Test: FIFA 20

Volta pomme au marchand?

Après une timide évolution l’an dernier, FIFA est de retour pour sa cuvée 2020 avec de nouveaux modes de jeu promis par le développeur. Mais reste à savoir si les développeurs ont pris plus de risques que pour le précédent opus qui restait posé sur ses bases sans sortir de sa zone de confort contrairement à la concurrence qui se fait rude.

Voyons donc, ensemble, si ce FIFA 20 plébiscité par tout le monde en vaut vraiment la chandelle avec, on l’espère, une évolution de gameplay plus importante cette année ainsi que de nouvelles features intéressantes.

Rien à dire sur l’habillage du titre toujours plus immersif.

Volta

Parce qu’il est clair que niveau commercial, FIFA écrase clairement PES… mais sur le terrain, c’est tout autre chose si on compare les versions 2019 des deux titres déjà… Et c’est pour ça que l’équipe d’EA Sports à décidé de frapper un grand coup dans l’originalité avec le mode Volta!

Rien à voir avec un quelconque médicament, ce mode donne la part belle au street football et au futsal. Parce que, oui, on peut autant jouer en rue qu’en salle que ce soit avec ou sans murs et en 3V3, 4V4, 5V5 avec ou sans gardien. Il y en a donc pour tous les goûts et c’est pareil avec la taille des goals.

Mais avant tout, le Volta, c’est un peu le nouveau mode Histoire de FIFA 20. Car c’est ici, qu’après avoir créé votre joueur, que vous allez devoir faire vos preuves. En effet, après un petit match test vous intégrez une équipe qui devra batailler pour participer aux mondiaux de « mini foot ».

L’histoire est entrecoupée de multiple séquences vidéo scénarisées. J’ai même envie de dire malheureusement et péniblement scénarisées… Car le jeu en fait des tonnes! Sous prétexte que les premiers pas de votre team se feront « dans la rue », les développeurs ont conçu une ambiance et un habillage complètement stéréotypé. Comme si tous les joueurs de street se comportaient en « wesh wesh » avec un vocabulaire et une attitude sortis du clip d’un rappeur raté à la mode… Pas convaincu que ce soit vraiment la réalité…..

Le mode Volta est vraiment trop stéréotypé avec l’abus des réseaux sociaux, de la mode YouTube… Trop de déjà vu!

On exagère l’argot, on abuse des réseaux sociaux, sans compter que les scénaristes manquent totalement d’originalité en pompant l’ascension d’un débutant avec du faux drama comme dans la plupart des films qu’on a pu voir sur le sport. Il y a toujours le mauvais rival aussi, bref… du vu et revu!

En dehors de cette histoire, le mode change un peu du football traditionnel mais sera tout de même considéré comme un mauvais FIFA Street. C’est assez bizarre de voir qu’en 2019, ils n’arrivent pas à atteindre le niveau de leur spin-off sorti pour la première fois en 2005 sur PS2/Xbox/GameCube.  On dirait qu’ils ont croisé les deux jeux pour terminer sur un panaché un peu timide des deux versions.

Entendons-nous bien, ce mode hybride n’est pas mauvais mais il n’est pas aussi profond qu’un FIFA Street pur et dur. Reste qu’on ne peut que saluer ce petit ajout qui permet de changer un peu (mais pas trop…) notre façon de jouer. Bien entendu, en plus de l’histoire, il vous est possible de vous affronter dans une ligue en ligne ou s’essayer, toujours sur la toile, à la tournée qui est un tournoi à élimination directe aux règles du futsal.

Volta propose une variation de gameplay non négligeable même si perfectible.

FIFAil?

Passons Volta et revenons à nos moutons avec du « vrai » football sur grand terrain. Et là, PATATRA, c’est le drame! Première prise en mains: euh….. what!? En fait, FIFA 19 s’est déguisé? C’est vraiment la première impression qu’on a en tout cas.

La maniabilité n’a quasi pas bougée d’un poil! Toujours les mêmes soucis avec un jeu bien trop rapide, qui pousse plutôt à se propulser vers l’avant qu’avantager une construction plus réaliste. Pire! Des BUGS!!!

Entre les gardiens qui s’arrêtent brutalement ou qui plongent n’importe comment, les sorties de balle non sifflées et l’imprécision des passes, la maniabilité a pris cher. Pour la petite anecdote, il est arrivé qu’après une passe ratée, la balle sorte du terrain… Et bien, mon joueur a pu courir rechercher la balle non loin du banc des remplaçants pour retourner comme si de rien n’était sur le terrain pour continuer le jeu. Mais où est passé l’arbitre??? Une aberration.

Et on retrouve toujours les mêmes exploits qu’habituellement entre les contres plus que favorables, les problèmes de défense axiale ainsi que les buts sur engagement: le ballon arrive trop vite en surface et le jeu en milieu de terrain passe souvent à la trappe.

Heureusement, tout n’est pas à jeter avec une légère amélioration des coups de pied arrêtés. Les corners, coups francs ou encore les penaltys bénéficient d’un tout nouveau système permettant de varier les frappes. Bien plus pratique que dans les précédents opus pour ainsi dire. On peut également remarquer qu’un petit effort a été fait au niveau de la fluidité en jeu.

Ce sera donc sans la Juve cette année… et ça fait un peu tache!

Fashion Victim

Ce qu’EA Sports fait de bien avec ses FIFA c’est au niveau de l’esthétique. Ici, je ne parle pas vraiment de la modélisation, même si elle reste franchement valable, mais surtout des menus qui sont bien plus faciles et agréables à parcourir que chez la concurrence.  Tout est net, simple et rapide. On s’y retrouve plus facilement. On appréciera également le petit lifting du mode carrière avec la diffusion des conférences de presse, etc…

Mais l’habillage c’est aussi au niveau de la présentation des matchs ainsi que l’ambiance sonore qui sont plus que satisfaisants pour le coup. Les supporteurs font leur boulot tout comme les commentateurs même si parfois ils peuvent être lourds… mais c’est pardonnable quand on voit le désastre de chez PES!

Pour la présentation, on peut aussi repréciser que la Champions League et l’Europa League font toujours partie du jeu ce qui favorise un peu plus l’immersion.

Bref, à ce niveau, les développeurs savent y faire surtout également aidé par une bande-son de musiques assez connues.

Dommage que, techniquement, les développeurs n’ont pas pris plus de risques…

Conclusion

Disons que le mode Volta « sauve » un peu ce titre. A vrai dire, on a l’impression d’un opus fainéant qui reste sur ses bases et compte trop sur ses fans pour s’écouler. Du FIFA 19 avec quelques ajouts… c’est vraiment l’impression global qu’offre cette cuvée 2020 et c’est bien dommage.

Il y a bien quelques améliorations à saluer comme le système de coup de pied arrêté par exemple ou un tout petit boost au niveau de la fluidité de jeu mais FIFA 20 reste toujours trop imprécis avec ses bugs habituels (voir pire)… en espérant qu’un patch pourra venir corriger un peu le tout.

Attention, je ne dis pas que c’est un mauvais jeu, juste qu’on aurait aimé avoir un opus plus évoluer que l’an dernier, surtout en fin de génération. Ressemble beaucoup trop au précédent… 

Temps de lecture : environ 4 minutes

FIFA 20

  • Développeurs EA Sports
  • Type Sport
  • Support Xbox ONE, PS4, PC
  • Sortie 27 septembre 2019
FIFA20 à notre sauce
6/10
FIFA20 à notre sauce
Y'a bon
  • L'habillage est toujours impeccable
  • Volta propose de varier un peu le gameplay
  • Du bon gros contenu
  • Le nouveau système de coup de pied arrêté
  • Le jeu de foot le plus accessible
Beuuuuwark
  • Un gameplay imprécis qui stagne et n'évolue que trop peu
  • Un jeu toujours trop rapide
  • FIFA commence à perdre des licences
  • Le scénario de Volta qui en fait trop!
  • Bugs et exploits pénibles...
  • 6/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre