Créé par Bethesda Games Studios et fortement anticipé par les inconditionnels de la licence, Fallout 76 tente maintenant de faire sa place au soleil. Axé sur la coopération des joueurs, Fallout réussit-il à se réinventer et la magie opère-elle toujours ? C’est ce que nous verrons au fil de notre périple en Virginie-Occidentale.

Voici Rose. Elle est déterminée et un brin sévère.

Posons les bases narratives

Dans ce jeu de survie, vous incarnez un personnage qui sort tout juste de l’abri 76, dans les Appalaches de la Virginie-Occidentale. 25 ans se sont écoulés depuis l’explosion des bombes nucléaires qui ont failli éradiquer toute l’humanité. L’histoire se pose donc comme une préquelle à Fallout 4 puisque nous sommes en 2102, 185 ans avant Fallout 4. Votre objectif à long terme est de contribuer à repeupler la Terre, mais pour ce faire, vous devrez d’abord survivre seul ou en groupe (jusqu’à 4 joueurs). En effet, contrairement aux opus précédents, Fallout 76 a été conçu dans l’optique d’offrir une expérience multijoueur, et ce, même si vous pouvez vous balader en solo. 

Le décor de la Virginie-Occidentale vous accueille dans toute sa désolation.

Crise identitaire

Dès vos débuts dans Fallout 76, en sortant de l’abri, vous remarquerez à quel point ce monde est vide. D’une part, les PNJ humains brillent par leur absence et ce sont des robots, des hologrammes ou des ordinateurs qui vous octroient vos quêtes. D’autre part, chaque serveur permet uniquement à 24 joueurs de s’éparpiller sur une carte conséquente. Si vous ne vous munissez pas d’un casque audio, vous aurez une forte impression de solitude. De plus, le moteur Creation Engine a beau avoir été adapté pour permettre le multi, il reste terriblement déficient. Prenons un exemple concret. Supposons que vous arriviez dans une bâtisse et que vous trouviez un hologramme. Vous l’écoutez attentivement puisque celui-ci vous révèle quoi faire par la suite. Tous vos acolytes devront aussi écouter la bande pour ajouter l’objectif à leur propre journal de quête. Avant de repartir, vous voulez fabriquez des munitions ? Eh bien, vous devrez attendre votre tour puisqu’une seule personne peut utiliser l’établi de crafting à la fois. On perd donc beaucoup de temps à attendre et c’est frustrant.

Vous croiserez peut-être des inconnus qui veulent bien se joindre à vous.

En mode survie

En dehors de quelques bugs corrigés entre la phase de beta et le jeu final, rien n’a changé  entre les 2 itérations du jeu. Dans ce monde post-apocalyptique, vous allez rapidement devenir un maître de la gestion des ressources. Vous allez devoir ramasser le moindre objet afin de le recycler en quelque chose d’autre : armes, armures, munitions, nourriture, etc. Le hic est que vous devrez d’abord apprendre les recettes et que celles-ci sont dissimulées à travers la région des Appalaches. Les différentes stations de crafting peuvent se greffer à votre C.A.M.P. (Construction and Assembly Mobile Platform), une base personnelle que vous pouvez emporter avec vous. L’idée est assez bonne, surtout parce que vous pourrez vous téléporter vers votre camp gratuitement en tout temps.

Par ailleurs, sur le plan du combat, le sytème de V.A.T.S. a dû être entièrement revu puisqu’il est impossible de mettre un jeu 100% online en pause. La visée assistée permet donc uniquement de mieux diriger vos tirs en temps réel. Impossible aussi de perdre du temps pour farfouiller dans les menus pour équiper une meilleure arme. Mieux vaut être toujours prêt à faire face à l’adversité en mettant ses armes en favoris pour passer plus facilement de l’une à l’autre.

Fabriquez des armes pour vous défendre est l’une de vos priorités.

En retard sur son temps

Avec un moteur âgé de 7 ans, on ne fait pas de miracles. Fallout 76 réussit à améliorer les modélisations des visages et les animations, mais réutilise beaucoup d’assets de Fallout 4. Les bâtiments, la végétation, les objets, le Pip-Boy… tout ce qui vous entoure contribue à ce sentiment de déjà-vu qui laisse un goût amer dans la bouche. Fallout 76 n’est donc pas là pour vous en mettre plein les mirettes, même sur Xbox One X et en 4K. L’interface utilisateur laisse aussi à désirer puisqu’il est très difficile de lire et de suivre les indications de la boussole et que la police de caractères s’adapte à la quantité de contenu à afficher. Inutile de dire que le tout rappelle un examen de vue et fatiguera très rapidement vos yeux étant donné la quantité d’écrits à lire. Lors des phases de jeux, de nombreuses chutes de framerate se remarquent et brisent le rythme de progression. Bref, le confort visuel n’est pas au rendez-vous malgré les 6 zones de la carte qui sont bien différenciées entre elles.

La gestion des lumières ne vous donnera pas un teint de pêche.

Vous êtes S.P.E.C.I.A.L.

En tant qu’élu, vous possédez bien entendu des attributs dignes de ce nom. En montant de niveau, vous récupérez des paquets de cartes qui affectent l’un des éléments suivant : 

  • Force
  • Perception
  • Endurance
  • Charisme
  • Intelligence
  • Agilité
  • Chance

Vous pouvez équiper jusqu’à 15 cartes par catégories afin d’avoir un personnage qui répond à vos envies de jeu. Sachez que ces cartes peuvent être améliorées et échangées entre les joueurs et que le charisme vous aidera fortement si vous décidez d’explorer les Appalaches à plusieurs.

N’oubliez pas de renouveler votre prescription de lunettes avant de jouer.

Conclusion

Même si on voulait y croire, Fallout 76 ne réussit pas à s’imposer comme étant un excellent jeu. Ni totalement pensé pour le joueur solitaire, ni parfaitement adapté pour plaire aux inconditionnels du multijoueur, Fallout 76 rate le coche parce qu’il tente de séduire tous les publics. Nul doute que Bethesda écoutera les doléances des joueurs afin de rendre ce titre plus agréable. En attendant que cela se produise, vous pouvez déambuler dans un monde hostile et découvrir tous les secrets et les mystères qu’il renferme.

Votre fidèle Pip-Boy vous accompagnera tout au long de votre aventure.

Fallout 76

  • Développeurs Bethesda Games Studios
  • Type Action-RPG
  • Support PS4, XB1, PC
  • Sortie 14 Novembre 2018
Montrer le reste de l'article
Précédent Test: Luigi’s Mansion
Suivant Test : Hitman 2 – Mortelle simulation
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Tetris 99 ou quand Tetris se met au battle royale

14/02/2019
Close