On se souvient avec nostalgie de la découverte de ce qui allait devenir une interminable saga ; en 2004 sortait sur PS2 le premier jeu Monster Hunter, titre qui s’est démultiplié sur une majorité des consoles tant de salon que portables. Quatorze ans plus tard, après des sorties exclusivement japonaises ou limitées à la Nintendo 3DS, la cinquième génération de chasse aux monstres est propulsée en janvier 2018 sur PS4 et Xbox One avec Monster Hunter : World. Déjà adeptes de grosses épées et grosses bébêtes, c’est le jeu lui-même et les ambitions des développeurs qui sont devenus plus grands encore.

Retour en grandes pompes

Après de nombreux épisodes de Monster Hunter, beaucoup auraient pu craindre que World serait celui de trop ; car après quatorze ans de bonnes parties de chasses et des millions de jeux vendus, le recyclage de mécanique peut lasser. Or, il semble bien qu’un léger vent de level up souffle sur certains aspects du jeu pour renouveler une offre que les férus d’énormes créatures et de grosses épées ne pourront pas refuser. Ainsi, après sa sortie, Monster Hunter : World s’écoule à déjà 6 millions d’exemplaires vendus à travers le monde et les consoles, de quoi peut-être confirmer le nouveau coup de maître que signe Capcom avec la suite de sa licence.

Test Monster Hunter World PS4
Des nouvelles régions à explorer en open world, toutes en planitude et verticalité !

Dès le startup du jeu, on se laisse ambiancer par des couleurs lumineuses, naturelles, et un rendu graphique immersif et détaillé dont on se rendra davantage compte une fois plongé dans l’histoire. Car oui, il faut noter qu’il existe une trame centrale vous emmenant vous, votre Palico et votre assistante, au cœur de nombreuses et périlleuses quêtes à travers un Nouveau Monde aux atmosphères plurielles. Une quête principale qui représente un plus non négligeable étant donné la vastitude de la carte – tant sur sa planitude que sa nouvelle verticalité ! – , et qui nous permet donc de l’explorer grâce aux objectifs et aux guides « navicioles » !

Je ne mourrai pas gibier !

En dehors de la quête centrale, le principe phare de Monster Hunter reste, dans les grandes lignes, inchangé. Vous serez libres de partir à la découverte de cette nouvelle map en semi-open world lors de missions d’Exploration. Ces missions connaissent plusieurs déclinaisons comme des contrats de chasse ou d’autres requêtes à remplir pour l’Intendance et les autres savants présents à Astera, le « village » où toutes les Flottes Armées ont établi leurs quartiers.

Durant vos longues balades, il vous sera possible de pister des créatures connues ou inconnues afin de récupérer des informations qui permettront de découvrir leur emplacement, et donc de les chasser. Votre plus grand loisir sera donc celui de renifler des empreintes, analyser des traces de griffes et autres substances visqueuses laissées dans leur sillon. Une fois la bestiole trouvée, il ne vous restera plus qu’à en faire votre trophée en la tuant – ce qui peut se faire en plusieurs étapes étant donné qu’elle peut fuir le combat pour tenter de se régénérer ou trouver un environnement qui lui est plus propice. Évidemment, qui dit créature vaincue dit loot, et plus vous combattrez des créatures énormes et féroces (en solo ou en co-op), plus vos gains seront intéressants.

Test Monster Hunter World
Des traques hautes en couleurs et en rebondissements, à la recherche des créatures les plus féroces !

Ceux-ci vous permettront, une fois rentré à Astera, de faire évoluer votre personnage ou votre Palico en forgeant ou améliorant armes et armures. Certes, si votre chasseur gagne des « niveaux » au fur et à mesure qu’il accomplit des missions pour l’histoire principale, ce n’est qu’en améliorant son stuff qu’il sera capable de venir à bout de créatures plus puissantes encore. Le crafting et la chasse sont donc indissociables si vous voulez pouvoir progresser. Parez-vous de votre meilleur équipement en choisissant tant la meilleure attaque que la meilleure défense, mais prêtez également attention à l’affinité de votre arme ainsi qu’aux points de protection élémentaire (eau, feu, foudre, glace, et dragon).

Le plus fort pour aller chasser ♪

Monster Hunter : World propose d’emblée 14 armes en début de partie, et vous pouvez les alterner à chaque fois que vous revenez à Astera via le coffre dans votre chambre ou la forge. Armes lourdes ou légères, longues épées, arcs à flèches, bâtons, lances, doubles-lames, … Pourquoi autant de choix ? Simplement pour offrir une multitude de styles de combat. Toutes les armes ont leur liste propre de combos et autres coups spéciaux qui mettront vos proies au tapis ; mais pouvoir faire de gros dégâts et les parer ne sera pas suffisant.

