En général quand on pense 4X on colle souvent l’étiquette du pan guerrier dans la conquête de territoires. Les exemples sont nombreux et il est extrêmement rare d’avoir un jeu qui reste réellement pacifiste tout au long de ses parties.

Before We Leave fait partie de cette catégorie de 4x ou le 4ème X ne sera pas Extermination mais plutôt (cherche un mot qui pourrait correspondre tout en respectant la syllabe EX) Exaltant !


Before We Leave


Supports : PC (Windows via Epic Games Store)

Genre : 4X Bac à sable

Date de sortie : 8 mai 2020

Editeur : Balancing Monkey Games

Développeur : Balancing Monkey Games

Multijoueurs :


Before We Leave est une petite respiration bienvenue dans le monde belliqueux des 4X


  • Complet et accessible
  • Direction artistique douce
  • Reposant
  • Aucun conflit
  • Quelques errances d’UI
  • Les objectifs à long terme
  • la possible routine


Survival Bonzommes

Before We Leave vous emmène sur Terre juste après une apocalypse ayant forcé l’humanité à se regrouper sous terre pour survivre.

Des siècles passent, un groupement de Bonzommes (c’est le jeu qui les appellent comme ça) refait surface afin de découvrir s’il est de nouveau possible de vivre au grand air que l’on espère viable et pourquoi pas conquérir un jour l’espace.

Et hop, nous nous retrouvons face à une sphère en low-poly divisée en hexagones sur laquelle nous allons devoir gérer des ressources, notre peuple, sa prospérité et l’expansion de son territoire.

A aucun moment vous ne devrez gérer des conflits directs, ni devrez gérer des assauts ennemis ou de la diplomatie. Tout est paisible, tout est à redécouvrir et à explorer et c’est bien agréable et reposant.

Au tout début, vous et vos Bonzommes vous n’avez pas énormément de ressources. Vos premiers besoins seront de leur construire des huttes et de commencer à cultiver des patates, car c’est bien connu, la patate c’est la vie.

Ensuite vous allez très vite avoir besoin de ressources pour vos cultivations et constructions. Alors, pour ce faire, vous ajouterez un puit et vous désignerez un ou plusieurs bûcherons. 

Petit à petit, de nouvelles capacités et constructions feront leur apparition et vous aurez de plus en plus de choses à gérer. 

Tout ceci est relativement classique, ce qui change des autres titres du genre et qui est intimement lié à son pacifisme, c’est que vous devrez vous concentrer sur l’exploration et le savoir.

Ceci aura pour résultat de faire de votre bibliothèque et votre cabane d’explorateur des points centraux de votre survie et évolution. 

L’exploration vous permet de récupérer d’anciennes technologies dans des débris avoisinants . Celles-ci auront trois couleurs de savoir, rouge, vert et bleu. Ces savoirs vous donneront des points de science et ces derniers vous seront utiles dans votre bibliothèque et son arbre technologique. 

Cet arbre est bien l’endroit où le coeur du gameplay sera le plus intéressant, le plus évolué et complexe. 

L’arbre aux Bonzommes

Car l’évolution prendra énormément en compte la couleur de vos technologies pour vous permettre de continuer votre évolution.

Au départ une seule couleur pourra vous suffire mais par la suite des combinaisons seront nécessaires.

Pour ce faire vous devrez vous étendre, coloniser d’autres îles et archipel, avec lesquelles vous devrez créer un système d’import/export afin de pouvoir faire évoluer chacune de vos colonies comme un grand tout. 

Ce système, si vous l’utilisez correctement vous permettra de spécialiser certaines îles dans certaines constructions/confections ; ce qui au global vous permettra d’avancer plus vite.

Ceci dit, rien ne vous empêche de juste répéter le schéma de votre île d’origine et de les faire avancer parallèlement. A l’usage, cette technique pourrait sembler malheureusement trop redondante. 

De plus, cette variété est clairement recommandée sur le long terme quant au bien-être de vos Bonzommes.

Même si la patate c’est la vie, ne se nourrir que de ça ne donnera pas longtemps la frite à vos habitants.

L’évolution tranquille, peut-être un peu trop.

Ce que l’on regrettera malgré tout avec Before We Leave c’est qu’en dehors de l’exploration et de votre évolution technologique, il n’y a virtuellement pas grand chose à se mettre sous la dent sur la longueur (si ce n’est du repos). 

On répète un peu toujours ses propres schémas et la routine s’installe.

Car contrairement aux 4X classiques, Before We Leave lorgne très vite vers le bac à sable et vous serez seul maître de vos objectifs. Cela pourrait polariser le public. 

Personnellement ça ne m’a pas dérangé, j’espère quelques ajouts dans le futur afin de relancer la machine et nous réserver encore quelques surprises agréables comme le jeu de base sait déjà le faire.

Test Before We Leave : Conclusion

Before We Leave est beau, doux, intéressant et réussit l’hybridation d’un 4X et d’un City Builder. On ne pourra lui reprocher que son aspect bac à sable lui créant un manque d’objectifs précis sur le long terme.

Mais son côté pacifiste, son petit prix, ses heures de jeux avant la routine et l’espoir de nouveautés à l’avenir (encore plus de conquête de l’espace ?), font de lui un titre offrant une expérience vraiment très agréable.

Montrer le reste de l'article
Précédent Relicta vous enverra sur la Lune en août
Suivant Découverte : Star Wars : Jedi Temple Challenge

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

XENOBLADE CHRONICLES 2, un Nintendo direct pour demain

06/11/2017
Close