YS IX Monstrum Nox est le nouvel opus de la série culte d’Action RPG du développeur Japonais Nihon Falcom.

Cette série déjà trentenaire a peiné à être localisée en Europe mais différents éditeurs tels que NIS America nous ont fait découvrir Adol, le héros aux cheveux roux, en anglais et en français. Ce nouvel épisode est-il à la hauteur de la réputation de ses ainés ? Réponse dans ce test.


YS IX Monstrum Nox


Supports : PS4, Nintendo Switch, PC

Genre : Action RPG

Date de sortie : 5 février 2021

Editeur : NIS America

Développeur : Nihon Falcom

Multijoueurs : non


Un opus incontournable pour les fans de cette série culte ou d’Action RPG Japonais


  • Conserve les bonnes idées de Lacrimosa of Dana
  • Le scénario axé sur les monstrums qui se révèlent très attachants
  • L’OST
  • Le dynamisme des combats et les boss fidèles à l’esprit de la série
  • Les pouvoirs des monstrums donnant de nouvelles dimensions à l’exploration
  • L’architecture des niveaux et les nombreux secrets à dénicher
  • Un challenge adaptable à tous types de joueurs

  • Les environnements sont moins variés que dans Lacrimosa of Dana
  • La progression très linéaire et cloisonnée
  • La série nous a déjà donné mieux en terme de fluidité d’action

YS explique

Il faut savoir que j’ai découvert YS à l’époque de la sortie au Japon de l’épisode Ark of Napishtim (2003). Cette découverte a fait chavirer mon petit kokoro à un point que c’est une aujourd’hui une de mes séries de jeux vidéo préférée.

Les premiers épisodes de cette série ont pour moi représenté l’alliance parfaite entre challenge, esthétisme (audio ou visuel) et scénario. Ceci représente pour moi les ingrédients indispensables de tout bon jeu de rôle.

Avant de vous expliquer pourquoi YS IX m’a à nouveau séduit, je tiens à souligner ce qui me chagrine un petit peu. Je trouve la technique et l’esthétique des jeux parus depuis YS 7 nettement moins créatives et uniques qu’auparavant. Le passage à la 3D a pour moi fait perdre pas mal de charme à la série qui peine toujours à rattraper son retard.

Ha… le charme d’antan <3

YS éclate

Monstrum Nox reprend et améliore cependant les points qui m’ont séduits dans les opus précédents.

Le plus important à mon sens est le gameplay Action RPG dynamique avec lequel on s’éclate littéralement. Les combats sont très bien rythmés, voire nerveux, et nous font progresser sans trop de farming vers des combats de boss mémorables.

Les premiers boss sont facilement gérables, mais ce n’est que l’amuse bouche

Ces boss peuvent en effet être un vrai challenge. Ils vous demanderont d’utiliser à bon escient tous vos pouvoirs pour briser leur garde et exploiter leurs points faibles Tout ça doit être fait en évitant leurs nombreux patterns d’attaque. Vous serez bien entendu toujours accompagné de l’OST rock bien punchy du Falcom JDK Band pour vous mettre dans le mood !

La différents modes de difficulté s’adaptent à tous types de joueurs, cherchant plus de challenge ou voulant plutôt se focaliser sur l’histoire. Je trouve toutefois que les système de soins quasi illimité et les pouvoirs de Monstrum rendent le challenge bien plus abordable, même en difficulté très élevée, en comparaison avec les anciens opus.

YS raconte

Comme dans chaque épisode YS IX Monstrum Nox fait vivre une nouvelle aventure d’Adol. Chaque titre est en effet une sorte de carnet de voyage d’Adol et de son ami Dogi.

Dogi et Adol ont pris un petit coup de vieux

Ce voyage-ci les amène – pour une fois sans faire naufrage – dans la ville de Balduq où ils ne sont pas très bien accueillis. Sa réputation l’a malheureusement suivi depuis ses dernières aventures. L’armée Romun a colporté les catastrophes qui accompagnent la venue d’Adol dans chaque région qu’il visite : réveil de Dieux maléfiques, naufrages, etc. Les gardes décident donc de balancer directement Adol dans la célèbre prison de Balduq pour éviter les problèmes.

Ça aurait pu être la fin des haricots pour Adol mais il arrive à s’échapper de sa cellule. Il tombe alors sur Aprilis, une mystérieuse femme ailée qui le transformera en Monstrum. Ces derniers disposent de pouvoirs surnaturels et ont pour mission de vaincre des monstres invisibles aux habitants. Ceux-ci se trouvent dans la dimension parallèle de la nuit de Grimwald et menacent bien évidemment le monde entier. Cette nouvelle aventure positionne Adol comme un hors-la-loi qui œuvre pour la bonne cause.

Quel secret cache donc Aprilis, qui vous a transformé en Monstrum ?

