Critique: The Mandalorian épisode 5

De retour à la cantina

L’épisode 5 de The Mandalorian est sorti vendredi dernier. La critique qui va suivre risque de comporter des spoilers. Je vous invite donc d’abord à regarder l’épisode.

Commençons par un petit résumé. Nous retrouvons notre Mandalorien dans un combat en vaisseau.  Il remporte le combat mais subit de gros dégâts, ce qui l’obligera à atterrir sur une planète bien connue, Tatooine.

Après avoir rejoins la cantina pour trouver un travail, il obtiendra comme mission d’aller chasser une autre chasseuse de primes au gros palmarès.

Nous pouvons donc voir que l’épisode se déroule comme les précédents. Un problème, une quête proposée, la réussite de la quête, et on repart à l’aventure. Même si ça reste intéressant pour gonfler l’univers et tout de même très plaisant à suivre, il est dommage de ne pas trop savoir vers où on va avec ce bébé de la race de Yoda. Il y a toujours pas mal de questions en suspend, et même si nous ne sommes qu’au début, il est dommage de ne pas savoir ce que sont vraiment les plans du Mandalorien. Trouver une cachette pour le petit ? Apprendre ce que les impériaux voulaient en faire ? Savoir d’où il vient ? etc., etc.

Ici comme on retourne sur Tatooine on peut clairement ressentir une envie de jouer sur notre nostalgie. Les différents plans dans la cantina donnent directement une impression de retour à la maison. Pareil pour le restant de l’épisode qui nous montre continuellement ce qu’on connaît de Tatooine via les films (comme les droïdes mécanos de la menace fantôme (épisode I), ou les Tuskens que l’on croise dans l’attaque des clones ou le nouvel espoir (épisodes II et IV)). Cependant, il y a aussi une volonté de développer le lore, en nous montrant une façon de communiquer avec les Tuskens: une sorte de langage des signes.

Malgré le fait que le point cité plus haut est obligatoire pour faire concorder la série avec l’univers dans lequel ça se passe, je trouve ce 5e épisode un rien trop attaché aux films. Il est plaisant de voir des références, mais ça manquait un peu de nouveauté. Par exemple les droïdes mécaniciens, c’est agréable de les revoir, mais la série se déroule quelques années après le retour du jedi (épisode VI). Les droïdes mécanos étaient utilisé 70-80 ans auparavant. La mécanicienne tenant un statio-port aurait pu avoir d’autres types de droïdes, nous permettant de développer un peu plus l’univers au lieu de nous donner un surplus de nostalgie.

Comme pour les anciens épisodes nous tombons ici sur un nouveau groupe de personnages (en dehors du Mandalorien et du bébé). Les nouveaux personnages, la mécano et le jeune chasseur de primes, ont une écriture très attachante.

Ils sont écrits avec plusieurs visages ce qui offre plus de profondeur aux personnages, nous laissant imaginer leurs passés. La mécano nous apparaît comme une bourrue ayant tout vu et à qui on ne doit pas trop se frotter. Cependant on lui découvre très vite un grand cœur et un certain esprit maternel que l’on verra avec ses droïdes et évidemment le bébé de la race de Yoda. Pour le jeune chasseur, il arrive comme un vaniteux peu expérimenté qui sera très vite recalé par notre Mandalorien. Mais le personnage ne perdra pas sa confiance en lui et n’hésitera pas à toujours se trouver du côté où la prime est la plus haute.

Pour ce qui est du bébé et du mandalorien, le bébé garde toujours une place de fardeau pour le mandalorien. Pour nous il apporte toujours cette touche plus mignonne et amusante qu’il manque au Mandalorien. Ce dernier suit le traitement qu’il a depuis le début. Il reste très froid, et peu confiant par rapport au monde qui l’entoure. Cependant les interactions avec la mécano nous rappellent aussi que c’est un bon gars, courtois et à l’écoute de ceux qui l’entourent.

Sans spoiler entièrement le fin mot de l’histoire, cette dernière nous montre encore un autre aspect du travail de chasseur de primes. Ici nous verrons un peu plus en détails la fourberie et les alliances qui peuvent se faire et se défaire entre chasseurs. Sans être de la manipulation à la Game Of Thrones, le retournement de situation est plaisant à voir et rappelle bien le côté instable de la situation du Mandalorien.

Encore une fois, nous allons voir le Mandalorien réaliser un combat assez périlleux. Mais ce dernier aura pour but de nous montrer le côté stratège de Mando. Là ou les autres situations nous montraient plus son côté dangereux et bon combattant, ici, il sera plus question de timing et de patience. C’est plutôt bien pensé, et ça nous offre une vision différente du combat et par conséquent fait grossir le côté dangereux et armes vivantes du Mandalorien.

L’épisode 5 garde un très bon niveau. C’est divertissant et beau à voir. Le retour à Mos Eisley fait plaisir même si j’aurais préféré un petit peu plus de nouveautés pour un peu moins de nostalgie. Bon, Tatooine oblige, il se devait nostalgique. Toutefois, il serait intéressant pour les prochains épisodes de commencer un peu à voir où ils veulent en venir avec ce bébé. Ce qui nous laisse sur notre faim, mais qui ne promet que du bon.

Commentaires Facebook
Catégories
Le blog des cuisiniers
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre