Est-ce que je suis un grand fan de Ratchet & Clank ? Je ne vais pas vous mentir, la licence d‘Insomniac Games ne m’a jamais vraiment attiré. J’ai apprécié l’épisode sur PS4 pour son côté technique et son humour, mais ça ne m’avait pas donné envie de plonger plus loin. C’est donc sans en attendre grand chose que je me suis plongé dans Ratchet & Clank Rift Apart, exclusif à la PS5. Et grand bien m’en a pris.


Ratchet & Clank Rift Apart


Supports : PS5

Genre : Action

Date de sortie : 11 juin 2021

Editeur : Sony

Développeur : Insomniac Games

Multijoueurs : Non


Insomniac Games signe une nouvelle exclusivité de haut vol pour Playstation !


  • Visuellement magnifique
  • Le doublage est excellent
  • Le duo Rivet &Kit, radieux
  • Des secrets à découvrir
  • Explosif, tout le temps !
  • Aucun temps mort
  • Du gameplay varié
  • Les passages dimensionnels à des endroits scriptés

Nouvelles dimensions

On va commencer par ce qui m’a un peu déçu : le côté “dimensions” du jeu est une petite astuce technique qui est quelque peu galvaudée. Si les trailers laissaient envisager la possibilité de voyager librement entre les différentes dimensions d’un même endroit, ce n’est que très partiellement vrai.

Levez bien les yeux à Nefarious City, c’est impressionnant !

Je tiens tout de même à vous rassurer : oui la séquence de gameplay dévoilée il y a quelque temps qui voyait Ratchet passer d’une dimension à l’autre à toute vitesse est bien présente presque telle quelle, et en cela, le titre d’Insomniac tient ses promesses. Il sera bien possible de passer d’une dimension à l’autre sur une même planète, transfigurant intégralement les lieux en une petite seconde, mais en des endroits bien précis.

Certains combats de boss vous font traverser plusieurs dimensions !

J’ai l’air d’un oiseau de mauvaise augure à démarrer mon article de la sorte, mais comme toujours, j’aime vous donner un état de fait réaliste quant au rendu des jeux. Cet aspect de changement de dimension pouvait être quelque chose que les joueurs attendaient le plus, donc autant être honnête sur ce point.

Mais je vais développer cela plus bas. Et en ce qui concerne les autres aspects du jeu, je dois bien avouer que j’ai pris une claque.

Concernant l’histoire, on va rapidement la balayer puisque si elle est très bien rythmée et bien racontée, elle est somme toute bien classique. Alors qu’une fête est donnée en l’honneur de Ratchet suite à la défaite de Nefarious, Clank lui offre un Dimensionnateur. Il s’agit d’une arme capable d’ouvrir des brèches entre les dimensions et qui va permettre à son ami de partir à la recherche d’autres Lombax dans des mondes parallèles. Mais la cérémonie tourne court quand Nefarious arrive pour s’emparer de l’objet et projeter nos deux héros dans une dimension où il serait enfin le vainqueur. Séparés, Ratchet et Clank se retrouvent tous deux à Nefarious City, une ville dédiée à la gloire de l’Empereur Nefarious, et tandis que le premier cherche son ami, le second se fait emmener sur une autre planète par une mystérieuse Lombax résistante nommée Rivet.

Point de départ somme toute classique pour Ratchet & Clank Rift Apart, qui part du postulat que vous connaissez nos héros, l’antagoniste principal et qui décide multiplier les références à son propre univers. Ainsi, cet autre univers dans lequel vous allez évoluer dispose des doubles de chaque personnage connu, mais qui a pu évoluer autrement. Ainsi Rivet est bien le double de Ratchet, et vous vous en doutez, Clank dispose bien évidemment de son double prénommée Kit.

Ce sont donc deux duos sympathiques formés par Ratchet et Kit, et par Rivet et Clank qui vont voler de planètes en planètes et de dimensions en dimensions pour enfin se croiser et mettre un terme aux plans de Nefarious, qui lui aussi, dispose d’un double, bien plus dangereux que l’original. Et je pense qu’Insomniac Games s’est un peu tiré une balle dans le pied avec l’intégration de Rivet et Kit.

Si Ratchet et Clank est un duo sympathique qui fonctionne bien, il faut avouer que leurs doubles respectifs Rivet et Kit sont très attachants, en plus de disposer d’une histoire commune certes classique mais quelque peu dramatique. En terme de gameplay, Ratchet et Rivet disposent d’équipements et de mouvements communs, et ce que vous achetez ou améliorez avec l’un sera automatiquement transféré à l’autre, facilitant alors l’exploration de mondes précédemment visités avec les équipements découverts.

