La série Saints Row est déjà revenue sur Switch comme les tests publiés sur le site ont pu vous le dire. Cette fois, nous allons nous intéresser à la ressortie du troisième opus de la série sur les consoles puissantes actuelles. Alors, est-ce que ça vaut le coup de retourner à Steelport 9 ans plus tard ? Réponse dans plusieurs tueries faites avec classe !


Saints Row: The Third Remastered


Supports : XB1, PS4, PC

Genre : Action/Aventure

Date de sortie : 22 mai 2020

Editeur : THQ

Développeur : Deep Silver Volition, Sperasoft Studio

Multijoueurs : Co-op local


Back to Steelport, baby !


  • Pas un simple portage, les ajouts techniques font plaisir
  • Une bonne fluidité dans le gameplay
  • Les DLC tous présents
  • Pas de nouveau pour les habitués
  • Une remasterisation sélective
  • On en voudrait vraiment plus


Alors soyons clairs tout de suite la gang !

Saints Row: The Third Remastered est donc constitué du jeu d’origine et de tous les DLC qui l’ont accompagnés sur la génération précédente de consoles. Rien de bien nouveau scénaristiquement parlant, ce qui ne ravira peut-être pas les adorateurs de la licence qui ont probablement déjà rincé le titre dans leurs versions précédentes. Mais l’intérêt du jeu n’est certainement pas là dans cette version. Nous allons donc y venir dès à présent. 

Ça fait toujours plaisir de revenir à Steelport.

Une version revue à la hausse techniquement alors ?

C’est clairement l’ambition affichée par les développeurs de cette nouvelle mouture de SR3. Au programme, de nouveaux effets de lumière, une légère amélioration générale et l’actualisation de certains modèles, en particulier les personnages principaux et visibles du jeu. Pour le reste, Steelport reste fidèle à lui-même, c’est-à-dire qu’il est resté figé en 2011. Bel effort mais on reste tout de même sur notre faim.

Les efforts graphiques sont visibles et fort appréciés !

Mais alors, ce n’est pas intéressant ? 

Si bien sûr, d’autant que la fluidité en jeu est au rendez-vous. L’actualisation, bien que légère, sert parfaitement le propos du jeu. Les Saints sont toujours aussi cinglés, irrévérencieux et prêts à tout pour faire la fête à Philippe Loren, notre Belge préféré à la tête du Syndicat. L’action est très colorée et on part clairement vers un ride de fun absolu. Pour les quelques dizaines d’heures que ce jeu vous demandera, vous en ressortirez avec un bon gros sourire en particulier après avoir fait la fête à tous ces abrutis qui vous barrent la route. 

L’accent de Philippe Loren est très caractéristique.

On a pu entendre quelques récriminations dans le fond de la salle…

J’ai pu entendre et lire ça et là que Saints Row et Saints Row 2 mériteraient de ressortir sur nos consoles actuelles (la rétrocompatibilité Xbox One permet de jouer à ces opus tout de même) et je peux comprendre ce point de vue. Si j‘ignore pourquoi ce n’est pas le cas, force est de constater que l’identité de la licence Saints Row, vient de la folie et de la verve décomplexée introduite par Saints Row The Third. Dans cette version Remastered, on retrouve tout l’intérêt du virage de la série, ce qui, commercialement fait que cette décision de reprendre la collier à partir de cet opus me paraît plutôt justifié. 

Parce que les codes de triche, ça peut sauver des vies.

Saints Row: The Third Remastered – Retour dans la suite (Conclusion)

Saints Row The Third Remastered mise dans cette version sur un upgrade des lumières et des modèles 3D de ses personnages et il faut reconnaître que de ce point de vue c’est réussi, même si on reste clairement sur notre faim. Cette ressortie s’adresse prioritairement aux joueurs qui ne connaîtraient pas le jeu d’origine et la question qui peut se poser est la suivante : Est-ce que cette nouvelle itération console surpasse une version PC de l’époque avec des options graphiques en Ultra ou peut-être des mods ? Pas sûr. Mais dans tous les cas, on aime revenir à Steelport pour botter des culs ça par contre, c’est certain !

Montrer le reste de l'article
Précédent Test : SnowRunner – MudRunner, mais en mieux !
Suivant Test | Monster train. En route pour la bataille dans un train d’enfer

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Rocket League se la joue Retour vers le Futur

13/10/2015
Close