l’améliorant tout de même. Nous sommes sur PS4/PC quand même…

Aussi, n’oublions pas que ce volume de la licence n’est plus considéré comme un triple A comme jadis sur Dreamcast. Et comparativement, on peut dire que l’équipe de développement à fait du bon boulot surtout quand on voit les premiers jets présentés à l’annonce de ce volet.

Le choix de la nourriture est important. Certains aliments sont plus efficaces que d’autres…

Rendez-vous en terrain connu

C’est vrai que depuis le début de cet article, on répète que le jeu est « pareil » aux précédents. Mais c’est vraiment ça! Suzuki  (pas la moto…) a vraiment tout repris directement à la fin du second opus. Même la bande-son ne sera pas inconnue par les joueurs qui connaissent bien la licence.

On retrouve le magnifique et emblématique thème Sedge Flower ou encore le tout autant poétique Sedge Tree accompagnés de nouvelles compositions toujours dans le même écosystème et le combi piano/violon fonctionne toujours à merveille.  Vous l’aurez compris, niveau musicalité, Shenmue III propose des sons de grande qualité et les fans de la première heure ne seront pas dépaysés.

Tout est dans la continuité… C’est pour ça que ce jeu est vraiment destiné aux fans de la première heure. Les seuls gros changements restent le système de combat et la jauge d’endurance qui risque, elle, de saouler certains joueurs malheureusement. Pour le reste: pas de miracle c’est Shenmue!

Il n’empêche que tout au long de l’aventure, on remarquera l’évolution de notre héros dont la vengeance passera parfois en second plan pour servir des causes plus honorables même si son objectif ne changera pas du moins dans l’esprit mais attendons le quatrième « tome » de notre « livre » pour en savoir plus…

L’ambiance Shenmue n’a pas d’autre pareil malgré ses défauts…

Conclusion

Shenmue III ne plaira pas à tout le monde, c’est un fait! Il est même surtout dédié aux fans de la première heure. Les joueurs n’ayant pas connu la révolution des premiers opus sortis sur Dreamcast ne comprendront certainement pas en quoi consiste ce type de jeu qui n’a nul pareil.

Par contre, si vous avez aimé ceux-ci et que vous attendiez la suite de l’histoire de Ryo, foncez sur ce titre franchement perfectible, oui, mais tellement bon. Et n’oublions pas que Yu Suzuki et son équipe sont partis de rien avec le recourt d’un financement participatif pour en arriver à un résultat, finalement, de qualité! 

En bref, Shenmue III est réservé à un style de joueur et partagera clairement. Malgré ses défauts, son ambiance et son aura nous montre qu’un bon jeu peut être imparfait…

Temps de lecture : environ 6 minutes

Shenmue III

  • Développeurs YS net
  • Type Action/aventure
  • Support PS4, PC
  • Sortie 19 novembre 2019
Commentaires Facebook
Shenmue III à notre sauce
8/10
Shenmue III à notre sauce
Y'a bon
  • L'esprit Shenmue est bel et bien présent
  • Le jeu attendu par les fans
  • Plutôt joli dans son style graphique
  • Continue l'histoire directement après le second opus
  • Le film récapitulatif des premiers opus
  • L'ambiance sonore est sublime
Beuuuuwark
  • La jauge d'endurance peut vraiment saouler...
  • L'absence de licence SEGA se fait clairement ressentir
  • Des détails de visage très inégaux
  • Il faut parler beaucoup... vraiment beaucoup aux PNJ
  • On quitte la baston style Virtua Fighter
  • 8/10
Catégories
Tests jeux
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre