Test : Outward

Une ôde à l'aventure

Outward a été développé par Nine Dots Studio. Un petit studio voulant visiter des angles différents de notre média vidéoludique, moins exploité, voire carrément oublié. Ils nous présentent ici leur 3e jeu, Outward. Un Rpg à monde ouvert, reprenant avant tous les codes du genre et nous offrant une ôde à l’exploration.

L’Aventure

Nous allons être ici plongés dans un monde d’heroic fantasy totalement inédit. Nous allons incarner la plus petite classe sociale existante. Nous commençons comme un naufragé, nous retrouverons assez vite notre village où nous y apprendrons que nous sommes criblés de dettes. Il nous sera donc demandé de rembourser notre dû. Il ne nous en faudra pas plus pour partir à l’aventure et découvrir le monde qui nous ouvre les bras.

Plusieurs retournements de situation viendront remonter le scénario. Même s’il reste assez basique et plutôt secondaire dans le fond. Il pousse assez bien à l’aventure, ce qui est l’idée de base du jeu.

Ça se joue comment ?

La création de classes est totalement libre. Permettant des variétés totales sur la création de nos personnages. Pour monter notre personnage, on peut aller payer les services d’entraineurs. Ceux-ci nous développerons une capacité en particulier. Le leveling passera en grande partie par ce système. On pourra aussi trouver des étoffes améliorant nos compétences, ces dernières se trouvant chez les marchands ou dans le fond des donjons, il faudra donc looter en plus de prendre des cours.

Le crafting. Il arbore une grande place dans le jeu. Offrant pas mal de possibilités comme celle de cuisiner, faire de l’alchimie, crafter armures et armes. Il faudra donc ramasser un maximum de consommable en tous genres. Évidemment comme tout bon RPG qui se respecte, il faudra gérer le poids que l’on porte pour que notre héros puisse continuer à avancer normalement. En parlant des différentes gestions, il nous faudra aussi s’occuper de ne pas mourir de faim, de soif et de froid : trouver donc régulièrement de l’eau potable ; chasser, cueillir ou acheter de la nourriture ; et se trouver de quoi se mettre sur le dos avant que l’hiver ne vienne.

Assez rare pour les souligner, le jeu est totalement jouable en coop local ou on-line. L’écran splitté est très bien géré, et l’histoire se prête plutôt bien à un voyage en duo. Un ami sera donc toujours bienvenu pour nous accompagner lors de nos randonnées.

Il a du stock le marchand

Et dans les entrailles ?

Malheureusement c’est sur sa technique qu’Outward perd le plus de points.

Même si les panoramas du jeu rendent assez bien dans l’ensemble et nous poussent à voyager. Lorsque l’on regarde de plus près on peut remarquer des graphismes pas mal datés.

Les villes que nous croiserons seront assez mortes dans l’ensemble. Avec pas mal des pnj présents mais sans interaction entre eux. Les tavernes et places sont calmes et très peu animées.

Une jolie carte postale

Le doublage est assez faux aussi dans l’ensemble, ne nous donnant de plus que le début de la discussion et nous laissant lire la suite. Le tout avec des animations fort rigides.

Un bon point niveau technique est sa difficulté bien gérée. Le jeu est dur et instructif. Nous allons devoir nous entrainer et prévoir nos sorties. Le jeu ne nous dit pas non plus quoi faire et où aller. À nous de voyager et trouver des solutions à nos problèmes. Les donjons présents dans le jeu sont de vrais petits labyrinthes. Toujours dans cette optique de débrouille, il nous faudra un bon sens de l’orientation et une bonne mémoire pour pouvoir avancer sereinement.

La gestion de notre personnage est digne de très bon Rpg. Nous poussant à tenir un peu tout à l’œil, et anticiper nos escapades. Faire attention au lieu qu’on visite, et avec quelle ressource et équipement nous avançons dedans.

 

Conclusion

Outward pue la volonté de faire un Rpg pur et dur. Et il réussit. Complexe et plutôt complet, le jeu reste cependant avec de gros défauts. Ces derniers ne nous laissent malheureusement pas profiter de tout le potentiel du jeu. Il faudra donc s’y accrocher et aimer le genre à la base. Mais le jeu de chez Nine Dots Studio promet un beau et long voyage à ceux qui accrochent.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Outward

  • Développeurs Nine Dots Studio
  • Type RPG
  • Support PS4, Xbox One, PC
  • Sortie 26 Mars 2019
Outward à notre sauce !
6/10
Outward à notre sauce !
Y'a bon
  • Du RPG pur et dur
  • Bonne gestion des personnages
  • Des panoramas magnifiques
  • De la coop off-line
Beuuuuwark
  • Des graphismes datés
  • Une technique peu précise
  • Un doublage souvent faux
  • Des animations rigides
  • Esthétique
    6/10
  • Ergonomie
    6/10
  • Audio
    6/10
  • Technique
    4/10
  • Contenu
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo