Platinum Games est un studio qui, en un peu plus d’une décennie, est parvenu à se faire une excellente réputation dans le milieu vidéoludique. Avec ses jeux atypiques et toujours empreints d’une personnalité unique, le nom du studio est souvent synonyme d’expérience intéressante, pour peu que le joueur accepte de se laisser guider par la curiosité. Dans ce contexte, ressortir Bayonetta et Vanquish dans un bundle pour fêter les dix ans de ces deux licences semble être une excellente idée pour que les nouveaux venus découvrent ces ovnis de notre médium. Expérience réussie ou sort complètement loupé ? Réponse dans quelques chapitres !

Bayonetta a toujours autant la classe, même quand on a l’impression de la regarder à travers une mauvaise paire de lunettes.

Faisons un point rapide et succinct sur les jeux pour ceux qui seraient un peu perdus. 

Bayonetta narre l’histoire d’une sorcière aux formes généreuses et au caractère un brin provocateur qui a perdu la mémoire et qui au fil de l’aventure va botter des culs autant que reconstituer ses souvenirs, tout en découvrant des personnes et des monstres hauts en couleur. Vanquish quant à lui prend place dans un futur proche où la Terre est surpeuplée. Dans ce monde où les ressources se font rares, et où la géopolitique est très instable et propice à pas mal de problèmes, vous incarnez Sam Gideon, un Marine équipé de son armure et de ses armes pour pacifier tout ce joli bazar. C’est assez simple mais efficace. 

Vanquish est un jeu qui mérite d’être découvert.

Maintenant que les présentations sont faites, si on parlait de la technique ?

Et autant vous le dire tout de suite, c’est clairement là que le bât blesse. Il est bon de préciser que le test a été effectué par votre serviteur sur PS4 Pro et que par conséquent, je ne peux pas affirmer que les sensations seraient les mêmes sur Xbox One X, mais les lacunes techniques du portage ont été flagrantes pendant la progression dans les deux jeux. Sensations de flou quasi permanentes, quelques chutes de framerates bien visibles (c’est un handicap certain quand il s’agit de jouer à un beat’em all nerveux ou à un TPS basé sur la vitesse). Dans le cas de Bayonetta, le jeu fait penser au portage PS3 d’origine du titre qui souffrait clairement face à la version Xbox 360 à l’époque. Il a été très difficile de faire des captures exploitables, même dans le cas d’images fixes. Même si les jeux sont très jouables, ce manque criant de finition a de quoi décontenancer, reléguant cette compilation au rang d’upscale sans âme, tout juste bon à tourner sur nos consoles actuelles. 

Bayonetta, sans filtre, mais avec beaucoup de flou !

Retour au bercail (Conclusion)

Alors soyons clairs, ce n’est pas catastrophique dans l’ensemble, mais on aurait aimé voir beaucoup plus de soin de la part d’Armature Studio qui, j’en suis persuadé, est capable de nous offrir de bien meilleures expériences de jeu. S’il est difficile de dire pourquoi ces ressorties ont l’air d’avoir été faites à la va-vite, Il n’y a pas de quoi sauter au plafond au final. Bayonetta & Vanquish 10th Anniversary ne fait pas honneur à ses origines et n’est à recommander qu’à ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir y jouer sur d’autres supports. Pour les autres, procurez-vous ces jeux autrement, tout simplement. C’est un conseil pour vos yeux. 

Un lifting général aurait été bienvenu !

Bayonetta & Vanquish 10th Anniversary

  • Développeurs Armature Studio
  • Type Beat’em all / TPS
  • Support PS4, XB1
  • Sortie 18 Février 2020
Montrer le reste de l'article
Précédent Gameplay : World of Horror – Insondables horreurs
Suivant XBOX series X: Phil Spencer balance les specs!
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Orwell | Test

22/11/2016
Close