Il ne sera pas impossible que, dans vos élans bourrins, vous soyez croqués plus d’une fois jusqu’à être mis K.O. Il vous faudra donc apprendre à jongler avec l’attaque, la défense et la stratégie, mais aussi cerner le comportement de la créature à laquelle vous vous attaquez. Si la situation devient trop critique, il vous sera toujours possible de vous soigner (et l’on peut se soigner en se déplaçant, voire même en courant !) ou de vous cacher pour vous faire oublier soit dans la nature, soit grâce à des outils mis à disposition par les savants d’Astera.

Test Monster Hunter World
Vue sur l’équipement: des armes destructrices et particulières, des outils qui sauvent, et un style de chasseur de l’extrême plutôt classe !

Cependant, comme dit plus haut, les monstres attaqués et mis à mal peuvent très bien s’enfuir eux aussi. Les combats sont donc allongés par des phases de traque interminables, pour peu que vous vous arrêtiez en chemin pour faire quelques récoltes – récolter des ingrédients dans les différentes zones du Nouveau Monde permettent de faire de l’artisanat et de créer des potions et/ou des munitions – ou réaffûter votre lame. Heureusement, les Navicioles seront toujours là pour vous montrer la route à suivre, pensez donc en Exploration à toujours baliser votre proie pour ne jamais perdre sa trace.

Cette durée de traque peut cependant jouer contre vous si vous devez boucler une mission dans un temps imparti : très souvent, vous devrez d’abord pister la bête avant de pouvoir l’attaquer, ce qui demande déjà de longues minutes. Mais si en plus le combat doit durer parce que l’ennemi est trop robuste ou s’enfuit, votre sablier aura vite fini de s’écouler que vous ne lui aurez peut-être pas ôté la moitié de ses PV. Mais de toute façon, que pouvez-vous en savoir ? Les monstres ne disposent pas d’une barre de vie visible, mais l’on peut se faire une idée de leur état selon les séquelles apparaissant sur leur corps ou leur démarche pendant la fuite. Il est aussi possible d’estimer l’ampleur des dégâts car ceux-ci s’affichent désormais à chaque coup porté.

Un rendu graphique immersif et détaillé…

Nous n’allons pas essayer de chercher la petite bête : Monster Hunter : World est une vraie beauté. Tout est travaillé avec des détails époustouflants, de la définition du personnage à la moindre écaille sur le dos d’un terrible dragon. Si parfois les mouvements des chasseurs ont l’air maladroit ou un peu « spéciaux », le plus impressionnant réside dans la mouvance de chaque créature, d’une fluidité quasiment naturelle.

Test Monster Hunter World PS4Test Monster Hunter World PS4
Des décors tous différents et à couper le souffle, chacun avec son ambiance, sa faune et sa flore…

Chaque zone du Nouveau Monde bénéficie d’une totale liberté de mouvement, sans chargement pour freiner votre enthousiasme (les seuls chargements que vous aurez à « subir » sont ceux des déplacements entre votre QG et les zones en question). Qui plus est, elles ont également leur propre décor, parfois leurs propres faunes et flores. Aucune d’elles n’est à laisser de côté tant la richesse d’exploration est grande ; ce qui promet de longues heures de chasse !

Vous avez encore besoin d’être convaincu? Jetez un oeil à notre heure de let’s play, une chasse au Pukei-Pukei qui tourne au vinaigre…

Conclusion

Avec une sortie sur les consoles dernière génération et capables de prouesses graphiques et techniques, Monster Hunter : World fait une arrivée en fanfare grâce à une campagne à succès et des promesses tenues de la part de Capcom. Accessibles aux novices comme aux habitués de par sa nouvelle histoire et ses améliorations, il n’est pas étonnant que le jeu ne fasse que plaire – à moins que certains joueurs ne soient trop conservateurs du genre premier adopté par la franchise. Ce dernier né impose un rythme et un style qui lui est propre, que l’on joue seul ou à plusieurs, qui lui vaudra à juste titre celui d’un incontournable de 2018 !

Monster Hunter: World

  • Développeurs Capcom
  • Type Action-RPG
  • Support PS4, Xbox One
  • Sortie 28 Janvier 2018
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Queen Potato
Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.

Précédent Double Kick Heroes roule guitares battantes vers son early access
Suivant Une démo de Final Fantasy XV arrive sur PC ce 26 février
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Far Cry 4 : les clés finalement réactivées

03/02/2015
Close