Ayé, Dead Island 2 est sorti ! Environ 8 ans après son annonce et ses différents reboot ! A la lecture du titre de cet article, vous devez vous demander si le jeu est bien ou non. Bonne nouvelle, il est les deux, à vous de voir ce que vous en attendez.


Dead Island 2


Supports : PS5, XBox Series, PC

Genre : Action / Aventure

Date de sortie : 21 avril 2023

Editeur : Paion

Développeur : Dambuster Studios

Multijoueurs : Oui


Massacrer des zombies, c’est très cool dans Dead Island 2. Voilà.


  • Plutôt joli
  • Les dégâts localisés bien sanglants
  • Le craft, sympa
  • Des environnements de grande taille mais pas un monde ouvert, donc c’est propre et fluide.
  • La progression est ennuyante
  • L’histoire est navrante, tout comme les personnages

Enfer au paradis

Dead Island 2, un jeu de survie en zones ouvertes, est enfin sorti après une longue attente. Annoncé en 2014, le jeu a subi plusieurs retards et changements de studio de développement.

Le développement de Dead Island 2 a été marqué par des retards et des changements de studio. Le jeu a été annoncé pour la première fois à l’E3 2014 par Deep Silver et le développeur Yager. En mars 2016, Yager a été retiré du projet en raison de « différences créatives » avec l’éditeur Deep Silver. On image aisément ce que les développeurs de « Spec Ops the Line » voulaient faire du jeu, et personnellement, j’aurais beaucoup aimé voir ça !

Plus tard dans l’année, Sumo Digital a été annoncé comme le nouveau développeur. Cependant, le jeu a été à nouveau retardé, sans raison officielle. Le développement du jeu a été suspendu indéfiniment en 2019, jusqu’à ce qu’il soit annoncé en 2020 que Dambuster Studios, déjà connu pour avoir développé Homefront : The Revolution, avait pris le relais du développement. Connaissant le résultat peu flatteur de cette dernière production, on avait de quoi craindre pour le projet Dead siland.

Dead Island 2 propose une expérience de survie en zones ouvertes, plusieurs années après le premier, dans une Los Angeles remplie de zombies. Oui, pour le coup, la dénomination de « Dead Island » est un peu hors de propos mais ne chipotons pas : nous avons le soleil, les piscines, les palmiers et les bikinis, c’est validé !

Les joueurs doivent choisir l’un des six personnages jouables – Jacob, Dany, Bruno, Ryan, Amy ou Carla – pour tenter de quitter la ville infectée. Chaque personnage possède des compétences uniques qui peuvent être améliorées au fil du jeu. L’histoire, très basique, est racontée avec des cinématiques et une mise en scène correctes, avec un ton léger et déjanté. Il faut savoir qu’en dehors de quelques personnages rencontrés, certains s’amusent de la situation et profitent du carnage pour transformer L.A. en zone de jeu.

Pour ma part, j’ai opté pour Ryan, coincé malgré lui en ville, et dans la villa d’une starlette de cinéma qu’il tentera d’aider. Et Ryan a beaucoup de chance de son malheur, puisque’une particularité génétique le rend immunisé à la zombification. Oh, il peut toujours se faire dévorer, mais son métabolisme semble résister au virus qui décime la ville, le rendant plus qu’utile pour vadrouiller un peu partout et rendre service sur la route.

On profite donc du décalage entre la futilité de la vie à L.A. , avec les bimbos en maillot se prélassant dans les piscines et les adonis autoproclamés adepte de la salle de sport, les chambres luxueuses des hôtels et les salle de streaming des influenceurs. Tout ce petit monde est déjà mort bien entendu, et dans un certain état de décomposition.

L’aspect gore et de démembrement est impressionnant et reste certainement l’aspect le plus amusant du jeu. Les graphismes et la direction artistique sont plutôt réussis, avec des environnements variés qui reflètent assez bien les différents quartiers de Los Angeles. Y découper des monstres, faire éclater des têtes, taillader des mâchoires, brûler, électrocuter voire faire fondre des zombies se fait donc dans des décors paradisiaques, de jour comme de nuit, dans des zones de belles tailles et non dans un monde totalement ouvert. Ça son importance puisque cela permet au jeu d’être non seulement joli, mais aussi fluide, tout en proposant des quartier différents et pas mal d’interactivité avec les décors.

En bref, on s’amuse comme un gosse dans une situation pourtant totalement horrible. Tout a été pensé pour qu’on s’amuse – en solo ou en équipe – à parcourir les généreux environnements pour défourailler des monstres de manières crapuleuse, avec des armes de plus en plus tranchantes, contondantes et modifiées, voire avec un peu d’imagination (tiens, une étendue d’eau et une batterie de voiture… hum…). Couplé au fait que les zones ne peuvent jamais être entièrement dépeuplées de zombies – ils reviennent sans cesse – on s’amuse non-stop, même si parfois, on rencontre une zombie qui fait office de World Boss à affronter bien armé.

Malgré ces qualités purement ludiques, Dead Island 2 traine aussi ses casseroles. Les personnages manquent d’originalité et sont plutôt clichés, tandis que l’histoire, bien que basique, est racontée avec des cinématiques correctes mais qui ne sont pas assez prenantes pour vraiment impliquer le joueur dans l’intrigue. En terme de narration, je regrette vraiment que Yager ai été retiré du projet, ça aurait pu donner quelque chose de réellement intéressant. Mais la direction qui a été prise ici est totalement au service de l’amusement, ce qui est aussi un bon choix.

Malgré les nombreux retards et les changements de studio de développement, Dead Island 2 a sans doute perdu en substance et se présente comme un jeu quelque peu bac à sable dans des environneents plus restreints, sans réel fond. Néanmoins, le jeu offre un gameplay tactique et jouissif avec des combats de zombies au corps à corps qui donne beaucoup de… détails, bien gérés et un système de gore et de démembrement impressionnant.

Dead Island 2

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En Bref

Alors, c’est ennuyant à suivre, on n’accroche à aucun personnage, mais c’est cool à jouer. Difficile de vous recommander ou de vous déconseiller Dead Island 2. Si la progression est banale et les objectifs principaux ultra répétitifs, évoluer dans les différents environnements très interactifs en massacrant des zombies variés qui reviennent sans cesse donne énormément de plaisir.

4
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous L’excellent Might & Magic: Clash of Heroes s’offre une Definitive Edition cet été sur PC et Consoles
Next Razer BlackShark V2 Pro – Le casque esports évolue

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Les étudiants d’ISART Digital offrent leurs jeux vidéo de fin d’études 2020

04/07/2020
Close