Persona 4 Dancing All Night | Test

...
Persona 4 Dancing All Night une

Persona 4 Dancing All Night est un spin-off de la très célèbre licence de JRPG Persona. Ici, les développeurs s’aventurent en terre inconnue en nous proposant un jeu hybride mélangeant jeu de rythme et visual novel, rien que ça.

Après avoir été assez hypé par ce titre suite à la présentation faite à la gamescom, regardons plus en détail ce qu’il nous propose.

Persona 4 Dancing All Night izanagi

Un persona, ça a plein de ressources. Izanagi nous tape un petit solo de basse de derrière les fagots.

Danse avec les shadows

Persona 4 Dancing All Night (P4D), c’est à vrai dire 2 jeux en 1. Le titre vous propose en effet à la fois un visual novel et un jeu de rythme via 2 modes distincts : les bien nommés « story mode » et « free dance« .

Ces deux modes sont accessibles d’emblée et vous permettent d’ignorer l’un ou l’autre complètement si le cœur vous en dit. Par exemple, si vous n’êtes pas du tout intéressé par le mode histoire, vous pouvez directement vous diriger vers le dance floor grâce au mode free dance.

Le mode histoire se déroule à la façon d’un visual novel classique et vous fera vivre une nouvelle aventure suivant directement le scénario de Persona 4. Il nous a paru indispensable d’y avoir joué pour comprendre un minimum les événements de Persona 4 Dancing All Night. Du coup, le mode « Free dance » permet aux joueurs n’ayant jamais fait Persona 4 de pouvoir profiter de la partie rythmique de Persona Dancing.

En essayant de ne rien spoiler, le mode histoire se situe 6 mois après le dénouement de Persona 4. On y retrouve tous nos héros dans un contexte assez inhabituel. Le jeu commence en vous annonçant que vous allez devoir participer en tant que danseur au concert de retour sur scène de votre amie « pop idol » Rise Fujikawa. Étant plus habitué à jouer les détectives que les John Travolta, vous ne serez donc pas trop dans votre élément. Toutefois, une rumeur étrange va vous faire remettre votre chapeau de Sherlock Holmes. En effet, il se dit que les personnes visitant le site web de l’événement à minuit disparaissent mystérieusement peu après. Ce sera donc parti pour une nouvelle enquête qui, comme dans Persona 4, vous conduira dans un monde parallèle peuplé de créatures surnaturelles, les shadows. Vous et vos amis seront amenés à comprendre ce qui s’y trame et tenter de sauver les personnes disparues.

Après avoir fini l’histoire principale, nous avons trouvé ce scénario particulièrement bien écrit et dans la continuité des événements de Persona 4, malgré le contexte assez incongru pour la série. De plus, le tout reste cohérent avec ses prédécesseurs malgré ce contexte de danse, le nouveau monde des shadows et la nouvelle façon de les combattre.

Pour un visual novel assez bavard, je me suis même surpris à ne passer aucun dialogues tant ils sont bien écrits et donnent de nombreuses réponses à des questions que je me posais sur les shadows après avoir fini Persona 4. Bref, vous devriez vraiment apprécier l’histoire de Persona 4 Dancing All Night si vous avez aimé le 4.

Notez également que vous pourrez rejouer chaque chapitre comme bon vous semble à tout moment et pourrez accéder à une galerie de CG et de vidéos pour faire plaisir à vos mirettes.

Le seul reproche que nous ferions vis-à-vis de cette partie « Visual Novel » est que les choix à effectuer au cours des conversations n’ont aucunement orienté le déroulement de l’histoire. Ils n’ont l’air présent que pour ajouter un peu d’interaction dans le récit.

Persona 4 Dancing All Night dialogue

L’histoire se déroule à la façon d’un Visual Novel classique : des décors fixes en 2D et des kilomètres de texte de temps en temps interrompus par un choix à effectuer ou un « combat ».

Strabisme divergent

Le mode « free dance » est un jeu de rythme assez original dans sa mise en scène. Vos personnages vont effectuer une chorégraphie digne de Kamel Ouali sur des musiques issues de la série Persona, des remix ou des titres originaux. Toutes ces chansons sont d’ailleurs particulièrement réussies et on les a rapidement en tête. On retrouve le style très groovy de la licence mais on nous donne aussi des sons plus pop et éléctro qui ne détonnent pas du tout avec le reste.

Une fois sur scène, si vous arrivez à faire passer la jauge de satisfaction d’audience dans le vert en ne loupant pas trop de notes, ça sera réussi. « You did it! » comme dirait Dora, et vous pourrez vous la péter sur les internets en affichant fièrement votre score.

Cependant, ça ne sera pas forcément une partie de plaisir étant donné la zone de jeu qui favorisera certainement les joueurs dotés de strabisme divergent.

me-gusta

Vous risquez d’avoir les mêmes yeux si vous jouez trop à Persona Dancing

En effet, comme vous allez le voir dans la vidéo ci-dessous, les notes vont partir dans tous les sens sur l’écran et vous devrez appuyer sur les bonnes combinaisons de touches en rythme pour réussir. Bref, faites votre gymnastique des yeux avant de vous lancer. Rassurez-vous, la vidéo qui suit illustre le mode le plus difficile du jeu. Cependant, même le mode facile sera déroutant au début de votre carrière de danseur. Vous allez vous faire doucher, mec !