Dans chaque chapitre, vous rencontrerez un nouveau Monstrum, découvrirez avec lui son passé et l’intégrerez à votre équipe pour les challenges à venir. Cette découpe est plutôt bien vue. Les personnages réellement attachants donnent en effet une dimension supplémentaire bienvenue à la trame de base du scénario.

Mé-co-nais-sa-ble ! Avec une perruque bleue, personne ne reconnait Adol après son évasion.

YS récupère

YS IX Monstrum Nox récupère de nombreux éléments de son prédécesseur, YS Lacrimosa of Dana. Ce dernier a je pense réussi à rendre la série plus populaire en occident grâce à bon nombre de bonnes idées.

Il récupère son système d’exploration et de progression presque à l’identique. Vous n’êtes plus sur une île luxuriante découpées en zones cloisonnées, mais dans la ville de Balduq, elle aussi cloisonnée par de mystérieuses barrières infranchissables pour les Monstrums (pas de chance pour Adol). Vous aurez à nouveau une base où vous opérerez cette fois sous couverture. De nombreux NPC vont vous y rejoindre pour mener à bien votre aventure dans l’intérêt commun. Chacun a une personnalité bien trempée et une utilité (comme dans Lacrimosa of Dana), ce qui change des RPGs plein de NPCs inutiles.

L’auberge qui vous sert de base secrète en ville abritera des personnages haut en couleurs.

On peut toutefois regretter le manque de variété dans les environnements qui nous baladent seulement entre la ville et la prison de Balduq. Il est aussi un peu dommage que cela soit assez linéaire, mais pas si dérangeant que ça au final tant il y a d’objets cachés, de coffres et de choses à trouver dans chaque zone.

En parlant de choses à trouver, YS IX récupère également le système de craft vous demandant de trouver différents ingrédients pour fabriquer vos équipements. Il récupère également les « nouveautés » telles que les phases de Tower Defense qui séparent les différents chapitres, la découverte de panoramas, la chasse aux recettes de cuisine ou la complétion à 100% de la carte du monde. Bref, il n’y a pas de quoi s’ennuyer.

Go Go Monstrum Rangers ! Défendez la tour contre les vagues d’ennemis.

Mais YS réinvente aussi

Je pense que la grosse nouveauté de cet opus est le concept des pouvoirs de Monstrum ainsi que ce qui en découle.

En effet, dans cet épisode, Adol va progressivement se faire de nouveaux alliés parmi les Monstrums. Ils ont chacun de pouvoirs utiles en combat pour exploiter les vulnérabilités des ennemis (comme dans tous les épisodes) mais aussi en exploration.

Le tout premier pouvoir vous permettra en effet d’utiliser un grappin pour atteindre des zones éloignées. Les suivants permettront entre autre d’escalader les murs pour atteindre des zones inaccessibles autrement ou de voler. Ces pouvoirs sont bien mis à profit dans l’architecture des niveaux, un peu plus labyrinthiques que d’habitude. La grande nouveauté est surtout une nouvelle dimension exploitant la hauteur et les étages jamais vue auparavant. Bon, ne nous extasions pas, nous ne sommes pas au niveau d’un Gravity Rush, mais l’architecture des donjons et de la ville est franchement chouette et utilise bien les différents pouvoirs de Monstrum.

Les phases de plateforme donnent une nouvelle dimension à l’exploration. Certains coffres sont bien planqués.

Une autre nouveauté intéressante est la gestion des points NOX. Vous devrez accumuler ces points en tuant des monstres à débusquer à des endroits qui réapparaissent aléatoirement en ville. Une fois 100 points collectés, vous pouvez briser une barrière empêchant l’accès à la zone suivante de Balduq. Cette chasse au spawn n’est pas du tout contraignante et rend les zones cloisonnées plus intéressantes à explorer.

Ces rayons sont les barrières qui freineront votre liberté d’exploration.

YS IX Monstrum Nox

Papayou

L’avis de Papayou

En Bref

YS IX Monstrum Nox est un opus incontournable pour les fans d’Action RPG Japonais ou pour les fans de la série.

La recette de ce succès allie histoire et personnages captivants, OST incomparable, combats bien rythmés, boss épiques et de nouvelles possibilités d’exploration (vol, escalade, grappin, etc.) grâce aux pouvoirs de Monstrum.

En tant que fan de la licence, je regrette juste que les titres récents perdent un peu du charme d’antan. La direction artistique et la technique depuis YS 7 m’ont toujours paru fades par rapport aux premiers épisodes. J’attends avec impatience de voir ce que Nihon Falcom nous proposera avec YS 10.

4
Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous Test : Snakebyte TWIN:CHARGE 5 & HDMI :CABLE 5
Next Le Rakna-Kadaki et l’Almudron s’illustrent dans le trailer de Monster Hunter Rise

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Romelu Lukaku défie les joueurs belges sur Playstation 5 et FIFA 21

07/12/2020
Close