Pour les personnes ayant joué au premier opus « Remothered : Tormented Father », il était naturel que l’annonce d’une suite à cette histoire allait faire naître une envie d’y poser les mains. Même si le premier opus n’était pas parfait dans ces mécaniques de gameplay, il avait su me plonger dans l’ambiance stressante du manoir. C’est donc avec un certain enthousiasme que j’attendais ce second opus : Remothered Broken Porcelain.


Remothered: Broken Porcelain


Supports : PS4, XONE, Switch, PC

Genre : Horreur

Date de sortie : 13 Octobre 2020

Editeur : Modus Games

Développeur : Stormind Games

Multijoueurs : Non


Une amer déception pour ce Remothered : Broken Porcelain.


  • L’ambiance oppressantes
  • Le doublage.
  • Trop de cinématiques !
  • Trop de bugs
  • Une IA pas très réactive
  • Les séquences de gameplay sont courtes et peu transcendantes.
  • Des combats de boss sans boss.
  • Les contrôles chaotiques.
  • Une narration tirée par les cheveux.
  • Des changements de personnages sans transitions

L’impatience en valait la chandelle ?

Si vous suivez l’actualité du site, vous avez sûrement du apercevoir mon article qui traitait de la preview du jeu. C’est à dire une démo de plus au moins une heure qui nous permet de nous faire un avis plus au moins clair de ce que sera le jeu final. Dans cette dernière j’étais relativement confiant quant à la direction que prenait le jeu, nouvelle mécanique de gameplay, une ambiance similaire au premier etc. Malgré quelques bugs, rien d’alarmant.

AU BUCHER SORCIERE !

Bon, il suffit de tourner autour du pot ! C’est une véritable douche froide pour ce second épisode de Remothered. Des phases de gameplay beaucoup trop courtes comparé à son prédécesseur, des contrôles chaotiques, une histoire à s’arracher les cheveux, mais surtout des bugs inconcevables pour une sortie de jeu. Malgré une bonne volonté des développeurs de faire des mises à jours régulières de leur jeu, rien n’y fait. Prendre le risque de sortir une suite avec encore trop de choses à régler, c’est se tirer une balle dans le pied. Voilà c’était mon paragraphe coup de gueule, mon but n’est évidement pas de descendre le jeu et je vais évidement expliquer pourquoi j’ai été si déçu de cet épisode.

Un gameplay sans saveur ?

Je l’ai pourtant dit au début de l’article, malgré la présence de quelques bug durant la review, le principe du jeu restait significativement le même. C’est à dire : déambuler à travers une grande baraque tout en réalisant une série d’objectifs qui vous permettra de débloquer divers objets, qui eux même vous aideront à déverrouiller de nouvelles pièces/accessoires, pour ainsi progresser. Tout ceci dans la plus grande discrétion au péril de vous faire repérer par le ou les méchant(s) qui rôdent. Mais après cette première phase de gameplay passée et quelques cinématique passées, la façon dont le jeu s’aborde est totalement différent.

Une IA pas très futée.

Nous n’aurons quasi plus la liberté de nous balader comme bon nous semble dans cette immense maison pour tenter de découvrir objets et indices. Cette fois-ci vous devrez parcourir un chemin défini entre un point A et un point B. Une fois réussi, une cinématique s’enclenche avant de retomber à nouveau dans ce schéma.

J’ai insulté ma manette

Si vous ne le saviez pas, sachez que j’ai d’abord fait le jeu complet en live sur notre chaîne Twitch avant de me mettre à la rédaction de ce test. Pour les personnes présentes durant l’intégralité du gameplay, ces dernières ont pu s’apercevoir comme moi, de la complexité de certains contrôles. A un moment donné de l’histoire vous parviendrez à acquérir un nouveau pouvoir.

Vous aurez la joie de vous voir mourir a travers vos yeux de papillon.

Ce dernier vous permet de vous mettre dans les yeux d’un papillon et de vous mouvoir pendant un certain temps avant de réintégrer votre corps. Un véritable CALVAIRE de prise en main. Aucune explication présente pour nous dire comment nous déplacer ou même interagir avec les objets. Une touche pour accélérer la vitesse de votre insecte-bolide et c’est tout. Faites bien attention à comment prendre vos virages car une fois écrasé sur le mur, la caméra partira en véritable tête à queue. De quoi donner des nausées.

Le jeu est encore en alpha ?

Si seulement. On conçoit qu’il est tout à fait acceptable d’avoir certains bugs. Malheureusement ceux présents dans Remothered : Broekn Porcelain sont d’un tout autre niveau et nuisent considérablement à l’expérience de jeu. En espérant que cela ait été patché, mais il vous sera possible d’affronter un certain boss et que ce dernier disparaisse tout simplement de la pièce, ne vous laissant donc aucune chance de finir cette séquence. Le retour au menu principal et le reload de la sauvegarde sera alors nécessaire.

LA QTE qui reste à l’écran alors qu’il n’y a rien.

J’ai également remarqué que si un trop grand nombre d’actions étaient appliquées simultanément le jeu pouvait tout simplement planter. Par exemple : Encore lors d’une phase de boss, ce dernier me poursuit et je n’ai plus qu’une action à faire pour le battre. Pendant le moment où je réalisé cette action, le boss m’attrape, et j’entre donc dans une phase de QTE pour pouvoir m’en sortir. Le jeu a tout simplement planté : le boss à disparu et les touches me servant à la QTE sont restées figées à l’écran. Mon personnage quant à lui réalisait les différentes actions de défense dans le vide.

RE-LOAD.

Remothered: Borken Porcelain -Conclusion

Le nouveau bug d’horreur.

Une amère déception pour ce Remothered : Broken Porcelain. Le premier opus ayant été excellent, j’aurai eu l’espérance que ce second volet aille puiser les bonnes idées de ce dernier tout en les améliorant. Avec un gameplay à la limite de l’arrachage de cheveux à certains moments, l’histoire quant à elle est très compliquée à suivre. Beaucoup trop de cinématiques qui auront plus tendance à nous embrouiller au lieu de nous éclairer sur la suite de l’histoire.

Même si Broken Porcelain est un vrai flop. Il lui reste néanmoins des bonnes notes, une ambiance qui nous fera toujours avancer à pas de loup en espérant ne pas se faire repérer par nos nombreux prédateurs. Le doublage anglais est également très bien réalisé, ce qui retransmet très bien les émotions de nos différents protagonistes. On espère de nombreuses améliorations de la part des développeurs pour palier aux nombreux problèmes du jeu.

Show Full Content
Previous Test : The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV – La fin d’une ère qui tire en longeur
Next Test : Watch Dogs: Legion – Une troisième dimension bien particulière.

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Mortal Kombat 11 : Johnny Cage répond présent au casting

27/02/2019
Close