Malgré la difficulté initiale, on s’habitue assez rapidement au mode facile et on progresse petit à petit. On entame alors le moyen, puis le difficile, pour finalement s’attaquer au mode « All Night ». Nous avons trouvé qu’avec de l’entrainement, on arrive relativement vite à dompter le jeu et il devient de plus en plus fun d’y jouer.

De plus, les chansons proposent des notes optionnelles qui sonnent comme des scratchs, souvent à contre temps, et qui permettent de pimenter encore le jeu. Vous pouvez vous la jouer « safe » en ne faisant que les notes obligatoires mais pouvez aussi tenter de faire péter le score et le compteur de combo en réussissant tous les scratchs. Certains scratchs spéciaux, les « fever », permettent également de débloquer des séquences de chorégraphie additionnelles où un de vos amis viendra faire bruler le dance floor avec vous.

Persona 4 Dancing All Night fusion

En réussissant un « fever », on a parfois droit à un duo amusant. On vous a mis un petit costume fan-service rien que pour vous en plus.

All Night long

De nombreux petits éléments sont également ajoutés pour vous donner envie de vous trémousser un maximum et ne pas laisser de côté ce Persona après avoir fini le mode histoire ou avoir trop galéré sur des chansons difficiles.

Premièrement, le jeu propose une boutique où vous pourrez dépenser la monnaie acquise in-game en réussissant des chansons. Vous pourrez y acheter  des costumes et accessoires pour customiser vos personnages. Certains sont uniquement disponibles en DLC, mais sachez qu’il y en a quand même un bon paquet disponibles par défaut.

Persona 4 Dancing All Night boutique

Donnez-nous des sous !

Ensuite, le scoring, cette joie de faire péter un perfect sur une track bien difficile et afficher votre résultat. Via le magasin, vous pourrez acheter des objets avec la monnaie in-game qui vous aideront à faire ce perfect tant convoité, au détriment de diminuer votre score. Vous pourrez également acheter des objets qui augmentent la difficulté, pour vous permettre de multiplier votre score.

Persona 4 Dancing All Night boosters

Une fois un power up acheté au magasin, vous pourrez l’activer ou le désactiver comme bon vous semble sur chaque chanson en mode « Free Dance »

Bref, tous ces à cotés donnent une bonne replay value au titre et vous pousseront à vous dépasser pour arriver jusqu’au rang « All Night ». A titre d’information, il nous a fallu environ 20h pour finir le mode histoire et terminer toutes les chansons disponibles jusqu’au mode All Night sur lequel nous sommes toujours en train de nous casser les dents…

Il en reste un peu ?

Malgré tout ce joli tableau, nous avons tout de même eu un léger sentiment de trop peu. En effet, la trentaine de chansons disponibles est vite bouclée. Ces titres sont malheureusement assez peu variés car on retrouve parmi eux plusieurs remix. Toutefois, vous pourrez passer par la case DLC pour acheter de nouvelles chansons et de nouveaux personnages, comme Marie ou même une version revue de Miku Hatsune.

De plus, les chorégraphies se passent souvent dans les mêmes environnements. La série Vocaloid nous avait par exemple habitué à des clips un peu plus variés qui méritaient d’être revus en mode « vidéo ». Toutefois, il est quand même agréable de revoir les chansons de Persona Dancing en mode « vidéo » pour apprécier les chorégraphies.

On reste également un tout petit peu sur sa faim après la conclusion du mode histoire. Il débloque une nouvelle séquence dans un style graphique légèrement différent dont nous aurions volontiers voulu en voir plus. De ce coté-là, malheureusement, pas de DLC à l’horizon pour combler au manque.

Conclusion.

Persona 4 Dancing All Night, c’est en fait deux jeux en un : un visual novel nous plongeant dans la continuité de Persona 4 et un jeu de rythme. La partie visual novel est dotée d’un excellent scénario, s’intégrant parfaitement dans la série et donnant plein d’explications sur le monde des shadows. La partie rythmique est également de très bonne facture, permettant aussi bien aux novices qu’aux experts de s’amuser grâce aux différents modes de difficulté et aux items activables pour pimenter ou simplifier le gameplay.

Notre seul regret est qu’on aurait aimé avoir plus de contenu pour continuer l’aventure. Il y a aujourd’hui quelques chansons et personnages supplémentaires en DLC, mais pas de nouveau scénario à l’horizon.

Persona 4 Dancing All Night cover

Persona 4 Dancing All Night

  • Développeurs Atlus
  • Éditeurs Atlus / NIS America
  • Type Visual novel/jeu de rythme
  • Support PSVita
  • Sortie 6 Novembre 2015
Note Les feux de l'amour
Note PXLECTION

Y’a bon!

[unordered_list style= »green-dot »]

  • Deux jeux en un : un visual novel et un jeu de rythme
  • Un très bon scénario dans la continuité de Persona 4
  • Un jeu de rythme abordable pour les novices et pouvant offrir du challenge pour les experts grâce aux items déblocables
  • De très bons morceaux. On regrette cependant qu’il n’y en ait pas plus.
  • Fluidité du gameplay
  • Le character design et les séquences animées

[/unordered_list]

Beuargh!

[unordered_list style= »red-x »]

  • On en voudrait plus
  • Un déroulement de l’histoire très linéaire. A quoi servent les choix ?

[/unordered_list]

Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Avatar

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre