N’y allons pas avec le dos de la cuillère à café : I am Bread n’est pas à proprement parler un bon jeu, mais avouons que c’est un jeu qu’on aime bien quand même.

Pardon ? “Qu’est ce que I am Bread ? Ben c’est un jeu où on dirige une tranche de pain vers un toaster, quoi d’autre ?

Vous avez de ces questions parfois…

On s’en paye une tranche ?

Bhouuuu mais quel jeu de mot déjà utilisé partout ! Promis, je ferais mieux pour le second inter-titre. I am Bread, c’est un peu la blague potache des concepteurs de Surgeon Simulator (ou “La chirurgie bourrée et décomplexée”) où il est question d’une tranche de pain avec un rêve. OUI MONSIEUR, les rêves ne sont pas le privilèges d’êtres aussi évolués que nous, car cette tranche va tout quitter, planche comme tranches, pour se mettre en quête d’un toaster ! D’abord dans la cuisine, puis dans d’autres lieux tous plus improbables les uns que les autres. Un tranche qui voit grand, qu’on vous dit ! C’est pas pour rien que la jaquette du jeu rappelle un peu “Day of the Tentacle” (impression personnelle… quoi, j’ai pas raison ?).

Les modes annexes sont quand même bien cons
Les modes annexes sont quand même bien cons

Seulement voilà, pour contrôler cette petite tranche, il va falloir soit la faire ramper trèèèèès (mais alors trèèèèèèèèèèèèèèès) lentement sur des surfaces propres, soit la faire se déplacer sur la tranche en veillant bien à ne pas ramasser au passages des choses dégueulasses comme des fourmis, de la boue ou du liquide vaisselle… si au passage, vous arrivez à vous beurrer la tronche, c’est mieux.

Non, “littéralement” vous beurrer la tronche, on parle d’une tranche de pain là, je vous rappelle !

Outre ce réjouissant petit programme, nous avons aussi d’autres modes complètement cons, comme la course du Bagel (qui consiste à faire rouler un… bagel – je suis fier de vous – sur une piste constituée de différents check-points dans un temps imparti) ou vous amuser à détruire le plus de choses possible avec une grosse baguette – et je vous sens déjà ricaner, petits coquins que vous êtes – pour faire un maximum de point. Un autre mode vous propose les mêmes niveaux que l’original… à la gravité 0. Votre tranche épique étant alors équipée de 4 mini propulseurs à ses extrémités pour tenter de se diriger vers sa terre promise.

J’ai bien dis tenter.

Un jour sans pain

Et c’est ici qu’on rigole moins.

J’avoue sans peine avoir adhéré au concept complètement fou de cette tranche de pain et de ses variantes. C’est fun, idiot au possible et complètement décalé. Par contre c’est aussi totalement injouable. Là ou Surgeon Simulator proposait des contrôles complètement hasardeux qui se prêtaient très bien au délire d’un chirurgien, les petits gars de Bossa Studios ont pensé qu’il serait intéressant et “gigalolz” tout plein de réitérer l’exploit avec I am Bread.

Chaque touche de la manette sert à diriger un bout du toast en devenir, les 4 gâchettes servant aux déplacements sur les tranches tandis que les 4 boutons sont utilisés pour “accrocher” un objet (un bout d’assiette, un couteau, etc…-) pour se déplacer avec lui ou tenter de s’étaler quelque chose de gras sur le corps.

Vous imaginez des choses.

Vous êtes sales.

Mais vous êtes normaux.

Bref.

I am Bread se révèle très exigeant car au vue des contrôles complètement fous, on a tôt fait de tomber sur le sol sale ou de faire un faux mouvement tant cette foutue tranche est difficile à manipuler. Au lieu de rigoler, on peste devant une si mauvaise ergonomie, d’autant qu’une jauge de saleté se rempli dés que vous touchez le sol ou que vous vous frottez à quelque chose de peu consommable. L’idée de départ est bonne, car les niveaux proposent souvent plusieurs façons de rejoindre son objectif avec des obstacles à éviter, mais la complexité des contrôles rend le tout plus frustrant qu’amusant. On perd vite, on s’emmêle les pinceau facilement, et pour finir, on balance la manette en hurlant de frustration. C’est peut-être drôle pour ceux qui regardent au début – et encore, découper un patient maladroitement à un côté gore plus fun et décalé qu’une tranche de pain qui tombe – mais pour le joueur lui-même, l’absurdité de la situation passe du délire à la colère en quelques minutes à peine.

Et cette phrase ne veut rien dire, mais vous avez saisi l’idée.

Conclusion.

Bref, l’idée était bonne, la gestion de la physique aussi, les modes alternatifs présentent de chouettes… alternatives (qui l’eût crû ?) mais au final, il ne reste qu’une impression très mitigée à cause de ces foutus contrôles… raaaah je l’aimais bien cette tranche de pain. Je l’avais même baptisée Ralph…

I am Bread

  • Développeurs Bossa Studios
  • Type Simulateur de pain
  • Support PC-PS4-IOS
  • Sortie 25 Août 2015

Y’a bon!

  • On dirige une tartine
  • Complètement barré
  • Les modes annexes sympas

Beuargh!

  • Les contrôles en roue libre sabotent le jeu
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Street Fighter V : voici la config pour qu’il tourne sur PC
Next For The King : un RPG rogue-like qui s’annonce vraiment bien

1 thought on “I am Bread | Test

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Test – Another Code Recollection : Mémoires remasterisées

19/01/2024
Close