La licence The World Ends with You est une série d’action-RPG issue de la DS sortie en 2007. Se déroulant dans le quartier de Shibuya, à Tokyo, The World Ends with You présente un style artistique très “nomuresque” et des éléments de fantaisie urbaine. Il est sorti sur Switch en 2018 sous le titre The World Ends with You : Final Remix. NEO The World Ends With You peut être considérée comme sa suite directe.


NEO The World Ends With You


Supports : PS4, Switch, PC

Genre : JRPG

Date de sortie : 27 Juillet 2021

Editeur : Square-Enix

Développeur : Square-Enix

Multijoueurs : Non


NEO : The World Ends With You vous emmène à Shibuya et varie les plaisirs


  • La bande-originale, groovy
  • Le style graphique branché
  • L’histoire est très rythmée et prenante
  • En français
  • Fluide
  • La DA du Nomura des années 2000
  • Le côté Persona dans l’évolution
  • Des systèmes de jeu intéressants et variés
  • Beaucoup d’allers-retours
  • Joli mais pas dingue techniquement
  • Les combats peuvent paraître rapidement répétitifs
  • Des dialogues à rallonge parfois pour pas grand chose

Le Jeu des Reapers

Enfin, c’est ce que je pense, puisque si j’ai acheté la version Switch du jeu original, je n’ai pas encore eu le temps d’y jouer (mais qu’importe puisqu’on vous en a fait le test à sa sortie). Dans ce nouvel épisode, on suit Rindo et son ami Fret qui se retrouvent contraints de jouer au Jeu des Reapers en plein Shibuya. Pendant une semaine, ils vont devoir réussir des missions  en éliminant des créatures dangereuses nommées “Echos” et gagner des points pour monter dans le classement. La récompense ? Elle ne sera pas dévoilée tout de suite, ni même la raison de la participation des deux adolescents, mais ils vont rapidement comprendre qu’ils ont tout intérêt à ne pas finir dernier du classement…

Rindo et son crew ne sont pas là pour s’amuser

Bref, je ne vais pas non plus aller trop loin dans l’histoire, puisque celle-ci est un des gros moteur du titre, et je dois avouer que son rythme très soutenu nous tient en haleine tout en introduisant régulièrement de nouvelles mécaniques et personnages. Le tout est soutenu par une bande-son électro vraiment bien fichue.

Jours après jours, Rindo et Fret vont apprendre les règles qui régissent le jeu des Reapers, aidés par Minamimoto, un antagoniste du jeu précédent devenu ici un personnage jouable. 

Véritable RPG à l’ambiance décontractée, NEO The World Ends With You s’articule autour de la collecte de badges évolutifs (un truc qui n’est plus à la mode depuis les années 90, enfin je crois) qui confèrent aux joueurs diverses capacités. Les combats se déroulent en arènes et le joueur contrôle tous les personnages en même temps via une touche dédiée.

Chaque personnage aura son rôle à jouer, Rindo sera plus spécialisé dans les attaques au corps à corps, Fret attaquera à distance tandis que Minamimoto excellera dans les attaques chargées et Nagi pourra endosser le rôle de soutien. Tous les badges ne pourront donc pas être assignés à tous les personnages, et il sera logiquement impossible d’attribuer deux badges avec la même commande sur deux personnages.

La liste des badges s’allonge rapidement

Certaines capacités (comme le soin) sont limitées à un certain nombre d’utilisation par combat, mais la majorité des autres pouvoirs sont conditionnés par une jauge d’utilisation. Celle-ci se vide à chaque utilisation et aura besoin de quelques secondes pour se remplir à nouveau. Il faut donc jouer de manière stratégique pour maintenir les ennemis sous la pression des coups afin de continuer le combat pendant que d’autres recharge.

Maintenir un rythme aura aussi pour conséquence de remplir une jauge de Groove qui une fois pleine vous permettra de déchaîner une attaque ultime dévastatrice. Chaque personnage étant assigné à une touche, les affrontements se transforment vite en foire d’empoigne, surtout si l’on associe des pouvoirs explosifs.

Si il y a une grosse variété de badge avec des effets différents et même des évolution, force est de constater qu’on aura vitre trouvé ses combinaisons gagnantes et qu’à peu de chose près, on utilisera assez peu les autres badges. Les combats deviennent alors assez répétitifs – voire bourrins – et à part pour farmer un peu, on évitera les confrontations inutiles avec les Échos.

Rindo et ses amis évoluent en plein Shibuya librement (ou presque, suivant l’ouverture des quartiers permises par les Reapers et l’histoire), mais s’ils scannent les environs, ils leur sera possible de voir les Échos, des créatures animales agressives qui ne manqueront pas de vous attaquer. Mais heureusement, désactiver le scan les fait disparaître et vous pourrez évoluer tranquillement la plupart du temps.

Outre les niveaux, les personnages gagnent en statistiques en achetant des fringues à Shibuya, mais aussi – et surtout – obtiennent des améliorations permanente de statistiques en mangeant leurs plats préférés. On aura donc à coeur de dépenser notre argent dans les différents restaurants de la ville et de trouver le meilleur plat pour chaque personnage.

Enfin, chaque protagoniste dispose d’une capacité unique utilisable en dehors des combats et qui vont faciliter la progression. Si Fret peut rafraichir la mémoire des gens, Nagi peut plonger dans l’esprit des autres personnes pour les libérer des Echos. Rindo, de son côté possède une capacité spéciale qui lui permet de remonter le temps en conservant ses connaissances. Cela lui sera des plus utile quand il devra résoudre des situations apparemment insolubles autrement, en exploitant des informations obtenues lors de la journée.

Il pourra donc modifier l’issue d’un affrontement en réalisant certaines actions et réussir les objectifs de son équipe. Enfin, une capacité du groupe sera aussi de pouvoir inscrire des idées dans les habitants du quartier afin de modifier leur comportements. En récupérant des mots-clés dans la ville, ils vont pouvoir influer sur les pensées des personnes et leur insuffler de nouvelles idées, un peu comme dans le film Inception. Toutes ces capacités sont utilisées de manière très dirigistes, il n’est pas question d’utiliser cela autrement que quand l’histoire le demande.

Vous vous doutez qu’avec une capacité liée au retour dans le temps, la semaine d’épreuve va tendre à se rallonger, puisque tout l’enjeu est mettre fin au Jeu des Reapers. Pour cela, il n’y a qu’une seule solution : parvenir en tête du classement et obtenir le droit d’être libéré. Le seul véritable souci vient du fait qu’un groupe – Les RuinBringers – occupe le haut du classement loin devant tous les autres depuis longtemps et qu’il ne souhaite absolument pas sortir du jeu.

La capacité unique de Rindo lui permet de se sortir de bien des impasses

Il bloque donc tous les autres groupes, ruinant leurs chance de pouvoir un jour en sortir. L’arrivée de Rindo et de son équipe rabat donc les cartes et laisse entrevoir un espoir pour tout le monde… à condition que cette équipe de bras cassés parviennent à utiliser leurs capacités aux mieux pour vaincre les meilleurs joueurs des RuinBringers. Ce qui n’est pas une mince affaire.

Autant vous le dire, il y a un certain fossé entre les affrontements contre les échos, ceux contre les autres équipes et les combats contre les RuinBringers. Ces derniers sont vraiment un cran au-dessus et vous demanderont de maximiser votre équipe. Outre les équipements, badges et repas, vous pourrez débloquer un arbre de liens sociaux (Persona est passé par là) qui vous permettra d’ouvrir des branches en échange de points d’amitiés.

Outre des points à récolter et des liens à tisser, il vous faudra parfois réunir des conditions précises pour pouvoir débloquer un lien social et le bonus qui l’accompagne. Ces bonus sont toujours intéressants, allant de la possibilité de recommencer un combat perdu avec la possibilité de modifier sa stratégie à la modification des paramètres de difficulté du jeu et même abaisser son propre niveau. On aura donc tôt fait de jongler avec ces paramètres de jeu pour augmenter son expérience ou le taux d’obtention de certains badges afin de pouvoir se confronter aux RuinBringers.

NEO The World Ends With You

Titiks

L’avis de Titiks sur PS4

En Bref

Amusant, bien rythmé et intriguant, NEO : The World Ends With You vous emmène à Shibuya et varie les plaisirs. On ne s’ennuie pas car le rythme est haletant, mais on pourra regretter l’énorme quantité de dialogues parfois inutile et un système de combat facile à prendre en main mais qui peine à évoluer. Néanmoins, on prend beaucoup de plaisir à parcourir les lieux de Shibuya avec coolitude.

4
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Lost at Sea : Réminiscence- Gameplay découverte (PS5)
Next Le Siège de Paris, la deuxième extension d’Assassin’s Creed Valhalla, sera disponible le 12 août

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

La Commission européenne spoile l’existence de Trine 4 et Earthlock 2

10/10/2018
Close