Qu’on soit clair, je n’avais absolument pas prévu d’écrire une critique de Relicta. Non pas par manque d’intérêt, mais les journées ne faisant que 24 heures, il faut faire des choix. Puis finalement l’occasion s’étant présentée, et que j’y passe un bon moment, pourquoi ne pas le partager ?


Relicta


Supports : PC, PS4, Xbox One

Genre : Puzzle

Date de sortie : 04 août 2020

Editeur : Ravenscourt

Développeur : Mighty Polygon

Multijoueurs : Non


Le mélange exploration calme et énigmes fonctionne.


  • Une jolie réalisation
  • Des énigmes variées
  • La narration et les dialogues
  • Un monde qui reste peu crédible
  • Une séparation en « niveau » trop visible
  • Les murs invisibles, vraiment…?
  • Quelques tableaux alambiqués quand même

Walking on the Moon

Relicta se base dans un futur lointain où  la Lune dispose d’une atmosphère et de différents biomes respirables par les humains. On doit cela aux joies du terraforming, et il s’avère que l’équipe de recherche s’y trouvant pour le moment a fait une découverte scientifique importante qu’elle compte exploiter pour le meilleur. On y suit le docteur Angelica Patel en 2120, plongée depuis des années dans ses recherches sur la Lune, et que sa fille fraîchement diplômée vient rejoindre. Mais quelque chose se passe mal suite à la découverte d’un étrange objet nommé Relicta, et seule notre chère docteure est à même de rétablir la situation et de lever le voile sur les mystères de l’incident. Honnêtement, on a vu plus original comme départ narratif, et si l’histoire est travaillée (à travers des discussions audio avec les autres membres de l’équipe) et bien écrite, ce n’est pas le point le plus important de Relicta.

La relation entre Patel et Kira est intéressante et bien écrite

Hyper Cube

Relicta va avoir maille à partir avec une certaine série Q.U.B.E. tant la logique est similaire. Heureusement, la mise en pratique ne l’est pas et Relicta sait proposer des puzzles intelligents mettant en avant le magnétisme et la gravité dans des énigmes qui utilisent beaucoup la configuration des décors. Dotée de gants, Patel peut annuler la gravité d’une plateforme ou d’un cube et lui donner deux champs magnétiques (identifiés par du bleu et du rouge).

Différentes surfaces dans les décors sont également dotées de capteurs auxquels on peut donner un magnétisme, sachant que les mêmes couleurs se repoussent, tandis que le bleu et le rouge s’attirent mutuellement. A nous de découvrir comment utiliser les cubes et ces 3 simples capacités pour activer les différents interrupteurs et plateformes nous libérant la voie vers la station suivante. Et plus on avance, plus la recette se complexifie, en ajoutant en prime une dose de réflexe, puisqu’il faudra activer parfois en un temps très court des portes et des plateformes pour faire passer un cube vers la prochaine destination.

Les puzzles sont plaisants, même si ils ont tendance à tourner en rond sur la longueur, et Relicta est joliment réalisé, ce qui aide à apprécier les décors que nous croisons. Ces derniers sont sympathiques sans plus, sans doute un peu trop “normaux” pour nous donner l’impression d’être sur une autre planète. L’écriture quant à elle participe grandement à l’immersion, car les nombreux dialogues profitent d’un doublage de qualité et enchaînent les dialogues détendus entre collègues ou au contraire des inimitiés que l’on devine sans qu’on ait à nous les expliquer.

Là où le bât blesse quelque peu, c’est dans la construction du titre. On peine à croire que différentes stations soient reliées par une suite d’énigmes à base de gravité, tandis que chaque zone de puzzles est séparée par une coupure narrative qui nous sort un peu de l’expérience. Si je reprends l’exemple de Q.U.B.E., cela fonctionnait mieux puisque la narration éteint pleinement intégrée aux énigmes, nous rendant captif tant de l’histoire que des puzzles.

Il ne faut pas hésiter à chevaucher un cube parfois

Et c’est sans compter les murs invisibles (en plus des murs visibles) qui nous empêchent de contourner les puzzles (alors que pour rappel, notre héroïne est sensée porter secours à son équipe, pas réussir un test de logique qui finit de nous sortir de la diégèse du jeu).

Le grillage blanc là ? Un mur invisible pardi !

Dans le cas de Relicta, l’exécution est un peu plus maladroite puisqu’on ne sort pas de cette impression de “niveau” suivi d’un peu d’exploration et d’objets à découvrir dans une station vide, tandis que les dialogues s’enchaînent jusqu’à la prochaine zone de puzzles. On a donc plus vite tendance à poser sa manette et éteindre la console parce qu’on est moins porté par la narration et le mystère.

Relicta : Conclusion

J’ai passé un bon moment

Relicta n’est pas parfait, mais bonne nouvelle : il est joliment réalisé, bien écrit, intéressant à jouer et vendu à un tarif très raisonnable. Le mélange exploration calme et énigmes fonctionne, même si on peut déplorer une histoire quelque peu classique.

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Le jeu officiel Tintin Match est disponible pour tous
Next Le kickstarter d’Eiyuden Chronicle récolte 3,8 millions d’euros

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Woolfe – The RedHood Diaries : un projet Kickstarter Made in Belgium

17/08/2014
Close