Ce qu’il y a de bien avec les jeux vidéo, c’est que nous pouvons les appréhender de différentes façons suivant notre point de vue ou notre âge. Et quelle meilleure façon de jouer à un titre comme Among the Sleep qu’en étant effectivement papa d’une petite fille de presque deux ans… comme l’héroïne de notre histoire ?

Perspectives

Bienvenu dans le salon accueillant...
Bienvenu dans le salon accueillant…

Les jeux à la première personne ont rarement été ma tasse de thé, principalement parce que ce sont en grande majorité des jeux de tir, et que je ne sais pas viser (je vous défends de vous moquer, didjûûûû !). Mais quand je tombe sur un titre narratif à la première personne, c’est une autre histoire. Among the Sleep nous propose donc d’incarner une petite fille qui vient juste de fêter son deuxième anniversaire. Sa maman aimante lui ayant préparé un beau goûté et offert un attendrissant cadeau, nous voilà parti à la découverte de notre univers (la chambre) avec ce qu’il compte comme lieux étranges et sombres (le placard) ou terrains d’aventures (le parc, les tiroirs des étagères…). Le tout étant à l’échelle, les dimensions sont à proprement parler gigantesques pour l’enfant, atteindre la moindre clenche de porte requiert souvent de grimper sur quelque chose tandis que les dessous de meubles offrent de nombreuses cachettes, surtout que notre petit bout est plus rapide à quatre pattes que chancelante sur ses deux jambes…

J'adore le jardin d'enfant plein de vie et de rire...
J’adore le jardin d’enfant plein de vie et de rire…

Oui, vous avez bien lu : des cachettes. Mais de quoi faut-il donc se méfier ?

Silent Night

Quand on a deux ans, une chambre comme ça c'est le paradis
Quand on a deux ans, une chambre comme ça c’est le paradis

Une mère aimante, un environnement ensoleillé… rien à priori n’est ici un facteur de danger… mais alors que la nuit est tombée, quelque chose de violent enlève l’ours en peluche et renverse le lit-cage du bébé. Sonnée et livrée à elle-même en pleine nuit, la petite fille doit d’abord remettre la main sur son précieux ourson, dont la lumière réconfortante émane quand elle le sert contre elle. Doué de parole, l’ourson nous apprend que quelque chose ne va pas et qu’il faut vite trouver maman…

Maman...?
Maman…?

Commence alors une exploration nocturne terrifiante d’une maison fantasmée par l’esprit d’un enfant pour qui chaque ombre devient une menace. Outre le très glauque rez-de-chaussée, la petite devra mettre la main sur des souvenirs heureux avec sa mère pour espérer la revoir, et ce à travers de multiples environnements inquiétants comme le jardin d’enfant, ou la cave… Mais au fil de sa progression, une présence bien plus dangereuse et imprévisible se mettra à traquer l’enfant, et une chose est certaine : cette créature lui veut du mal.

Beaucoup de mal !
Beaucoup de mal !

Alors que penser de cette sortie console de Among the Sleep ?

On flippouille bien quand même
On flippouille bien quand même

La modélisation est relativement simple, mais offre par moment des environnements dotés d’une ambiance impeccable et très effrayante. On hésite à avancer rapidement et on reste à l’affût du moindre bruit en serrant notre ourson contre nous pour glaner un peu de lumière rassurante.  L’immersion est vraiment efficace, on se sent réellement comme un petit être sans défense dont la seule ressource est de se cacher pour échapper “à quelque chose de terrifiant” tout en débloquant quelques mécanismes permettant d’avancer. En marge, on tente de récupérer quelques dessins réalisés par l’enfant sur sa vie de famille qui sauront nous éclairer à terme sur l’ambiance familiale, car comme vous vous en doutez, tout ici est question de métaphore.

Conclusion

Difficile d’en dire plus sans spoiler, mais voici un “petit” jeu qui saura satisfaire les fans d’exploration et de narration dans une ambiance sombre et enfantine (le combo gagnant). L’univers déployé est prenant, certains passages sont à proprement parler terrifiants et le final – bien que peut-être un peu prévisible – est cohérent. On peut sans doute déplorer les énigmes simplistes à base de blocs à tirer pour former des escaliers ou ouvrir des portes, mais d’un autre côté, on est aux commandes d’une enfant de deux ans… et si j’en juge par les capacités de ma petite dernière, les énigmes restent dans le domaine du possible. Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette version console, malgré sa durée de vie assez faible et le peu de rejouabilité proposé, hormis pour la recherche des dessins

Among the Sleep

  • Développeurs Krillbite Studios
  • Type Exploration à quatre pattes
  • Support PS4, PC
  • Sortie 09 Décembre 2015

Y’a bon!

  • L’immersion
  • Les environnements sont très inquiétants
  • Nounours
  • L’histoire métaphorique

Beuargh!

  • Un peu court
  • Peu d’intérêt à le relancer une fois l’histoire terminée
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Darksiders 2 : Deathinitive Edition
Next Rise of the Tomb Raider : date de sortie et config sur PC

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Test : The Council Episode 4 – Burning Bridges

25/09/2018
Close