Test : Air Conflicts Collection – Une retour sur Switch qui vaut le voyage ?

Les héros de métal partent en guerre

La Nintendo Switch a souvent la réputation d’une console de seconde zone pour une partie des joueurs, notamment en termes de spécifications techniques. Mais depuis quelque temps, elle est l’hôte de certains portages plus ou moins réussis. C’est le cas cette fois-ci avec Air Conflicts Collection qui regroupe les étonnants shooters aériens Air Conflits : Secret Wars et Air Conflits : Pacific Careers dans le même pack. Alors est-ce que la virée aérienne est convaincante ? Réponse dans quelques raids !

Un petit voyage dans le temps nous ramène en 1941.

Air Conflicts : Secret Wars – Le premier appelé vers une destinée.

Petite précision avant de commencer, je ne suis pas un habitué des jeux de tir avec des ailes de métal. Ceci étant dit, l’histoire de Dorothy Derbec alias Dee Dee est plutôt intéressante. Fille d’une pilote de renom, elle pilote à son tour et l’action qui parsème les missions se déroule en 1941. On est plongés tête la première dans la Seconde Guerre Mondiale et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce ne sera pas un long fleuve tranquille ! Dee Dee passera d’une vie relativement paisible de contrebandière à celle de mercenaire enrôlée bien malgré elle dans l’un des plus grands conflits de l’Histoire. Tout au long de la petite cinquantaine de missions que vous allez parcourir (réparties en 7 campagnes) vous allez en apprendre plus sur la vie de Dorothy et la disparition de son père pendant la Première Guerre Mondiale. Sous la forme de scènes fixes joliment dessinées, vous apprendrez à vous attacher à tous ceux que Dee Dee va côtoyer. Ça n’a l’air de rien dit comme ça, mais l’immersion est véritablement au rendez-vous, toutes proportions gardées bien sûr.

Dorothy « Dee Dee » Derbec se retrouve malgré elle embarquée dans la Seconde Guerre Mondiale.

Un petit plaisir coupable pour les yeux. 

Cette version Switch est vraisemblablement un portage de la version PS3 et 360 datant de 2011. Et 8 ans, pour notre médium c’est vraiment très loin! Alors on ne va pas se mentir, c’est pas hyper joli. Mais malgré tout, le charme opère tout de même et le jeu est graphiquement agréable à jouer en mode portable. Même s’il était déjà visuellement en-dessous des standards graphiques en 2011, il se rattrape par une fluidité de jeu assez surprenante. S’il a été rehaussé pour passer sur Switch en mode TV, le poids des années demeure. Mais j’insiste sur le fait qu’il reste tout de même fun à jouer. 

Attention, le tank fume !

Il est facile de tenir le manche à balai.

Air Conflicts : Secret Wars est extrêmement facile à prendre en main. Le stick gauche pour déplacer l’appareil, le stick droit pour gérer la caméra, des boutons dédiés pour les armes et un pour en changer. Simple on vous dit. Mention spéciale pour les vues à changer en appuyant sur un stick, c’est assez intuitif pour être signalé. Avec des contrôles aussi faciles, on apprécie d’autant plus d’incarner une héroïne qui cherche à se faire une place dans l’Histoire sans vraiment le vouloir et on se concentre sur ce qu’elle vit au lieu de s’inquiéter de piloter avec précision. 

Avant d’en découdre, il faut suivre Tommy.

Les IA sont très… Vulnérables.

Il n’est pas insultant (pour une fois) de dire que les IA sont idiotes dans ce jeu. Elles ont systématiquement le même pattern de vol dans une mission donnée, ce qui fait qu’au final, le joueur va placer son avion au bon endroit pour dézinguer ses ennemis et ça s’arrêtera là la plupart du temps. Bien sûr il est conseillé de bouger pour éviter les tirs mais ce n’est vraiment pas un challenge, même à un niveau de difficulté assez élevé. J’en profite pour vous parler de la caméra qui, en vue extérieure peut facilement devenir folle et vous faire perdre vos repères. Mais après une bonne dose de combats, vous serez capables de vous en sortir avec les honneurs d’un grand aviateur. Et les différents modes de jeu sont là pour varier les plaisirs. 

Et dire qu’il faut faire confiance à un ivrogne !

Air Conflicts : Pacific Careers – Retour aux (petits) fondamentaux

S’il s’agit toujours de vivre la Seconde Guerre Mondiale, le point de vue est complètement différent. Cette fois, vous allez prendre part aux affrontements du Pacifique et le twist de base du jeu est que vous pourrez vivre les deux côtés du conflit. Soit vous volerez avec les Américains, soit vous essaierez de vous battre avec les Japonais. Si ce petit parti pris est plutôt intéressant, il manque tout de même d’envergure après l’intérêt scénaristique de Secret Wars. Mais c’est un simple détail et c’est aussi un point de vue assez personnel. 

Un petit voyage au-dessus du Pacifique, ça vous dit ?

On voit la différence visuelle !

Dès les premières secondes de jeu, on sent que les graphiques ont été revus à la hausse… Pour un jeu sorti originellement en 2012. Mais force est de constater que le gap graphique est suffisamment grand pour qu’il soit plus que notable. Il est probable que lors de son arrivée sur le marché, son identité visuelle était un de ses points forts. Sur cette version Switch, ça nous permet surtout de gagner un certain confort de jeu sur grand écran. Le rendu en mode portable est quant à lui tout à fait acceptable. Les avions sont bien modélisés (c’était aussi le cas précédemment) et les explosions sont plutôt cool à regarder.

On voit tout de suite la différence entre les 2 jeux.

L’IA est toujours aussi stupide… Mais il y a du mieux quand même!

Peu de progrès ont été faits entre les deux jeux, ce serait mentir que d’affirmer le contraire. En revanche il y a deux systèmes qui contrebalancent ce gros souci. D’abord il est possible de switcher d’un avion à l’autre pendant une bataille pour corriger une décision de vos compagnons de galère (il est d’ailleurs conseillé de bien choisir son armement sur chaque avion avant de décoller), ensuite le système de gain d’expérience est intéressant pour vos pilotes qui feront du coup un peu moins d’erreurs. Ces ajouts sont plus que bienvenus quand on sait d’où l’on vient à ce niveau.

Choisir son armement est primordial.

Oui, il est toujours aussi facile de piloter. 

Les contrôles sont toujours aussi simples à appréhender et en dehors d’un tutoriel plutôt frustrant, les batailles se gagnent facilement. Une fois encore, la campagne est intéressante et plutôt longue et les modes de jeu en ligne et hors-ligne sont plutôt intéressants. 

La vue cockpit s’avère assez intéressante.

Malgré tout, il y a un goût de trop peu !

Si on combine l’absence de scénario intéressant, des cut-scenes sans saveur et des faits historiques très peu expliqués, on se retrouve face à un jeu un peu triste où on a l’impression que c’est le service minimum qui est assuré, à savoir de meilleurs graphismes et basta. Si le pari est bel et bien celui-ci, il est gagné. Mais quand tu as suivi un personnage intéressant dans Secret Wars, ça fait vraiment du contenu un peu chiche il faut le reconnaître. Même s’il est probable que Pacific Careers souffre d’un contexte de sortie en 2012 que je ne connais pas malheureusement. Bel effort mais peut mieux faire en somme.

Choisissez votre camp : US Navy ou Marine Impériale Japonaise.

Conclusion du rapport de vol. 

Cette Air Conflicts Collection est intéressante pour ceux qui ne connaissaient pas les jeux originaux et les joueurs qui recherchent des combats aériens sur console. Sans révolutionner la formule (j’ai quand même joué à quelques classiques du genre il y a longtemps). Cette compilation fait son travail. S’il est évident que le cœur des softs ne pouvait pas changer, le portage sur Nintendo Switch est honnête sans casser la baraque non plus. Si vous manquez de jeux ces temps-ci, ce pack pourrait agréablement vous surprendre. 

Votre commandant vous briefe avant chaque décollage.

Temps de lecture : environ 6 minutes

Air Conflicts Collection

  • Développeurs Game Farm
  • Type Shooter aérien
  • Support Switch
  • Sortie 26 Mars 2019
Air Conflicts Collection à notre sauce
7/10
Air Conflicts Collection à notre sauce
Y'a bon
  • L'histoire de Secret Wars est intéressante
  • Facile à prendre en main
  • Des campagnes assez longues
Beuuuuwark
  • Pacific Careers beaucoup moins captivant
  • Les IA idiotes
  • Le poids des années se fait quand même sentir
  • TECHNIQUE
    6/10
  • ERGONOMIE
    8/10
  • ESTHÉTIQUE
    7/10
  • AUDIO
    6/10
  • CONTENU
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo