Bomb est un simulateur d’avion avec un esprit cartoon. Dans vos rêves les plus fous, vous pouvez imaginer la rencontre entre Crimson Skies,  IL-2 et… Porco Rosso! Car si Bomb reste un simulateur aérien, il n’en demeure pas moi le premier que je vois arborer volontairement un esprit cartoon. Il y avait bien The Sky Crawlers : Innocent Aces (les papas de Ace Combat) sur Nintendo Wii (un jeu absolument méconnu mais particulièrement bon et prenant) qui amorça la « démocratisation animé » de la simulation de vol sur le point vue visuel mais qui restait, au niveau du gameplay, tout de même purement arcade. Penchons un peu plus sur ce jeu créé de toutes pièces en France dans la belle ville de Lyon par « La Moustache Studio ».

La vue interne est vraiment le meilleur choix à faire pour les amateurs de sensations fortes.
La vue interne est vraiment le meilleur choix à faire pour les amateurs de sensations fortes.

Da Bomb

Le jeu prend place sous une musique digne d’un Monkey Island dans des îles qui semblent être proches des tropiques. Le personnage principal que vous allez incarner se nomme « Marcel Gaston », dit « La moustache ». Rustre macho, alcoolique, insolant et nonchalant, Marcel Gaston a tout du baroudeur que vous n’aimeriez pas avoir en tant que voisin lors d’un long courrier. Navigant dans les nuages avec un taux d’alcoolémie à faire tomber les mouches, c’est pourtant bien ce personnage que vous allez faire décoller. Aidé de son fidèle et pour le moins androgyne bras droit mécanicien asiatique, ils vont tous deux s’entre-motiver pour tenter de s’en sortir… Mais surtout réparer les boulettes de Marcel qui a la fâcheuse tendance à attirer les mafieux, les ennuis et à se faire rapidement des ennemis.

Certains appareils se pilote beaucoup plus facilement.
Certains appareils se pilotent beaucoup plus facilement.

Un tableau d’aplats rien que pour vos yeux

A la croisée entre le dessin animé et le réalisme détaillé des appareils jouable. Bomb est un un très joli jeu qui vous séduira d’emblée par sa charte graphique. Imaginez un jeu cartoon sans cel shading, où seuls les aplats de couleurs opposées et pastels donnent formes aux volumes d’eau et autres polygones du titre lyonnais. Imaginez un mix entre Windwaker pour les couleurs, et Dishonored pour la technique. Les décors sont cruellement vides, et les différentes îles qui habitent l’océan à perte de vue ne sont que des amas d’arbres verts où bien peu de vie locale semble exister. Mais étrangement, ça fonctionne! Et même très bien! Grâce aux effets de fumée particulièrement réussi, les explosions et les différents volumes créés par tous ces éléments. Vos moteurs, vos mitraillettes, le vent, les étincelles, les traînées de fumée, la frappe d’un ennemis, les nuages, l’écume des mers… Tous ces FX sont vraiment magnifiques et donneront vie à vos parties. Des parties qui commencent sur les chapeaux de roues, enfin les chapeaux d’ailes.

Notre île avec notre QG à un petit air de Monkey Island jusque dans son thème musical
Notre île avec notre QG à un petit air de Monkey Island jusque dans son thème musical

 Un Gameplay arcade? Simu? On vole?

Ça pour voler, oui on vole! On ne fait d’ailleurs que ça. Chaque mission débute par une petite histoire, généralement discours entre Marcel et son mécano, qui fait intervenir un 3ème personnage qui leur propose du boulot. Nous pouvons alors tirer le manche, et enfin décoller.

Loin d’être un Flight Simulator, les sensations en vol n’en sont pas pourtant excellentes. Gare au tournis! Le premier avion est lourd, et ça se sent. Les virages sont longs, les courbes lentes, et les loopings crispant. On a vraiment l’impression de le conduire ce rafiot volant! Il ne manque plus qu’une bouteille de rhum brun pour s’y croire et se mettre dans la peau de Marcel.

Dont vous êtes le héros.

Crispé sur le manche à balais, je suis mes adversaires comme le vent et je les descends par dizaine. Mon lourd hydravion (hhaa Porcccoo) me surprend souvent à virer et piquer du nez lorsque je perds de vue la ligne d’horizon et j’use mes palonnier pour tenter de me mettre en situation flatteuse pour mes mitraillettes. Balles infinies pour l’arme de base, celles qui font vraiment mal me sont comptées. Mince, un moment d’inattention et me voilà en vrille à l’envers à moins de 10 mètres du sol. Il va falloir exécuter une pseudo-vrille-looping pour me sortir de cette périlleuse position, et pouvoir me remettre en chasse.. Trop tard ! Je pique du nez, impossible de relever mon coucou… C’est la fin ! Ouf.. On est dans un jeu vidéo, mais mes jambes et tout mon arrière train sont totalement engourdi par la sensation de vol : mission réussie pour Bomb qui me donne de sacrés vertiges.

Les différents effets visuels sont vraiment très réussi
Les différents effets visuels sont vraiment très réussis

Pourtant, si les débuts de missions sont tous folkloriques dans les échanges entre les différents protagonistes, nous sommes souvent dans des missions semblables et avec trop peu de diversité.  Enchaîner plusieurs missions de suite tient presque de l’effort physique tant certaines sont longues et psychologiquement dures. Comptez +/- 20 à 30 min de vol pour descendre une dizaine de coucous adverses, au bout d’une heure de jeu, de 200 loopings et d’une 50aine de passages en rase-motte. Si vous aussi vous n’êtes pas un surhomme, vous n’en pourrez plus. Je n’ai même pas osé brancher notre Oculus Rift de peur d’y rester à vie (notez que le jeu est compatible avec ce dernier sur le papier)

Pourtant quelques lacunes viennent gâcher le plaisir

Je vous ai donné les bons points. Voici les mauvais. Tout d’abord j’ai été triste de ne pas pouvoir essayer le mode multi, tout simplement parce que les serveurs sont inexorablement vides. J’ai tenté de m’y connecté une dizaine de fois, mais à chaque fois, je m’y retrouvais seul. Je ne pourrai donc pas juger ce dernier.

Le vrai point faible de ce jeu, vient pour moi des trop nombreux crashs et bugs de plantage (#ragequit) qui vous feront devenir fou. Tout d’abord, étrangement et sans vraiment trop comprendre pourquoi. Le jeu a des temps de chargement TRÈS longs (même avec 16GO de Ram et un SSD, le tout sur un i7 et une GTX). Démarrer une mission, c’est attendre +/- 3 min sans rien faire. Donc avoir un plantage puis vouloir revenir, c’est directement 10 minutes de perdues. J’ai pensé que cela venait du fait que je testais le jeu sur mon PC Portable. Mais après avoir bougé les sauvergardes sur le gros fixe, j’ai constaté les mêmes crashs.

A l'attaque !!
A l’attaque !!

J’espère sincèrement que les développeurs à moustaches continueront à mettre le jeu à jour et à tenter de supprimer ces crashs incessants qui viennent tout simplement gommer et gâcher le plaisir décrit ci-dessus.

Pour tout vous dire, j’écris ce test sans avoir pu terminer le jeu tellement j’ai eu de crash décourageants. Voulant garder toute la bonification de sensations reçues aux premières heures, je me suis hâté de vouloir écrire sur Bomb avant que tous ces bons feelings disparaissent par la frustration de ces crashs. Les développeurs m’ont souvent écrit et ont essayé de tout faire pour résoudre mes problèmes. Je ne doute nullement de l’optimisation de leur jeu dans un futur proche.

Plouf !
Plouf !

Conclusion

Bomb a tout pour être une petite bombe. Actuellement encore pas mal buggé ; le jeu devrait rapidement devenir culte si son optimisation se confirme. Tant sur un point de vue graphique (Direct X11 est encore mal optimisé) que sur les crashs. Ne faites pas attention à son interface sommaire, à ses bugs de caméras avec la manette de la Xbox360… Parce que l’essayer, c’est l’adopter!

A vous les joies de conduire un hydravion avec 2 grammes dans le sang. Marcel Gaston, l’antihéros des grands enfants que nous sommes est là pour vous faire passer de sacrées bonnes séquences vertigineuses, n’est-ce pas là le but premier d’un simulateur de vol?

BOMB

  • Développeurs LA Moustache Studio
  • Type Simulateur de Vol
  • Support PC, Mac
  • Sortie 1/08/2015

Dans le même genre :

  • Crimson Skies
  • The Sky Crawlers : Innocent Aces
  • Porco Rosso: The Video Game (on a le droit de rêver non?)
  • IL-2

Y’a bon!

  • Une histoire drôle et originale
  • Des personnages attachants
  • Une DA graphiquement réussie
  • Des effets de fumée et de traînées fantastiques
  • Pas trop arcade, pas trop simu, un chouette juste milieu
  • Des combats aériens épiques

Beuargh!

  • Pas un chat en multi pour le moment
  • Des musiques sublimes mais trop peu présentes
  • Des bugs énormes qui font crasher le jeu
  • Une vue interne qui présente encore quelques bugs d’affichage
Show Full Content

About Author View Posts

bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues

Previous Gamescom 2015 Un vidéoprojecteur miniature pour PS4
Next Final Fantasy XV : les dév’ de Just Cause bossent pour implémenter un dirigeable

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Fallout 4 : un mod qui simule les quatre saisons

13/01/2016
Close