Test : Oninaki – La mort n’est que le commencement

La tâche des Gardiens est colossale

Après ses deux JRPG à succès Lost Sphear et  I am Setsuna, le studio Tokyo RPG Factory s’attaque au genre action-RPG avec sa plus récente création : Oninaki. Est-ce que cette nouvelle façon de faire pour le studio japonais a porté ses fruits ? C’est ce que nous verrons après nous être baladés entre le monde des morts et des vivants !

Kagachi est prêt à a se battre.

Un univers qui tourne autour de la réincarnation

Dès le début du jeu, on sent que des thèmes puissants seront abordés dans Oninaki où le spectre de la mort côtoie la vie. Parmi ceux-ci, on retrouve le chagrin, le deuil, l’errance et le suicide qui est malheureusement tabou. Les âmes qui sont pleurées ne peuvent pas se réincarner car elles demeurent attachées au monde des vivants. Ce sont les gardiens, comme le protagoniste principal Kagachi et sa collègue Mayura, qui doivent guider et accompagner les Égarés vers le monde suivant au-delà du voile. De ce fait, un gardien possède la faculté de passer du monde des vivants au monde des morts avec une grande facilité. Dans le gameplay, c’est en appuyant sur un bouton que vous pourrez jongler entre ces deux lieux et vous devrez le faire très souvent afin d’avancer. On ne vous en dit pas plus sur l’histoire afin de ne pas gâcher votre plaisir de la découvrir.

Les Gardiens aident les Égarés à rejoindre l’autre monde.

Des donjons remplis de forces hostiles

La progression de votre personnage se fera entre autre à travers des donjons qui sont peuplés de méchantes bêtes et de boss. Si le bestiaire s’avère peu inspiré et diversifié, le nombre d’ennemis peut poser problème assez rapidement, surtout quand vous cherchez simplement à aller de l’avant. Ceci dit, il est essentiel d’affronter les créatures qui peuplent les deux mondes afin de gagner l’expérience nécessaire pour acquérir des points de compétences et du loot. En plus de pouvoir asséner des coups avec votre arme, Kagachi est accompagné par différents Démons qui améliorent ses compétences et ses aptitudes au combat. Grâce à eux, vous aurez accès à différentes habiletés pendant le combat, ce qui peut s’avérer pratique. Il est cependant judicieux de concentrer ses efforts sur un seul Démon car vous n’aurez ainsi pas besoin de passer votre temps à faire du farming pour augmenter votre affinité avec tous les Démons. Chacun d’entre eux possède un arbre de compétences bien fourni qui vous rendra de fiers services dans les donjons. Il est à noter que chaque démon a une histoire propre et votre degré d’affinité augmentant, vous en apprendrez plus sur vos compagnons de combat.

Heureusement que notre Démon Zaav nous donne un coup de main face à ce boss !

Les phases d’exploration et de combat sont entrecoupées de cinématiques qui permettent de bien s’imprégner de l’univers d’Oninaki. On aurait tout de même souhaité que le héros ainsi que les autres personnages peuplant cet univers aient un peu plus de charisme car ils sont tous plus ou moins oubliables. Les principaux personnages sont unidimensionnels; quant aux habitants du coin, c’est carrément une seule phrase de définition. 

Linne fait face au Démon de la nuit qui la poursuit.

Les goûts et les couleurs (fades)…

Les graphismes du jeu sont difficiles à appréhender. On pourrait les qualifier comme une tentative maladroite de faire de belles choses mais tout se perd dans un pastel trop peu défini et le brouillard des mondes n’arrange rien. L’initiative est louable, mais le résultat rate sa cible de peu. Malgré tout, l’atmosphère est enveloppante et même si les personnages en cinématique sont parfois mal définis, la sauce finit par prendre. Toujours du point de vue des graphismes, on sent une forte ressemblance avec le genre Anime qui est rehaussé par le doublage des voix en Japonais. La bande son qui accompagne le soft est plaisante et s’accorde bien à l’univers d’Oninaki. Il arrive cependant que la musique s’arrête et fasse place à un silence gênant. Les effets sonores étant peu nombreux, ça n’arrange pas vraiment les choses. 

De nombreux monstres peuplent les donjons.

Par ailleurs, les IA sont très prévisibles et s’en tiennent à leur pattern. Vous pourrez venir à bout de n’importe quel ennemi en étant patient et en faisant des cercles autour de celui-ci jusqu’à ce que les pouvoirs de vos Démons soient rechargés pour pouvoir asséner un autre coup. Il arrive également que les IA ne détectent pas la présence de Kagachi immédiatement. Les mécaniques de combat sont ultra-répétitives et les points de sauvegardes trop peu nombreux, il faudra principalement s’armer de patience pour pouvoir profiter des éléments narratifs du jeu, ce qui reste le point fort du titre.

Encerclé par des bestioles, il faut faire attention à sa propre barre de vie pour passer à travers cette opposition.

Retour parmi les vivants (Conclusion)

Oninaki possède de bonnes idées qui auraient pu être réalisées d’une meilleure façon. On retiendra ce jeu pour son côté poétique ainsi que la manière de traiter des thèmes lourds. Il aurait néanmoins été judicieux que l’équipe de développement apporte plus de soin aux personnages mis en scène et que les phases de combat répétitives occupent un peu moins de place dans le soft. Mais malgré ces petits défauts, Oninaki est un beau voyage qui fait réfléchir sur des aspects de la vie importants pour chacun d’entre nous.

Le système de Démons est très bien pensé et dynamise le combat.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Oninaki

  • Développeurs Tokyo RPG Factory
  • Type Action-RPG
  • Support PS4, Switch, PC
  • Sortie 22 Août 2019
Oninaki à notre sauce
7/10
Oninaki à notre sauce
Y'a bon
  • De bonnes idées dans les arbres de compétences des Démons
  • Une histoire et un univers que l'on prend plaisir à découvrir
  • La bande-son est envoûtante
Beuuuuwark
  • Le flou dans les graphismes n'est pas seulement artistique
  • Les nombreux combats deviennent rapidement répétitifs
  • Le manque de profondeur des personnages
  • TECHNIQUE
    7/10
  • ERGONOMIE
    9/10
  • ESTHÉTIQUE
    7/10
  • AUDIO
    8/10
  • CONTENU
    6/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo