Vous le savez, le rétrogaming a la cote. Les vieux joueurs cherchent à regoûter aux titres qui ont marqué leur enfance tandis que les jeunes découvrent des jeux issus d’une époque qu’ils n’ont pas connu. Pourtant pour jouer aux jeux rétros, il y a 2 écoles : sur émulateur ou sur console d’origine.

Si le joueur opte pour l’émulateur, autant dire que c’est tout un  univers de jeux qui s’ouvre devant lui. En effet, il est possible de trouver à peu près n’importe quel jeu rétro, qu’il soit sorti en Europe ou non. Et s’il n’est pas dans votre langue, vous aurez peut-être la chance de tomber sur une team de fans qui se sera attelée à la traduction de ce titre dans la langue de Molière. Ces mêmes fans seront aussi capables de sortir des versions dites « hackées » de grands jeux. Une partie de Sonic avec Tails comme héros principal ? Une séance de Super Mario World avec des niveaux supplémentaires ? Pas de problème, il y en a pour tous les goûts.

Sauf que, si l’émulateur ne pose pas de soucis légaux, il n’en va pas de même pour les roms. Vous vous en doutez, télécharger la rom d’un jeu que vous ne possédez pas est illégal. Alors oui, ça n’effraiera pas grand monde de le savoir mais au moins, vous voilà prévenus. Vous pouvez toujours choisir l’option légale avec l’émulation sur console actuelle ou next-gen (Console virtuelle de la Wii,etc). Malheureusement, si les grands noms du secteur tentent de profiter du succès du rétrogaming, ils le font en pratiquant des prix prohibitifs.

Un autre désavantage de l’émulation est la distraction. Car jouer sur émulateur, c’est un peu comme lire sur une tablette : c’est pratique mais on est vite distrait par autre chose. Un mail qui arrive, un message sur Facebook qui pop, la sonnerie de Skype,etc. Bref, autant de petites choses qui peuvent interrompre votre partie et parfois prématurément. Alors oui, il suffit de tout fermer mais la tentation est toujours là, à portée de main. Comme la tentation de tricher !

Les émulateurs proposent souvent des modes façon « action replay » permettant de tricher et de s’octroyer tous les bonus possibles et imaginables. Plus subtils, ils proposent aussi un outil pour sauvegarder où bon nous semble. Quand on sait qu’un certain nombre de jeux de l’époque ne comportait pas de système de sauvegarde, on comprend tout de suite l’intérêt d’une telle fonction. Comme pour la distraction dont on parlait plus haut, il suffit de ne pas l’utiliser mais il ne faut pas beaucoup pour tenter le diable, pas vrai ?

emulateur

S’offre donc au joueur la seconde option, à savoir se procurer les consoles d’époques. Ces objets sont de petites capsules temporelles pour les joueurs qui les tiennent entre leurs mains. Comment ne pas être pris d’une irrépressible nostalgie lorsque l’on tient un  pad NES entre les mains ?

Malheureusement, ces vieilles consoles ne sont plus produites (c’est vrai ?), du coup, le joueur devra se tourner vers le marché de l’occasion. Et comme la demande de jeux et consoles rétro augmente, l’offre s’adapte et les prix avec. Vous voulez vous offrir une Neo-geo, une vraie (celle avec cartouche, pas l’horrible version cd), il vous en coûtera un bras. Et si vous êtes assez fous pour vouloir des jeux qui vont dessus, il vous en coûtera vos autres membres. Car certains vendeurs particuliers tapent littéralement dans les prix, trop contents de pouvoir exploiter une demande en constante augmentation. Mais si le rétrogaming n’est pas forcément à la portée de toutes les bourses, il n’est pas non plus à celle de toutes les maisonnées.

On ne vous apprend rien en vous rappelant qu’une partie de ces vieilles consoles requiert une télévision cathodique pour fonctionner, télé qui, en plus d’être en voie de disparition, prend de la place. Comptez une ou plusieurs consoles rétro,  leurs jeux, leurs manettes et tous les fils qui vont avec et vous obtenez un espace parfois conséquent qu’il vous faudra prévoir dans votre chez vous. Et évidemment, qui dit vieille console, dit maintenance. Ces objets ne rajeunissent pas et il vous faudra parfois avoir une âme de bricoleur afin de les entretenir avec amour.

jeux-rétro-collection

Reste que posséder ces consoles, c’est à la fois satisfaire le joueur et le collectionneur qui est en nous. Certaines pièces sont des pièces de collections et les posséder relève parfois de la sauvegarde du patrimoine vidéoludique.Et soyons honnêtes, voir un jeune gamin d’aujourdhui jouer à Super Mario World sur un veille Super Nes, assis devant sa télé, comme nous il y a 20 ans, ça fait un petit quelque chose, non ?

Mais au final, peu importe le support que vous choisissez, la passion est la même et comme le dit l’adage « peu importe le flacon, pourvu quon ait l’ivresse ». Alors, vive le rétrogaming !

Montrer le reste de l'article
Précédent Bound By Flame | PS4 – Test
Suivant Mugen Souls Z | Test

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Gameplay : Slayaway Camp – Une trilogie sinon rien !

01/11/2017
Close