La dernière version de ce pilier ?

Resident Evil 4 est un jeu qui divise la foule. Acclamé par les uns et conspué par les autres, considéré comme un tournant salutaire dans la saga Resident Evil ou comme l’incarnation de ce qu’elle ne devait pas devenir, (même si les jeux récents ont fait un petit retour en arrière) ce titre est, dès le départ, un révélateur de clivage. Est-ce que cette version Switch va réconcilier tout le monde ? Réponse après quelques tueries. 

La Switch rend TELLEMENT hommage au charisme de Leon S. Kennedy.

Un portage plus que minimal.

Voilà presque 15 ans que Leon adore se rendre en Espagne et se coltiner une petite blonde un peu nunuche qui va plus lui poser problème qu’autre chose. Le premier constat que l’on peut faire avec cette version Switch, c’est la fainéantise qui caractérise ce portage. En dehors d’un très léger lifting et une adaptation aux performances de la Switch, on a rien à se mettre sous la dent. Pire encore, les fonctions tactiles de la Switch en mode portable ne sont pas utilisées et la détection de mouvement est absente ! Les Joy-Con en étaient capables et la version Wii du jeu prouve que Resident Evil 4 pouvait en bénéficier. Qu’est-ce que c’est que ce parti pris presque impossible à justifier ?

Vous prendrez bien quelques “tresurs” en route.

Le poids de Leon et des années. 

Du coup, quand on voit toutes ces erreurs de base, le reste n’est pas très engageant. Le jeu, malgré son adaptation graphique très légère, accuse le coup. Graphiquement très mauvais malgré tout, la lenteur de Leon et le manque cruel de maniabilité est difficile à supporter en 2019. On conseille vivement à Capcom de jouer à Dead Space pour vraiment adapter Resident Evil 4 à cette décennie. D’autant qu’on sait aujourd’hui qu’ils sont capables de remettre leurs jeux au goût du jour. Ça sent vraiment l’opération mercantile de remplissage pour la Switch qui n’avait vraiment pas besoin de cette image pour satisfaire ses détracteurs. Les commandes sont archaïques et la lenteur de Leon, même si c’est un élément potentiel de tension, ne fonctionne pas aujourd’hui et ne fait qu’augmenter votre frustration pendant vos sessions de jeu.

Les villageois agissent bizarrement…

Tout n’est pas noir pour Leon et Ashley. 

L’histoire de Resident Evil 4 fonctionne toujours aussi bien malgré ces clichés. La structure est bonne et si on accepte le parti pris au niveau du gameplay, la sauce peut prendre. Mais encore une fois, les défauts de vieillesse du titre feront que peu de nouveaux joueurs vont s’intéresser à cette ressortie d’un jeu culte pour son époque. 

Méfie-toi Leon. Ces individus ne veulent pas du bien !

Fin de la route vers le village (Conclusion)

On ne peut pas s’empêcher de voir le calcul froid de Capcom en voyant arriver cette version Switch de Resident Evil 4. Si ce n’est pas le seul éditeur à tenter ce genre de coup marketing, Capcom réussit l’exploit de proposer un jeu sans amélioration réelle, ni en prenant la peine de différencier cette version Switch des précédentes. Et le fait de voir les fonctions tactiles et de détection de mouvements être totalement oubliées font qu’on ne peut même pas essayer de croire à une décision sincère de voir ce soft arriver sur la Switch. Si vous avez déjà Resident Evil 4 dans votre ludothèque, ne gaspillez pas votre argent pour rien. Quant aux nouveaux venus, préférez une autre plateforme de jeu, car encourager ce genre de démarche ne fera plaisir à personne. Soyez simplement raisonnables.

Leon va au devant de sacrés ennuis…

Resident Evil 4

  • Développeurs Capcom
  • Type Survival Horror
  • Support Switch
  • Sortie 21 Mai 2019
Montrer le reste de l'article
Précédent Test : Castlevania Anniversary Collection – Vous avez les crocs ?
Suivant Unboxing : Decks & Boosters Pokémon TCG Alliance Infaillible
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Replay : Towerfall en co-op local + trophé rare

13/07/2014
Close