Techniquement, Ratchet & Clank Rift Apart fait un sans faute. Je dois me faire violence pour sélectionner quelques captures à vous présenter ici, toutes ont été réalisées avec le mode Photo du jeu. De plus le jeu charge à la vitesse de l’éclair depuis l’écran titre et le changement de planète est quasi instantané. Vous avez le choix entre un mode Fidélité cappé à 30f, le Mode Performance (4K / 60fps dynamique) et le mode Mode Performance RT (4K / 60fps dynamique + ray-tracing activé).

Est-ce que le titre aurait pu tourner sur PS4 ? Sans doute, mais avec des concessions. Un des monde que l’on visite est une planète qui a été détruite et dont les débris flottent en orbite. Le jeu nous donne ici – et à d’autres moments – la possibilité de frapper des cristaux à certains endroits pour nous rendre instantanément dans une dimension où la planète est encore en activité. Ce genre de chose n’aurait sans doute pas été possible sur la précédente génération, en tout cas, pas de manière aussi fluide. Même si ce genre de chose n’est pas possible en tout temps pendant la partie, cela reste impressionnant de voir une planète détruite devenir une centre d’activité florissant en à peine une seconde. Même constat pour le premier monde visité, Nefarious City, qui reste une zone relativement restreinte, mais doté d’une grande vie au sol et dans les airs.

Le jeu est beau graphiquement, plein de lumière et de reflets, d’effets visuels et d’animations en tout genre. Si le précédent Ratchet & Clank avait pour ambition de faire le lien avec le film d’animation de 2014, Rift Apart pousse sa réalisation encore plus loin, comme ne témoignent les images de cette page. Si quelques-unes des planètes sont de grandes zones relativement plates que l’on peut parcourir à toute vitesse, d’autres sont construites comme des couloirs et des stations sous-marines à visiter dans différentes dimensions. A ce titre, l’un des monde joue la carte de l’angoisse avec une créature invulnérable qui se met à vous poursuivre dans une station sous-marine détruite. Il faudra alors jongler avec les voyages dans l’autre dimension – celle où la station est opérationnelle, mais bien gardée – pour parvenir à boucler la mission.

Globalement, il n’y a pas de passage que l’on ne sente trop long. On a même du mal à lâcher la manette étant donné que tout s’enchaine rapidement et avec bonne humeur. L’aventure fait la part belle aux affrontements et aux armes démesurées – marque de fabrique de la série – en couplant cela à des variantes d’ennemis issus d’autres dimensions, incluant des zombies par exemple, qui émergent de failles dimensionnelles incontrôlées. Un passage à la boutique vous donnera accès à des armes de plus en plus originales mais toujours dévastatrices, que vous pourrez améliorer en les utilisant et à l’aide de cristaux à récupérer dans les niveaux.

Le titre propose aussi différentes phases de gameplay pour compléter l’exploration et les combats. En plus de l’arène qui vous met face à des myriades d’ennemis parfois avec des modificateurs, vous aurez aussi des phases de puzzles dimensionnels avec Clank ou un jeu de shoot comme moyen de supprimer un virus informatique dangereux à l’aide de notre petit robot Glitch

Les différents lieux proposent aussi de retrouver des objets cachés (boulons en or pour des modificateurs de jeu, petits robots qui débloquent une arme spéciale dans la boutique…) et qui incitent à revenir explorer les lieux avant l’affrontement final, clairement indiqué. Ou après, le jeu nous proposant de nous ramener juste avant l’affrontement final, ou de redémarrer l’aventure en mode Défi. On découvre alors des zones magnifiques et cachées, que l’on n’aurait certainement jamais visitées sans ces quêtes annexes.

Un lieu magnifique découvert lors de la chasse aux collectibles

Des poches dimensionnelles plus ou moins cachées dans chaque niveau vous proposent un petit chalenge de plateforme en vue de récupérer des parties de différentes armures, chacune disposant de bonus qui lui sont propres, en plus de pouvoir varier le design des Lombax.

Ratchet & Clank Rift Apart

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En Bref

Nouvelle grosse exclusivité pour Playstation, pour qui Insomniac Games signe une nouvelle exclusivité solo de haut vol ! Survolté, sans aucun temps mort, avec des personnages attachants et un gameplay explosif, Ratchet & Clank Rift Apart est en plus visuellement superbe.

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Prolongation de la bêta fermée pour Rogue Lords
Next Eastasiasoft fait le point sur 10 sorties à venir cette année dans son catalogue

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

REPLAY Les Sims 4 – 2 = 2

09/09/2014
Close