Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas moi qui ai joué à ce Brothers A Tale of Two Sons Remake, ce sont mes filles, ensemble. Personnellement, j’avais acheté le jeu en 2013 sur PS3, un peu curieux de son gameplay qui nous oblige à contrôler deux frères avec une seule manette, chacun avec ses points forts et faiblesses, dans une quête pour sauver leur père.


Brothers A Tale of Two Sons Remake


Supports : PC, PS5, XBox Series

Genre : Aventure

Date de sortie : 28 février 2024

Editeur : 505 Games

Développeur : Avantgarden

Multijoueurs : Oui (local)


D2couvrez-le ou faites-le découvrir, ça vaut le coup.


  • Toujours une histoire aussi merveilleuse que terrible
  • Un beau glow-up visuel
  • L’expérience reste inchangée
  • De chouettes mécaniques de puzzle
  • La progression de plus en plus sombre
  • Les thématiques, touchantes
  • C’est un simple copier/coller du jeu original
  • Des contrôles en coopération pas aussi ergonomique qu’ils auraient dû l’être

Grandir

Je me suis donc assis confortablement pour observer leurs sessions de jeu. Chacune avec une manette en main, j’ai été assez surpris de la maniabilité assez peu ergonomique. En effet, un joueur solo contrôle le grand frère avec le stick gauche et la gâchette gauche, tandis que le stick droit et la gâchette droite permettent de manipuler le petit frère. Et bien, en passant en jeu coopératif, cette configuration ne change pas, chaque joueur ne pouvant contrôler qu’un côté de la manette. C’est un peu dommage pour le second joueur, qui doit s’adapter à une maniabilité peu intuitive, dirigeant le personnage au stick droit.

Cela dit, Brothers A Tale of Two Sons Remake propose un gameplay très simple à base d’une seule touche d’action, qui servira à activer des mécanisme, s’accrocher à des parois ou globalement interagir avec tous les environnements. J’ai été assez surpris de retrouver le jeu tel que ma mémoire me le présentait. Mon cerveau ayant visiblement la capacité de générer des Remake graphique, je n’ai pas trouvé le jeu particulièrement superbe, juste à niveau, sans fioriture inutile. On est sur un beau jeu qui a eu droit à une remise à neuf graphique bienvenue pour être acceptable aujourd’hui. En effet, la version PS3 n’ayant pas fait le voyage sur PS4, on ne pouvait plus trop y jouer sur console depuis sa sortie initiale. Je ne vis donc plus aucune excuse pour ne pas rejoindre les deux frères dans leur quête.

Ne voyez rien de fondamentalement épique dans cette aventure, mais ce qui m’avait surpris à l’époque, c’est le changement de ton progressif et le basculement vers le fabuleux et le macabre au fil de la progression. Brothers A Tale of Two Sons est une histoire qui parle de naïveté, de vulnérabilité et de la nécessité de gagner en maturité pour avancer. Ces constats se feront à l’aide de cruelles expériences, dans un jeu narratif sans dialogues.

Cela démarre avec le traumatisme du petit frère qui voit sa mère engloutie par les flots, causant chez lui une phobie de l’eau. Ensuite, c’est leur père malade, et condamné qui poussera les deux enfants à s’aventurer au loin, à la recherche d’un légendaire remède. Bien d’autres traumatismes ponctueront leur route, mais il leur faudra avancer quoi qu’il en coûte. Si je devais lui trouver un héritier récent, je dirais que l’excellent Bramble pourrait s’en rapprocher en terme d’ambiance., même si ce dernier est plus sombre et plus violent.

J’ai observé mes filles jouer ensemble, réagir avec émerveillement à chaque nouvelle zone découverte ou frissonnant d’effroi à d’autres moments. C’est en combinant la force du grand frère et l’agilité du petit frère, en se faisant confiance également, qu’elles ont pu boucler l’aventure au bout de quelques trop courtes heures. Prendre le petit frère sur le dos pour traverser des étendues d’eau qui le terrifient, utiliser la petite taille du second pour se faufiler dans de petits espaces, confier sa vie l’une à l’autre pour échapper à de mortelles créatures, mais toujours avancer ensemble. Et elles se sont prises au jeu, à la fois émerveillées et apeurées, criant parfois à l’injustice face à certains situations (comme la jeune fille promise en sacrifice, et les conséquences) et défaites par la toute dernière partie qui les a laissé sans voix.

Je n’ai pas rejoué moi-même à Brothers A Tale of Two Sons, mais je l’ai fais découvrir à deux fillettes de 9 et 12 ans qui se chamaillent tout le temps, et ça a été formidable à regarder. LE jeu en lui-même est intact, jusque dans ses détails. Il s’agit – malheureusement ou non – juste d’un lifting graphique, sans chapitre supplémentaire, mais l’aventure se suffisant à elle-même, ce n’est pas un problème si vous n’avez jamais fait le jeu à sa sortie.

Pour les autres, offrez-le à vos enfants en gardant en tête que le titre peut être violent et effrayant, mais aussi merveilleux à découvrir à deux. Né dans les années 80, je suis contre cette tendance très actuelle d’épargner toute violence aux enfants. Le monde est violent, ils doivent en avoir conscience. Les meilleurs actes peuvent être récompensés par de la trahison et la bienveillance causer des sacrifices, mais c’est un peu plus facile à traverser avec quelqu’un d’autre, ce qui nous permet au final de grandir.

Brothers A Tale of Two Sons Remake

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En bref

Déjà un de mes classique sur PS3, je suis ravis de retrouver Brothers a Tale of Two Sons sur supports modernes et de pouvoir le faire découvrir à mes propres enfants, remis visuellement au goût du jour mais identique dans tout le reste

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Toutes les annonces de la NACON Connect 2024
Next Assassin’s Creed Mirage – La fille de personne chez 404 Éditions – Fiche de lecture

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Un petit message de Jim Ryan pour les 25 ans de la PlayStation

02/12/2019
Close